Ce que modifie l’ego maternel

Georgia O’Keeffe. Pelvis IV.

Cette puissance nouvelle vous change. Vous n’êtes évidemment plus cette femme qu’a rencontrée, un jour, votre conjoint.e, celle ou celui d’avant les enfants. Mais au-delà de la modification de la relation amoureuse originelle, je pense qu’il y a une modification en soi. Via cette puissance. La remise de soi, après, n’est plus jamais la même. Cette remise de soi dont parle la sociologie de l’amour (je pense à Bozon).

Ce que j’ai vécu est peut-être particulier. C’est là que j’hésite, au moment de continuer à prendre la parole. En quoi est-ce que ton « cas » intéresse, puisque toute historie est reliée à une expérience particulière ? Quel est l’intérêt de la raconter ? Est-ce qu’on ne va pas te renvoyer à ton histoire familiale, à tes traumas singuliers, à ces multiples concours de circonstances qui à la fin font une histoire strictement individuelle ? C’est l’éternelle bataille entre la psychologie et la sociologie, voire, au sein de la sociologie, entre les tenant.es de l’expérience et les tenant.es des déterminismes et des dispositions.

A défaut de trancher, disons. Disons ce qui est. Chacun.e en fera ce qu’il/elle veut, peut, ou pas.

 Ce que j’ai vécu, récemment, m’a poussée à prendre la parole ici. J’ai rencontré une personne qui, toute à l’évidence de l’amour qu’elle ressentait, est entrée dans ma vie de mère comme on entre dans l’amour à 17 ans : avec évidence, de l’amour à revendre pour moi et mes enfants. Une boule d’amour, sûre de la force de ses sentiments, d’apporter du bonheur, et de trouver sa place au sein de cette unité constituée de la mère et de ses enfants. Une personne qui était une femme, et je crois qu’on ne peut pas faire comme si le genre n’était pas important, ici.

Parce que d’abord, je veux dire que, du fait qu’elle était une femme, les enfants l’ont mieux accueillie que si elle avait été un homme. Parce que pour eux, l’idée qu’un homme puisse remplacer leur père auprès de leur mère n’est pas si simple : c’est la rançon inversée d’une femme qui remplace leur mère aux côtés de leur père, déjà racontée plus haut. Quand elle est arrivée, les enfants ont comme poussé un soupir de soulagement, ou de tranquillité. Chacun.e jugera comme il l’entend cette attitude. Pour ma part, je ne fais que constater qu’il y a eu la manifestation, ici, d’une crainte qui ne s’était pas exprimée jusqu’à présent, parce que je n’avais jamais fait entrer d’homme dans notre famille, chaque « aventure » passée n’engageant jamais l’idée d’une conjugalité, soit que les hommes soient mariés soit qu’ils soient sans désir d’attache.

Le problème est venu de moi, et de ce que j’appelle cette sentimentalité modifiée par la maternité. Et je l’ai touchée du doigt parce que je me trouvais face à une femme de mon âge, sans enfant, qui vivait ses amours comme je ne pouvais plus les vivre. Sur un mode entier, total, qui me faisait mesurer à quel point, de mon côté, j’étais sur la réserve, la prudence, et les limites.

Est-ce que c’est cela, ce que modifie l’égo maternel ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.