Cette science infuse que déroule un ventre

Il y a autre chose, aussi. Qui vient après. Qui n’a rien à voir avec l’accouchement.  

L’enfantement vous confère une puissance nouvelle. Pour le premier, vous avez généralement la trentaine. Professionnellement, vous en êtes encore à l’enfance de l’art. Vous êtes même peut-être en train de mesurer, tout doucement, l’écart qui commence à se creuser entre carrières masculine et féminine : à votre conjoint, l’entreprise offre une promotion, il a la trentaine ou plus, il est dans l’âge d’or de la masculinité, il va avoir un enfant, qu’à cela ne tienne : il peut demander une augmentation, l’entreprise est rassurée, la paternité va lui mettre du plomb dans la tête, va le fixer quelque temps, il va mettre les bouchées doubles pour « nourrir sa famille ». Vous faites l’expérience inverse, bien sûr. Dès lors que vous êtes mère, on vous « laisse tranquille », mais on vous oublie un peu aussi, il faut le reconnaître. Dans le meilleur des cas, bien sûr. Car on sait bien aussi que c’est le moment où les mères demandent un congé, un temps partiel, et se retrouvent mises sur la touche, professionnellement.

En même temps, les médecins que vous commencez à croiser régulièrement, pour les visites de grossesse et les visites pédiatriques, les infirmières, les puéricultrices, les enseignant.es, les aides-maternelles, tout ce petit monde de l’enfance fait de vous l’alpha et l’oméga de l’accès à, et de la connaissance de, l’enfant. Dans la rue, chez les commerçants, dans la publicité, c’est à vous qu’on s’adresse, vous êtes le parent numéro 1. On vous prend au sérieux, on vous écoute, ou on vous explique mais on ne vous parle pas comme à une idiote. On vous reconnaît un peu de science infuse, il faut bien l’admettre. Et vous devenez, enfin, quelqu’un qu’on écoute. Même quand vous n’avez aucune compétence. Parce que nul ne me fera dire qu’on sait mieux prendre en main un enfant, à la naissance, que les personnes qui ne l’ont pas porté.

J’imagine que la masculinité, c’est un peu aussi, parfois, cette expérience éblouie : on vous suppose une compétence (en l’occurrence, une autorité, une expertise, un savoir, un sens des responsabilités) que vous n’avez pas à prouver. On vous l’offre sur un plateau. Et bien sûr, c’est souvent performatif : plus on vous fait confiance, plus vous avez confiance en vous, et plus vous avez de chances d’être à la hauteur de la mission.

Etonnez-vous ensuite que bien des femmes choisissent la carrière maternelle : c’est bien l’une des seules où l’on vous suppose, a priori, un talent particulier.

Cette expérience là, je l’ai vécue. Je n’ai jamais abandonné, pour autant, les autres compétences, durement acquises, liées aux études, au travail, aux heures de bureau. Mais la différence est nette.

En quoi cela modifierait notre expérience amoureuse, puisque telle est la question, depuis le début, autour de laquelle je tourne ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.