Quand le corps parle, de quel(s) corps parle-t-on ? (2)

La prise de parole, qu’elle soit à l’écrit, dans la solitude du « face à face » avec soi, ou bien à l’oral, dans des moments scéniques (lectures publiques, scènes slam, improvisations théâtrales, A.G militantes…) me semble toujours venir d’un état de corps – assumé, revendiqué, mis en scène – ou effacé, oublié, inécouté.

Ma pratique de l’écriture (que je pose ici, en raccourci, comme prise de parole) s’est rapidement épanouie dans le désir du partage dans le présent commun des lectures publiques ou scènes slam. J’ai néanmoins progressivement senti comme un léger décalage, une sorte de flottement, entre le moment où j’écrivais un texte et le moment où je le donnais à des auditeurs. Car la profération de sa parole, même différée car rédigée au préalable, s’enracine dans un corps que je ne pensais pas à écouter au départ, toute attachée à mes dires, mes mots, mon expression. Un mur paraissait se dresser entre moi et le public et ma sensibilité s’y butait, elle m’était renvoyée. J’étais comme murée dans ma prise de parole. Qui se répercutait en écho dans une bulle invisible. Ce vacillement et cette frustration me ramenèrent au théâtre. D’instinct je me tournais vers l’Atelier d’improvisation, cours choisi pour ses accointances avec une approche organique du jeu d’acteur et son apprentissage d’une prise de parole instantanée (non écrite : techniques d’improvisation). Le retour à un travail physique et rythmique ainsi que l’approfondissement de ce que signifie concrètement, face à un auditoire, « s’adresser à », m’apporta beaucoup et modifia, d’abord imperceptiblement puis de manière plus visible, mes manières d’écrire. Ce constat troublant initia chez moi un cheminement que j’arpente encore aujourd’hui : dans la succession de mes états de corps comment l’écriture se fraye-t-elle un chemin? Comment mes prises de parole se modifient-elles, tant dans leur contenu que dans leur forme en fonction du travail d’écoute physiologique, phénoménologique? Et si le corps pouvait réellement prendre la parole, quelle serait sa poétique? Comment garder traces des mémoires et des rêves du corps et avec quelle(s) voix proférer ses traces, empreintes?

Il me fallait alors poursuivre ce chemin en explorant d’autant plus ces corps, ces sensations, ces voix plurielles et troublantes ou troublées car comme venant d’une autre que moi. Même si souvent les tentatives d’écriture du corps me semblaient vaines, plates, redondantes, répétitives comme peuvent l’être la saisie d’un corps sentant dans une poétique non reprise ou « usuelle » mais née elle-même de l’expérience physique. Comment trouver cette écriture?

Ma pratique du Butô (depuis plus d’une dizaine d’années maintenant) m’a beaucoup apporté tant dans l’acuité qu’elle développe dans l’écoute des surgissements d’états de corps différents que dans l’écriture imaginaire qui lui est liée. Tatsumi Hijikata, un de ses fondateurs, a imaginé, pour écrire ses chorégraphies, des mises en écriture de l’imaginaire, nommées : des katashis. Ce sont des successions de sensations que le corps traverse en lien avec des situations imaginaires que l’on se projettent intérieurement et qui nous mettent en mouvement, qui font que cela danse à travers nous. Ainsi, pour la préparation du spectacle « projet Hijikata » , créé sur une année avec Richard Cayre, en 2011/2012, en lien avec les émotions liées à la guerre (nous sommes partis des monuments aux morts de la guerre 14/18), chaque danseur imagina quelques actions qu’il devait explorer d’abord dans la danse (sensation des gaz de guerre, sensation d’être dans la boue des tranchées, les odeurs, les sons, les oiseaux venant picorer nos morceaux de chair…) suite au temps de danse seul, plongé et connecté à notre imaginaire nous écrivions trois ou quatre actions corporelles liées à ces vécus dansés. En sortait une forme hybride de texte entre le haïku et les notes dessinées de nos corps en mouvement :  » la fumée des gaz envahit mes poumons/ Je suffoque/ le bras droit se lève et monte au ciel ». Nous partagions ensuite en petits groupes ces katashis, d’abord par la parole puis par la monstration du corps en acte (de parole). En surgissait une chorégraphie chorale unissant les katashis de toutes et tous.

Ceci pour présenter un modèle, poétique je trouve, pour garder traces de… Mémoires du corps…

Tatsumi Hijikata                                 « Regarder dans une action comme si j’étais un berceau en mouvement.» T. Hijikata

Cette proposition du danseur manifeste dans sa forme comme dans son contenu, la manière dont il perçoit son écriture, sa danse, son Butô – qui est plus qu’une danse – une manière d’habiter le monde.

L’écriture de ces  » actions que l’on regarde », stylise celles-ci en cherchant à en garder trace et par ricochet stylise la danse elle-même, sans pour autant sombrer dans un formalisme dénué d’émotions. Des formes de corps se déplacent et traversent nos corps pour mieux traverser nos mots par la suite. On pourrait effectuer des comparaisons fructueuses avec la manière dont Meyerhold envisagea sa bio-mécanique. Le comédien, metteur en scène russe d’avant-garde chercha au début du 20°S, s’opposant ainsi quelque peu à Stanislavski, à sortir de la psychologisation au théâtre. Ses exercices et ses entraînements du corps veulent revenir à l’organicité de celui-ci. Trouver une expressivité du corps (une prise de parole donc) dans une quête des formes gestuelles stylisées mais non dévitalisées. Nous retrouvons ces pratiques organiques du jeu théâtral dans le grotesque. Se déformant, par exemple, par des mousses qui gonflent certaines parties de son corps, le comédien est amené à découvrir une autre manière de se déplacer mais aussi une autre voix, une autre manière de dire, de prendre la parole. Souvent un personnage surgit qui propose un discours surprenant le comédien lui-même. L’expérience mérite d’être mentionnée ici car elle s’inscrit de même dans l’idée d’un va-et-vient nécessaire entre des états de corps, des déformations de soi (extérieures ou intérieures) qui offrent des manières de s’exprimer autrement, de prendre parole autrement.

Etude de Bio-mécanique de Meyerhold : le jeter de pierre.

 

Etude de bio-mécanique de Meyerhold : la gifle.

 Le but pédagogique de Meyerhold était la création d’un comédien complètement expressif dont le corps était au service de l’imaginaire.

Le comédien metteur en scène russe et le danseur chorégraphe japonais ont chacun creusé les liens puissants et circulaires entre le corps/ la parole/ l’imaginaire. Meyerhold a laissé quelques traces théoriques (ce qui reste après la censure et son  bannissement par le stalinisme…), Hijikata écrivait beaucoup de poèmes auxquels nous n’avons malheureusement pas accès (problème de traduction, entre autres). A nous d’imaginer leur parole, leur prise de parole, leurs mémoires du corps…

Ainsi la circulation ininterrompue entre des expériences sensorielles dansées ou jouées et leur mise en mots permet-elle de tenter une poétique du corps. Textualité qui inviterait à partager son imaginaire incarné mais aussi à retrouver, dans son corps, des états habituellement fugaces et difficilement accessibles une fois vécus.

Pour terminer ce billet qui vise à ouvrir un horizon plutôt qu’à proposer des réponses, je joins un texte personnel de « tentative(s) d’écriture du corps ». Écrit pendant un stage de butô effectué en avril avec Anna-Laure Lamarque autour de « Mémoires du corps – Rêves du corps ».

                                                                                                               Jour 2    

Je suis nuage attiré par la chaleur du soleil au-dessus de mes épaules de coton. Les gouttes d’eau deviennent gouttes de lumière qui virevoltent.

Il y a le tunnel long et noir. A traverser. Il faut se faire petit comme une boule sombre miroitante.

Une pupille géante roule, poussée par la brise et aspirée par un appel d’air vers l’issue blanche du tunnel.

Le soleil transperce tout et transfigure.

                                                        Mille épées jaillissent

                                                                                     étincelantes.

 

                                                                                                   Jour 3

Des petits oiseaux légers et délicats picorent ma nuque et font remuer mon bras droit / petits baisers piquants / jambes couteaux acérés et tranchants/ déchirent / découpent l’air / bras-lames / Mains-lames / effilées / pieds-ciseaux creusent la terre.

Petites plumes glissées à l’intérieur de mes bras, de mes paumes.

L’arbre grandit par cris les branches vont au ciel, droites.

                 Les voiles du bateau se dégonflent et vacillent

Les narines frémissent de la fraîcheur qui atteint le centre de mon être.

Joyau bleu dans le ventre.

Le ciment coule sur mon visage / coulée-langue épaisse / ferme les épaules / fige bras torse hanche jambe pieds / craquèlement / fourmis à foison sur le dos / Je deviens des millions de billes

                            qui avancent et roulent sur le sol.

**

Crédits photographiques : X – DR (Droits d’auteur réservés)


Delphine Dieu

Enseignante de lettres, théâtre, danse.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.