Je suis plus que moi

Je crois que ce qui fait peur, c’est de poser sur le papier le constat de son incommensurable différence. C’est d’écrire noir sur blanc : je ne suis pas ce que je croyais, je ne suis plus ce que j’étais. Je suis cette femme qui pendant un quart de siècle, s’est peu à peu éloignée des rives sur lesquelles sont restées la plupart de ses amies (non mères) et la plupart des hommes, qu’ils soient pères ou qu’ils ne le soient pas. Donc, ce qui (me) fait peur, ce n’est pas d’être différente des autres, c’est d’être différente de ce qu’on croyait. De celle qu’on croyait être, ou de celle qu’on était.

C’est une lettre, en somme, cet ensemble de billets. Une lettre pour tenter de faire saisir à l’autre, qui n’est pas mère, ce que c’est que de l’être. 

Et c’est bien sûr, au fond, une lettre que je m’adresse à moi. Une lettre pour comprendre ce qui me sépare du reste du monde, ce qui me rend parfois incompréhensibles des choix de vie gouvernés par son unique et propre désir. Alors que je me sens, moi, gouvernée par des choix qui ne sont pas, d’abord, les miens. Ou qui sont les miens en tant que mère, c’est-à-dire en tant que 1+x.

Je suis plus que moi. C’est une puissance. Mais c’est aussi une limitation. Je ne suis pas seule dans ce corps. Dans cette tête. Je me sens habitée, riche, pleine de ces petits qui ne sont pas vraiment partis de mon ventre, il faut croire. Mais tellement habitée, que j’en oublie qui je suis. Et que je regarde, éberluée souvent, des hommes et des femmes de mon âge se laisser enchanter par l’aventure amoureuse que, de ma fenêtre, je regarde, un peu sceptique. Un peu à distance. Un peu sans comprendre.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *