Les mères et le polyamour

Dans la relation amoureuse, l’autre s’est forgé ses propres repères ; il/elle a en tête d’autres relations amoureuses, et si dans ces relations amoureuses il ou elle était l’unique alter ego, le centre du monde de l’autre, nécessairement il ou elle va attendre de vous que vous soyez au diapason. Il/elle va demander que vous placiez la relation amoureuse au premier plan. Or, je me suis retrouvée à faire avec cette femme amoureuse que j’aimais, ce que les hommes mariés faisaient avec moi : je l’ai secondarisée. Et là où, dans les familles recomposées les nouveaux amoureux, chacun.e doté.e d’enfants, intègrent cette secondarisation comme une seconde peau, dans la relation amoureuse avec une personne qui n’a pas d’enfant, cette relativisation, parce qu’elle produit une différence d’échelles, introduit des écarts difficiles à vivre.

Tout dépend, aussi, du couple parental premier. Si vous y avez été malheureuse, il est possible que vous soyez dans une ouverture qui laisse suffisamment de place en vous au moment de choisir un.e autre partenaire. Mais ce n’est pas qu’une question de place, je crois. C’est aussi une question de nature du sentiment. Pas seulement d’intensité : si ce premier couple, qui a donné ces enfants, était heureux, alors il est très difficile de retrouver ce mélange qui à l’amour, ajoutait la  multiplication des raisons d’aimer : chaque nouvel enfant étant un objet d’émerveillement nouveau. On ne dit pas assez, peut-être, ce que soude l’enfant, avant de le défaire. Là, je parle en tant que mère ; j’entends bien les pères qui se sentent tout à coup mis à distance, relativisés par l’amour maternel. Mais elles, les mères, est-ce qu’elles vivent cette distanciation ? Je crois qu’elles vivent, au contraire, cette arrivée de l’enfant comme un grandissement, comme un doublement de l’amour. Elles aiment passionnément le petit, et elles aiment leur père. Et c’est une plénitude à nulle autre pareille. Aveuglante, puisqu’elle ne vous fait pas percevoir la plainte, chez l’autre (encore faudrait-il qu’elle s’exprime, mais même dans ce cas, je pense qu’elle est difficile à entendre, parce que la mère n’est pas dans le désamour, elle est juste dans la multiplication de ses amours : c’est comme dans le polyamour, celui ou celle qui aime n’entend pas les jaloux, il/elle aime, que voulez-vous, elle ou il ne voit pas qu’il se divise, qu’il se donne à temps partiel, qu’il a l’esprit ailleurs, et que l’autre, évidemment, le perçoit).

En fait, les mères expérimentent le polyamour. Et les pères, sur la touche, pleurent de n’être plus au centre du monde de l’autre.

Nighhawks, par Hopper.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.