« L’écoute flottante »

Mais ce n’est pas que cela. Car plaider pour la légèreté et la relativisation des exigences amoureuses est une attitude qui relève de la protection de son soi, enfants ou pas enfants dans les parages. Cela me rappelle un ami qui me parlait de messenger. Qui s’interdit absolument de l’utiliser avec son amoureux : « messenger te contraint, c’est à proscrire absolument, parce qu’il interdit l’écoute flottante ». L’écoute flottante !

Je ne connais pas de plus joli couple que celui qu’il forme, depuis bientôt 15 ans, avec son amoureux. Mais la légèreté et la distance respectueuse font partie de leur contrat. La sexualité et le désir sont deux « problèmes » qu’ils ont réglés depuis longtemps : c’est avec un autre, et hors de la maison. Ce que j’appelle la légèreté, en l’espèce, c’est la liberté avec laquelle ils affrontent la norme de l’accord sentiments-sexualité. Ou, dans le cas de l’écoute flottante, la norme d’une attention de tous les instants, pleine, attentive, immédiate, continue, d’une exigence d’avoir accès à l’autre comme condition sine qua non de l’amour. N’est-ce pas ce que tout simplement on pourrait appeler la maturité ? celle qui amène la modestie, l’humilité de n’être pas tout pour l’autre et de n’attendre pas tout non plus, notamment cette disponibilité de tous les instants ?

C’est une problématique que les hétérosexuelles affrontent moins, il me semble, les hommes ayant appris à ne pas en rabattre sur la sentimentalité. J’ai vécu ma vie avec un homme de « peu de mots », comme on dit pudiquement. Un homme qui ne posait pas de questions. Un homme qui taisait ses émotions. Un homme discret, pudique, réservé. Pendant vingt ans, j’ai appris à lire sans mots dits, avec des gestes rares, l’amour qu’il me portait. Pendant les premières années, j’ai appris à aller chercher l’information moi-même, il avait le verbe dormant mais j’avais l’oreille attentive, et nous avons appris à nous connaître au jour le jour, nous étions si jeunes, nous avions traversé des tunnels similaires, des enfances boiteuses, nos souffrances se faisaient écho et la vie était devant nous. J’ai grandi dans l’hétérosexualité, et j’ai fait miens les codes du genre. Peu à peu je me suis éveillée à tout ce qui dysfonctionnait dans ces codes. Je les ai observés, décortiqués, critiqués, rejetés. Ils me sont revenus violemment dans la figure, puis nous nous sommes séparés. La question n’est pas là, la question est celle du changement de codes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.