0

Echo: la mauvaise réputation du comité d’éthique, par Emeline Brulé

En écho aux billets: https://reflexivites.hypotheses.org/12368; https://reflexivites.hypotheses.org/12368 Dans deux précédents billets de la villa réflexive (voir-ci-dessus), Delphine Moreau et Audrey Linder dessinent les limitations des comités d’éthique auxquelles elles se sont heurtées dans leur recherche sur la...

0

“Ça aurait été plus fort si tu l’avais co-signé avec un usager”. Donner une voix, recouvrir la voix ou instrumentaliser la voix des usager·es?

En se donnant comme “fonction scientifique” le fait de “comprendre le monde social”, la sociologie s’intéresse logiquement aux rapports de pouvoir qui structurent ce monde, et endosse ce faisant un rôle qui n’est “pas neutre socialement”,...

1

Echo : Protéger au prix de faire taire des voix ? Le risque de la confusion des moyens et des fins dans la vigilance éthique

En écho au billet  “Les « coûts » de l’inclusion dans la recherche” Il n’est plus à démontrer la possibilité et l’intérêt de réaliser des entretiens avec des personnes soignées en psychiatrie : cela a déjà...

0

Les « coûts » de l’inclusion dans la recherche : l’accès entravé à la parole des personnes soignées en psychiatrie

Récemment, j’ai été amenée à collaborer à une étude qui s’intéresse à la question de l’alliance thérapeutique entre des soignant·es, des proches-aidant·es et des patient·es. Afin d’identifier les différents enjeux qui émergent en fonction de la...

0

La nature intacte. Un écho au texte “La parole des personnes souffrant de troubles psychiques doit-elle (toujours) bénéficier d’un traitement spécifique?”

Ce court texte est un écho à « La parole des personnes souffrant de troubles psychiques doit-elle (toujours) bénéficier d’un traitement spécifique? » d’Audrey qui se trouve ici: https://reflexivites.hypotheses.org/12249‎ En lisant le billet d’Audrey, j’ai spontanément pensé aux...

1

Sentir-penser et habiter le trouble épistémologique – #1

Transcription ré-éditée et augmentée de la conférence détricotée du 6 février 2020 à Montpellier, dans le cadre du séminaire GRASS (« Groupe de Réflexion Autour des Savoirs Situés »), sur l’invitation de Yosra Ghliss et Axelle Cressens, que je remercie encore chaleureusement pour les précieux espaces qu’elles ouvrent et entretiennent. – Partie #1

3

La réflexivité ne suffit pas #1 – Préambule

En disant « d’où l’on parle », « depuis quelle situations » on renforcerait ce que l’on dit ou l’on éclairerait la manière dont il faut considérer les travaux partagés. Mais est-ce si simple, et est-ce suffisant ? Raconter « qui nous sommes » ou « d’où nous venons » peut tout autant devenir un exercice de construction d’une autorité scientifique ou universitaire « dans l’absolu », plutôt que la fabulation d’un contact, d’un rapport au monde, « comment nous nous situons vis-à-vis de notre terrain de recherche, dans la situation de recherche » et même encore plus : comment nous relions-nous, comment héritons-nous, comment nous engageons-nous, comment faisons-nous alliance, comment nous mettons-nous en risque, comment nous remembrons-nous en faisant mémoire (re-member), comment fabriquons-nous en racontant ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search