Des « involontés » maternelles

Je me demande si c’est le fait d’être mère, ou bien celui d’être mère et d’avoir tourné la page de la famille traditionnelle (un papa une maman et des enfants) qui nous fait hésiter, au moment de recommencer une vie amoureuse. Je me demande s’il n’y a pas un trauma, pour certaines d’entre nous, et la volonté farouche de ne pas retomber dans les filets de cette vie conjugale-familiale. D’ailleurs, plus certainement une involonté qu’une volonté : une volonté négative, une sorte de « surtout pas ça », un mouvement de recul, à certains moments clés. Qui fait poser des limites claires. Et inventer des modes de vie familiale alternatifs.

 

On va peut être me dire que j’oublie toutes les familles recomposées. Non, bien que je n’en connaisse pas beaucoup, je ne les oublie pas. Il y a bien des femmes qui tombent amoureuses d’un homme (ou d’une femme) et qui se remettent en couple, on peut supposer qu’elles ont une vie amoureuse non ?

Celles que je vois autour de moi ont adopté des modes de vie familiale qui ne sont pas traditionnels. Ainsi, ils/elles ne vivent pas ensemble tous les jours, par exemple. Dans un couple, le père n’a pas la garde de ses enfants ; et partage surtout sa vie avec celle qu’il aime, et qui s’occupe de ses propres enfants ; ils n’ont pas de vie parentale commune. Tel autre couple se partage entre la semaine où ses enfants à elle sont là, et les deux week end mensuels où ses enfants à lui viennent partager un peu du temps de leur vie conjugale. Pas de quoi se sentir envahie par les enfants de l’autre !

Si je prends mon cas, moi qui me débats actuellement avec ces questions, lorsqu’il s’est agi de laisser de la place à l’autre, dans mon espace familial, toute une série de barrières se sont érigées. Des involontés. Des incapacités. Le sentiment que l’autre est un.e intrus.e dans le petit cercle que j’ai reformé avec les enfants, depuis quelques années, depuis la séparation d’avec leur père.

Je repense à mes enfants me racontant comment ils avaient mal vécu la présence de l’amoureuse de leur père, alors qu’ils partaient en vacances deux semaines ensemble. Ils la connaissaient déjà, pour l’avoir vue de ci de là, à un repas, un anniversaire. Mais sans vivre avec elle. Ces vacances sont arrivées, et il a fallu affronter la violence symbolique qu’incarnait ce couple, où une autre femme était aux côtés de leur père. Difficile de voir une main qui se pose sur un bras, de surprendre un baiser. J’ai, je crois, enregistré ce malaise en moi. Leur père considérait qu’ils allaient bien s’y faire, puisqu’il le fallait. J’avais une toute autre posture. Je comprenais trop bien ce qu’ils ressentaient. Deux écoles s’affrontent, sur ce terrain : celle qui dit que les enfants apprendront, et que c’est la vie, même si ça leur fait violence, ce « spectacle » de la recomposition amoureuse de leurs parents. Et celle qui dit : non, cette violence-là a des effets, plus tard, et je ne veux pas leur faire vivre ça. Je ne passe pas avant leur bien-être.

The Kiss. Munch. 1882.

Je raconterai demain comment, dans mon cas particulier, j’ai eu de leur part la confirmation que ce n’était pas si simple, pour des enfants, de voir leur père ou leur mère amoureux/se en dehors du couple parental.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *