Retour au portrait (I) : comment dire les vivants ?

En 2015, je décidai d’abandonner l’écriture de portraits, tel que je la pratiquais alors sur mon site : l’entreprise m’était devenue difficile, notamment d’un point de vue théorique. Comment dire les vivants (famille, situations, végétaux, tombes, etc.) dans leurs variations, quand le portrait classique rassemble, synthétise, fixe ? Comment penser un projet descriptif précaire et processuel ? Certes, les modèles et les exemples parcourus (Pedro Paramo de Rulfo, entre autres), les oeuvres dites polyphoniques, m’avaient aidé à penser l’entrelacement des points de vues, à partir desquels la description d’un vivant paraît plus adéquate, mais je manquais encore d’outils des sciences humaines et sociales pour asseoir ce parti pris. Dans cette série, je propose d’en présenter quelques-uns (théorie des esquisses, par exemple), puis d’explorer leur contre-modèle avant de me tourner vers la philosophie américaine qui offre les moyens, à travers les notions d’expérience et de confiance, d’assumer une position sans nécessairement passer par sa théorisation.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.