Une expérience impartageable

Je me sens plusieurs, tout à l’heure je parlais de 1+x. Ce n’est pas que je me sente plusieurs personnes. J’allais dire : pas de dédoublement de personnalité, mais en fait si c’est un peu ça : nos enfants nous sont comme des prolongements, alors même qu’ils sont ou peuvent être très différents de nous. Ils nous doublent, nous triplent, voire plus. On pourrait parler de doublement de personnalités au pluriel. On ne s’en aperçoit pas, tant qu’on ne se retrouve pas avec une personne qui, de son côté, ne connaît pas ce phénomène.

C’est là que l’on touche du doigt l’impossibilité de communiquer nos expériences. Et que l’on comprend pourquoi ce sont souvent des personnes avec des passés proches qui se plaisent longtemps ensemble. Parce que ces expériences tracent des tunnels, qu’ils soient enchantés, ordinaires ou cauchemardesques, nous formatent et finissent par imprimer sur nous des réflexes, des évidences, des mécanismes. Et que par exemple, être mère, c’est une attitude, c’est un ensemble de postures et de priorités, de secondarisation de soi, de libertés contraintes, de démultiplication des sujets de préoccupation, qu’on a tellement intégrés qu’il est devenu impossible de l’expliquer. Est-ce que ça s’explique d’ailleurs ? Est-ce que l’expérience s’explique ? elle se décrit, tout au plus, et d’ailleurs c’est un métier : sociologues, écrivain.e.s, passent leur vie à tenter l’exercice. Les meilleur.es nous donnent l’impression d’avoir vécu d’autres vies. On est ce personnage. On est cette épouse que décrit si bien Sophie Divry dans La condition pavillonnaire. On est cette amoureuse qui cherche à se faire accepter par la petite fille de son nouveau compagnon, racontée par Christine Détrez dans Bloody Valentine. L’art de la sociologue et de l’écrivaine, c’est bien la capacité à faire partager cette expérience.

Reste qu’une lecture qui dure trois heures, aussi poignante soit-elle, aussi marquante puisse-t-elle être, n’équivaudra jamais à des années d’accumulation de faits, gestes, impressions qui vous ont recomposée, à votre insu, pour faire de vous une autre. Et vous aurez beau lire le roman le plus marquant, l’ouvrage de sociologie le plus crédible, le plus détaillé, le plus émouvant qui soit : vous ne serez jamais Scarlett O’hara.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.