Parler le corps, parler la danse

En écho aux billets de Mamé Yansane, je voudrais partager avec vous un extrait filmé d’une expérience de création de danse Buto que j’ai mené avec Delphine, également résidente de la Villa en mai. Ecouter l’intérieur comme l’extérieur de cette limite qu’est la peau, explorer les possibles dans les mouvements de son corps dans la lenteur extrême, dans la densité, dans la légèreté, dans la profondeur ou dans la superficialité sentie de sa peau, sont des expériences intimes de son corps que le Buto permet de donner à voir et à partager.

Le Buto est née au Japon dans les années 1960, en lien avec le contexte politique d’après-guerre, influencé par les avant-gardes Européennes de l’époque mais également par l’animisme Shintô. Ce croisement surprenant a produit une approche de la danse qui a influencé à son tour nombre de créations en Occident. Le Buto explore une approche organique du corps. Le corps du danseur dans le Buto est sans intention, il est le fruit de ce qui le traverse en interne comme en externe. La danse se construit en se faisant, le danseur se laisse danser.

Kô Murobushi dit du Buto qu’il est « devenir l’Autre et non le représenter. Une métamorphose et non une métaphore. » Devenir autre dans la danse, devenir arbre, vent, pierre, mort, foetus, rivière, créature fantastique, il n’y a pas de limite. Expérimenter dans son corps l’altérité est une leçon d’humilité. En même temps, la danse procure une joie, comme le dit Delphine dans le film, et comme en parle Mamé Yansane dans son billet. Le corps prend son autonomie et le danseur « assiste » à sa danse et à sa transformation. En se concentrant sur les moyens d’être la danse en train de se faire, le danseur prend conscience de ce qui advient en lui.

Le film est une première tentative pour capter par l’image et par les paroles cet évènement dans les corps. Je souhaitais montrer les corps et entendre les danseurs dire ce qu’est cette expérience de vivre la joie et l’humilité du corps se laissant danser. Il a été tourné lors d’une création collective à Marseille en 2017 avec 13 danseurs. La chorégraphe, Anne-Laure Lamarque, y poursuit un travail qu’elle a commencé au Japon autour des créatures qui animent l’imaginaire Japonais, les Yukai, en explorant comment cet imaginaire peut affecter le danseur. Le film suit les danseurs et pose la question de ce que leur fait le Buto.

Mais place aux corps et à ce qu’ils ont à nous dire…

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *