3

La réflexivité ne suffit pas #1 – Préambule

En disant « d’où l’on parle », « depuis quelle situations » on renforcerait ce que l’on dit ou l’on éclairerait la manière dont il faut considérer les travaux partagés. Mais est-ce si simple, et est-ce suffisant ? Raconter « qui nous sommes » ou « d’où nous venons » peut tout autant devenir un exercice de construction d’une autorité scientifique ou universitaire « dans l’absolu », plutôt que la fabulation d’un contact, d’un rapport au monde, « comment nous nous situons vis-à-vis de notre terrain de recherche, dans la situation de recherche » et même encore plus : comment nous relions-nous, comment héritons-nous, comment nous engageons-nous, comment faisons-nous alliance, comment nous mettons-nous en risque, comment nous remembrons-nous en faisant mémoire (re-member), comment fabriquons-nous en racontant ?

0

A propos de l’hégémonie 2/2

Penser les rapports de force : néolibéralisme et antagonismes vitaux Je boucle ici les détours notionnels et conceptuels que je pensais intéressants à déployer avant de reprendre une plume plus light afin de rejoindre la route des...

0

II) A propos de l’hégémonie 1/1

La contrainte comme direction politique L’hégémonie désigne – de façon schématique – la prépondérance d’un groupe social sur un (des) autre(s), et correspond au pouvoir d’attraction que détient ce groupe sur d’autres groupes dits subalternes. D’une...

0

I) Détour historique

1/1 >L’unité dialectique de la coercition et du consentement   Il faut donc savoir qu’il y a deux manières de combattre, l’une par les lois, l’autre par la force : la première est propre aux hommes,...

0

Pour une épistémologie liminale

Le 21 janvier dernier, dans le cadre d’une journée d’étude organisée par mes amies et collègues du PREFIcs, Amélie Tehel et Sophie Barel1 (qui s’est par ailleurs achevée sur une superbe table ronde avec Rokhaya Diallo2),...