Étiqueté : écriture

4

Fantômes, 2 – Lui, moi, je.

Le « je » du chroniqueur peut donc affirmer une fausse réflexivité. Ce n’est pas totalement étonnant, finalement, puisque ce « je » lui-même est un mensonge, du moins un écran. Qui est-il, en effet ? On ne le...

3

Le carnet réflexif (V). Être lisible plutôt que lu

Je me place comme auteur dans une situation de multi-énonciation, et je considère le carnet comme le support d’une multi-réception. Chacun, quelque soit le public qu’il représente, a la possibilité de venir y lire ici ce qui l’intéresse, si bien que je ne maîtrise vraiment ni qui est mon public ni quels sont les lieux de diffusion de mes billets.

4

Le carnet réflexif (IV). Penser en réseau, écrire en réseau

Si le développement de la pensée scientifique semble autant en adéquation avec l’écriture numérique publique, c’est que ce support, en tant que dispositif hypertextuel de lecture et d’écriture, s’inscrit dans la lignée des textes fragmentaires. Le blog doit être vu comme un texte unique et cohérent qui renonce à la linéarité du discours en proposant au lecteur une multitude éclatée de billets-fragments, considérés comme unités minimales d’écriture, inter-reliés par leur auteur.

3

Le carnet réflexif (III). Une forme nouvelle de récit ethnographique ?

[caption id="attachment_2129" align="aligncenter" width="430" caption="<p>Bronislaw Malinowski with natives on Trobriand Islands in 1918.</p>"][/caption]

Quand Didier Fassin écrit que les problèmes d’accès au terrain rencontrés énoncent une vérité, il nous invite non pas à nous résigner face à une demande sociale exprimée mais à faire de cette situation particulière un objet d’analyse. Objectiver des situations d’interactions pour en démêler les enjeux politiques spécifiques qui les traversent, voilà la tâche que se donne l’ethnographe quand il a conscience de ce qui se joue sur le terrain autour de sa présence.

3

Le carnet réflexif (II). Donner corps à sa pensée

J’ai précédemment développé l’idée que l’activité d’écriture privée dans le cadre de l’écrit de travail avait ceci de paradoxal qu’elle était amputé de toute forme de communication vers autrui. Ceci n’est à vrai dire qu’à moitié vrai, on peut tout à fait avancer l’argument que le soi-lecteur puisse être en certaines circonstances étranger au soi-auteur, ainsi que l’expose Baudouin Jurdant.

2

Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire

L’ensemble des écrits constitués dans le cadre d’une recherche scientifique pourraient, comme Anne Vérin le suggère, être organisés en deux catégories. D’un coté on trouverait les écrits dits alternativement « d’investigations« , « instrumentaux« , ou « de travail » ; d’un autre coté, on aurait, occupant une place à part, les écrits dits expositifs.

16

Écrire (publiquement) pour penser

La pensée vient par l’écriture. Pour approfondir, déduire, contester, rebondir, bref pour avancer, j’ai besoin de rédiger. Pour les deux raisons que sont la narration et l’audience, il n’y a que dans cet exercice que je parviens à me soumettre à une rigueur de définition, de hiérarchisation et d’argumentation. Ceci me fait dire que du point de vue de l’auteur, le texte final est souvent secondaire au vu de l’importance de l’écriture en tant qu’acte de production et de mise en forme de la pensée.

1

[Édito d’avril] De quoi le carnet est-il le miroir ?

C’est avec plaisir que j’ouvre le quatrième chapitre de ce carnet. Je vous propose pour ce mois d’avril, d’explorer l’objet réflexif qu’est – justement – le carnet de recherche en ligne (scholarly blog). Parmi les différents objets qui méritaient d’être choisis, l’écriture a eu mes faveurs, condicio sine qua non de la recherche. Elle l’initie, elle la façonne, elle la traduit, et peut-être plus encore en tant qu’expérience d’écriture publique sur/autour/à l’occasion d’une recherche en cours.