Espaces réflexifs Site

0

Ouvrir en grand les volets : la Villa revit

À Louise Merzeau « Et de même qu’on n’habite pas, qu’on ne transforme pas en son logis, un appartement du seul fait qu’on s’en sert – pour dormir, manger, travailler-, mais parce qu’on y séjourne, de...

0

Janvier 2016, “Habiter plus librement et fraternellement les espaces institutionnels et culturels communs », par le collectif Lucioles

Retour sur le mois de janvier 2016 4 janvier 2016 Une invitation : Habiter ensemble nos espaces communs – Résistances L’invitation de Mélodie Faury, à redécouvrir ici. *** 7 janvier 2016 Présentation “Lucioles” : n° 1...

0

#Rétrovilla 2016

La villa réflexive vient d’achever sa cinquième année de création et de partage. Depuis 2012, 402 billets ont été écrits ! Tou.te.s les locataires ont joué le jeu de ce lieu collectif où chacun.e a pu...

0

La complication

J’ai réécouté il y a quelques jours une vieille cassette audio sur laquelle j’avais enregistré un entretien avec une résistante habitant Brest. Cette femme témoignait essentiellement à propos de son mari. Mais en faisant cela, elle...

0

La brutalité de l’inertie

     Il faut se rendre à l’évidence : le programme précédemment énoncé au début du mois de novembre pour ce séjour à la Villa réflexive ne pourra être tenu. Le temps manque, les occupations se télescopent,...

0

Tenter une histoire ignifuge

« De tout ce qui jamais advint rien ne doit être considéré comme perdu pour l’Histoire[1] » a pu écrire Walter Benjamin dans ses Thèses sur la philosophie de l’histoire. J’ai souvent essayé de lire son œuvre, j’avoue que...

0

Résister ou lâcher prise.

Quelques jours après la publication de mon premier billet, dans lequel je soulignais l’importance pour l’universitaire que je suis de résister à ses premiers instincts scripturaux au profit d’expériences d’écriture nouvelles, ma collègue et amie @SeverineParayre...

0

Essayer, à nouveau.

Dans sa leçon inaugurale au Collège de France, Michel Foucault a parfaitement décrit la difficulté, la délicatesse qu’il y a à prendre la parole. Le commencement, bien qu’apparent, apporte toujours une gêne, une incertitude quasi existentielle...