Lutter pour obtenir le droit de parole. Quand un Sourd noétomalalie.

Ma voici de retour dans la villa après quasiment trois années de « silence », pris par la lutte post-thèse. Merci aux gardiennes de la Villa de m’avoir confié les clés pour y poser mon décorum, ma vision des choses sur la question de la parole. 

Avant toute chose, pour moi, Parole signifie le fait de s’exprimer, d’émettre une opinion. Pourquoi une telle précision ? Car on nous impose souvent de parler, de prendre la parole vocale au détriment de la parole noétomalaliée. Mais, qu’est-ce que ce terme barbare, absent des plus grands dictionnaires de l’Académie, difficilement prononçable (je le sais car des interprètes se plaignent d’utiliser ce terme… Je les comprends). 

Avant d’aller plus loin, noétomalalier signifie tout simplement parler en langue des signes. Un fameux sourd, connu pour être un lilliputien par la taille, mais un géant de pensée, a proposé ce terme, parmi d’autres tentatives, pour remplacer de nombreux mots pour désigner une action qui est spécifiquement lié à cette langue particulière : parler en langue des signes. 

Le gros problème, c’est que, pour les Sourds, Parler est associé à la communication vocale, au fait de faire circuler l’air dans les cordes vocales. Alors qu’en fait, Parler et Parole peuvent également donner le sens de communiquer, de dire les chose, d’émettre un avis. C’est pourquoi Henri Gaillard (1866-1939) a suggéré noétomalalier (du grec noetos = s’exprimer et alalia = sans la voix) pour spécifier l’usage répandu au sein de la communauté sourde pour communiquer. 

Je ne peux m’empêcher de citer Michel de Montaigne quand il pense à l’usage des mains. En voici une image que j’ai crée et que je ne manque pas de montrer aux étudiants. 

Montaigne et les Mains

Ainsi, user de ses mains pour prendre la parole ressemble à une sorte de lutte de tous instants. Cette citation de Montaigne résume bien le combat de tous les jours de la part des membres de la communauté sourde pour obtenir le droit à la parole, le droit d’avoir une place dans la société et d’émettre un avis. 

La spécificité du Sourd (avec le s majuscule, notez-le), c’est aussi ce qui fait sa faiblesse. Ainsi, il est à la croisée de deux champs en principes opposés, voire antagonistes : le culturel et le médical. 

La médecine voit le Sourd comme un individu handicapé, dont il manque l’ouïe, voire la parole, dont il faut rééduquer pour qu’il puisse retourner à la Société. Ainsi, la parole peut lui être restituée au prix de nombreuses heures de travail. 

Or, la culture voit le Sourd comme un individu avec une culture spécifique, forgée par l’usage de la noétomalalie. C’est donc un Noétomalalien, qui utilise une langue spécifique, particulière, qui lui apporte une vision du monde assez distincte. 

Cette opposition de deux champs de vue trouble ainsi la réflexion concernant la personne sourde. Est-ce que c’est une handicapée, ou une qui est culturellement/linguistiquement différente ? Ce trouble ressemble à une sorte de zone de brouillard, d’interférences entre deux champs. Ces interférences forcent ainsi le Sourd (ou le Noétomalalien) à lutter pour pouvoir s’exprimer, pour pouvoir prendre la Parole, au sens du noétos. 

Paddy Ladd, dont l’ouvrage, « Understanding deaf Culture », n’a jamais été traduit en français, a écrit ceci :

C’est cette importante confusion entre les modèles médicaux et culturels qui rend la situation Sourde difficile à saisir pour le profane. (It is this very confusion of medical and cultural models which renders the Deaf situation hard for the lay person to grasp, Ladd, 2005, p. 35)

Cette phrase éclaire toute la difficulté des Sourds à obtenir la parole, à avoir la possibilité de s’exprimer tant que les interférences sont nombreuses par la collision entre les deux champs en question. Cela explique pourquoi la lutte pour la Parole est un combat de tous les instants pour les Sourds.

J’y reviendrai dans un prochain billet. Sur ce, à très vite !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.