Étiqueté : ethnographie

5

Le carnet réflexif (III). Une forme nouvelle de récit ethnographique ?

[caption id="attachment_2129" align="aligncenter" width="430" caption="<p>Bronislaw Malinowski with natives on Trobriand Islands in 1918.</p>"][/caption]

Quand Didier Fassin écrit que les problèmes d’accès au terrain rencontrés énoncent une vérité, il nous invite non pas à nous résigner face à une demande sociale exprimée mais à faire de cette situation particulière un objet d’analyse. Objectiver des situations d’interactions pour en démêler les enjeux politiques spécifiques qui les traversent, voilà la tâche que se donne l’ethnographe quand il a conscience de ce qui se joue sur le terrain autour de sa présence.

1

La responsabilité littéraire des ethnographes

En anthropologie, il semblerait que littérature et science ne fasse qu’un. L’ethnographe est de plus en plus reconnu comme un auteur qui, en élaborant un discours sur autrui, s’attache à reconstituer des phénomènes sociaux. Par une mise en mots, en phrases et paragraphes, c’est dans un processus créatif qu’il va développer et inhiber certaines dimensions et compréhensions propres à la réalité observée sur le terrain.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search