Les Silences de l’Histoire

Etant historien, je suis plus ou moins confronté, c’est selon, aux silences, aux dissimulations, aux omissions, voire le fait que les souvenirs et les témoignages peuvent être déformés par une certaine vision des faits.

Le mythe fondateur

Ainsi, comment leur faire prendre la parole ? Comment analyser leurs points de vue, sans que je leur ôte le droit de s’exprimer, même à deux millénaires de distance ? La difficulté de l’exercice, c’est de trouver une certaine équilibre entre le respect de leurs silences, et la volonté de comprendre le pourquoi de ces silences. Je vous présente un cas, en apparence simple, mais qui est le mythe fondateur de la communauté sourde :

Au milieu du XVIIIe siècle, vers 1760 environ, un abbé marchait dans les ruelles tortueuses de Paris d’alors. Surpris par la pluie, il entre dans une maison, et s’excuse auprès de leurs occupants, deux jeunes filles occupées à faire des broderies, d’être  entré de façon si peu civilisée. Or, les occupantes ne réagissent pas. L’abbé recommence une nouvelle fois, et reste toujours aussi surpris face à leur absence de réaction. Perplexe, il ne sut comment réagir, jusqu’à ce que la mère arrive et s’excuse face à l’abbé, en leur expliquant qu’elles sont sourdes, et sans ouvrage depuis que leur précepteur est mort. Elle se plaint de ne pas pouvoir trouver d’autres enseignants capables de prendre le relais. Touché face à tant de détresse, l’abbé se décide de prendre en charge, et commence ici une incroyable aventure. 

La rencontre de 1760 !

Vous l’avez deviné. Il s’agit de l’abbé de l’Epée, et ce mythe est l’un des plus fondamentaux de la communauté sourde. Le fait d’étudier l’histoire de la communauté sourde sans connaître ce mythe, c’est l’équivalence de l’ignorance de la mythologie grecque pour les hellénistes, une hérésie !

Donc, ce mythe, en fait, ne résiste pas du tout à l’analyse purement historienne. On voit bien qu’il a été construit en fonction des silences choisies par l’abbé de l’Epée ! Ainsi, ses propres silences ont conduit au développement de ce mythe, d’après ce que l’abbé a bien voulu dire.

Quels faits ?

Dans ses ouvrages de 1776 et de 1784, il explique qu’il a été appelé pour des affaires dans le quartier où vivaient les deux jeunes filles, quand il est entré par hasard. Or, le terme hasard est loin d’être innoncent. Il comporte deux sens possible : le fait que cela arrive sans que l’on s’y soit préparé OU alors, dans ce sens : « ah, c’est donc cela que l’on m’en avait fait mention ». La principale difficulté, dans l’étude des écrits de l’abbé de l’Epée, c’est le fait que c’est un personnage assez controversé à son époque. Tout d’abord par son orientation janséniste clairement assumé et son intransigeance doctrinal au niveau des Ecritures. Ainsi, en 1760, n’ayant plus de protecteurs depuis la disparition de l’évêque de Troyes, Jacques Béguine Bossuet, le neveu.

Bossuet, le neveu, pas le tonton.

Pas le fameux tonton de Louis XIV ! Ainsi, Bossuet, lui-même janséniste, a été le principal protecteur de l’abbé de l’Epée, jusqu’à sa mort en 1743. Sans protecteur, l’abbé a été exclu de la petite église qu’il avait dans les environs de Troyes. Donc, les années 1740-1750 ont été une période où il est assez isolé, devenant même avocat pour pouvoir s’occuper.

D’autre part, une étude plus poussée parmi les écrits des contemporains et des auteurs postérieurs comme Roch-Ambroise Bébian, et Ferdinand Berthier, montrent bien que l’abbé se serait trouvé dans les environs de l’abbaye de Saint-Victor, un fameux lieu d’études théologiques, et notoirement janséniste. Or, cette abbaye, actuellement démolie, s’est trouvée non loin de l’actuel campus Jussieu. Bebian précise même que les deux soeurs sourdes auraient vécu juste en face de l’abbaye en question.

Un autre élément doit être pris en compte. L’identité du prédécesseur de l’abbé. Il s’agit de Père Vanin. Loin d’être un religieux lambda, Vanin s’est déjà essayé à l’éducation des enfants sourds depuis les années 1720-1730 avec Saboureux de Fontenay. C’est donc déjà à un âge avancé que Vanin commence à prendre en charge l’éducation des deux jeunes filles sourdes. Or, il fait lui-même partie de la congrégation des Pères de la Doctrine Chrétienne, une congrégation constituée au lendemain du concile de Trente, afin d’encourager l’instruction écrite des filles, et donc de veiller au respect de la doctrine chrétienne, au travers de l’éducation féminine, puisque ces filles seront un jour mères, et ce seront elles qui vont continuer cette éducation religieuse.

D’ailleurs, cette congrégation est également, et notoirement, d’obédience janséniste. On voit ici la présence de tout un réseau janséniste autour de l’abbé de l’Epée, que ce dernier tente de dissimuler dans ses écrits en étant volontairement imprécis.

Ainsi, face aux silences de l’histoire, est-ce qu’il serait bien de casser le mythe si magnifique de la rencontre par hasard ? Ou, est-ce que l’on a le devoir de rétablir les faits ?

Il faut faire les deux : présenter le mythe tel qu’il est, et comprendre ET surtout, expliquer les circonstances qui ont conduit à sa construction. Ce mythe a pris de l’importance au cours du XIXe siècle, sur l’action de Ferdinand Berthier qui a vu ceci comme le meilleur vecteur de l’unification de la communauté sourde. Berthier a utilisé l’abbé de l’Epée comme une sorte de figure-totem, à la manière de la Marianne de la République, ou des frères Romulus et Rémus de Rome.

Ces silences voulues par l’abbé sont compréhensibles dans le contexte des années 1750-1770 où le jansénisme n’est pas en odeur de sainteté. Cependant, perpétuer ces silences font ce qu’un nouveau mythe, plus néfaste, s’est développé : que la langue des signes ait été fondée par l’abbé de l’Epée, et qu’il n’y en ait jamais existé avant… Ceci est assez dérangeant, car cela accentue la croyance sur le fait que la langue des signes soit une construction artificielle de termes, alors que cela occulte tout simplement ce qu’il s’est passé avant 1759.

Le mur de 1759

Ce que j’appelle ceci, c’est une sorte de muraille de chine, où les recherches historiques de la communauté sourde se fracassent dessus. Une grand nombre d’entre nous n’osent pas la franchir, alors que oui. Ce mur dissimule ce qu’il y a derrière : l’histoire de la communauté sourde. Ce mur transforme cette histoire en une histoire de l’éducation de l’enfant sourd. Ainsi, cette occultation passe sous silence, et donc ôte la parole à celles et ceux qui ont vécu au sein de cette communauté. Cela explique l’objectif de mes recherches : abattre ce mur, et restituer la parole aux sourdes et aux sourds « pré-1759 », au travers du Dictionnaire biographique des grands sourds en France, dont le premier tome est déjà publié, et le second en cours de préparation.

Restituer la parole à ces fantômes de l’histoire, et surtout, de montrer la grande richesse de cette communauté est en quelque sorte une décision de braver le silence de l’Histoire, telle qu’elle a été comprise depuis 1759.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.