Étiqueté : épistémologies féministes

1

Sentir-penser et habiter le trouble épistémologique – #1

Transcription ré-éditée et augmentée de la conférence détricotée du 6 février 2020 à Montpellier, dans le cadre du séminaire GRASS (« Groupe de Réflexion Autour des Savoirs Situés »), sur l’invitation de Yosra Ghliss et Axelle Cressens, que je remercie encore chaleureusement pour les précieux espaces qu’elles ouvrent et entretiennent. – Partie #1

3

La réflexivité ne suffit pas #1 – Préambule

En disant « d’où l’on parle », « depuis quelle situations » on renforcerait ce que l’on dit ou l’on éclairerait la manière dont il faut considérer les travaux partagés. Mais est-ce si simple, et est-ce suffisant ? Raconter « qui nous sommes » ou « d’où nous venons » peut tout autant devenir un exercice de construction d’une autorité scientifique ou universitaire « dans l’absolu », plutôt que la fabulation d’un contact, d’un rapport au monde, « comment nous nous situons vis-à-vis de notre terrain de recherche, dans la situation de recherche » et même encore plus : comment nous relions-nous, comment héritons-nous, comment nous engageons-nous, comment faisons-nous alliance, comment nous mettons-nous en risque, comment nous remembrons-nous en faisant mémoire (re-member), comment fabriquons-nous en racontant ?