Quand le corps parle, de quel(s) corps parle-t-on ? (1)

Atelier slam avec des adolescents

Sans entrer dans l’histoire ( passionnante ) de l’émergence des scènes slam à Chicago dans les annés 80 et de son arrivée en Europe et en France à la fin des années 90, nous partirons d’un des aspects opérant de cette forme d’expression d’origine populaire. Outre le fait que pour des élèves des quartiers populaires (j’ai longtemps pratiqué cette exploration du slam avec des lycéens d’un lycée ZEP des quartiers nord de Marseille) le slam est identifiable et assez proche du rap (certains s’exclameront une fois l’atelier terminé :  » en fait le slam c’est du rap de bourgeois ! »…). Marc Smith, l’un de ses initiateurs américains, précise lorsqu’il inaugure ses scènes slam au Green Mill de Chicago ( bar devenu depuis célèbre…) : il s’agit de laisser à chacun(e) la possibilité de prendre la parole dans un espace public non institutionnel ( bars, parcs, métro…). Le texte peut être écrit au préalable, lu ou déclamé, il peut aussi être improvisé. Le slameur a à peu près trois minutes pour se dire, s’exposer et capter l’attention d’un auditoire pas toujours conquis. La peformance ne doit pas s’alourdir de costumes, jeux théâtraux, mise en scène. Finalement, c’est le corps seul qui dans son incarnation et par le travail du flow de la voix, pourra donner vie et force à la prise de parole.
Selon les lieux, les personnes et les époques (les pratiques du slam sont multiples et en 40 ans de vie de nombreuses variétés sont nées) ces scènes slam peuvent se terminer par des votes de jurés aléatoirement désignés en début de soirée parmi le public. Les critères d’évaluation sont flous. On comprend rapidement que la force du texte et de son incarnation dans la déclamation sont l’enjeu principal. Car « slam »vient du verbe « to slam » : claquer. Claquer par les mots, le phrasé, la présence…

C’est en cela que cette performance minimale de prise de parole m’a semblée intéressante à pratiquer avec les jeunes. L’articulation parfaite entre écriture/ déclamation/ présence scénique et donc corporelle permet de replacer le corps au centre de la prise de parole et le caractère ludique de scènes slam organisées en classe ou dans la cour permet de placer les adolescents en situation de s’exposer, d’assumer et de défendre leur parole, l’intime de leur texte…

1. Travail du corps

Plutôt que de commencer par l’écriture (toujours douloureuse pour des élèves qu’ils soient en difficulté, rupture scolaire ou bons élèves… Ecrire à partir de soi au sein de l’institution scolaire est une activité complexe. D’abord rarement demandée puisque nous sommes le plus souvent dans une pédagogie du commentaire de l’écriture et des idées des autres – les légitimes – les auteurs classiques, masculins en majorité. Puis suspicieuse pour les jeunes qui comprennent intuitivement que le texte personnel, libre, intime, demandé s’inscrit dans un cadre d’évaluation et relève donc d’attendus non explicités. Est-ce moi que l’on va juger? Mon histoire? Mes sensations? ) Nous débutons donc chaque séance de deux heures par un training visant à recentrer chacun en soi-même, d’abord. A apprendre à respirer. A plonger dans l’écoute de ses sensations les plus infimes. Cette étape menée avec un artiste slameur ou un comédien invité ou bien seule avec les élèves est toujours, dans les premiers temps, un peu difficile à mettre en place. Les élèves chahutent ce moment, rigolent, refusent les propositions… Le retour soudain à leur corporéité dans un espace et une société qui ne laisse que peu de part à cette écoute de soi, la gêne d’un corps en plein chamboulement adolescent, souvent rejeté, dissimulé sous des couches infinies d’anorak ( il nous faudra, pour certain(e)s plusieurs séances avant qu’ils acceptent d’étre simplement en t-shirt devant les autres…) tous ces facteurs expliquent les résistances et les tratégies d’évitement des élèves.

Mais les bienfaits de la relaxation par visualisation, le caractère ludique ensuite d’être en cercle, ensemble à se jeter des phrases à la tête comme autant de ballons lancés, adressés… Avec beaucoup de temps, de patience, d’humour et de bienveillance on a l’impression d’avoir rebranché en eux le début d’une autre relation au corps.

2. Expérimentations sensorielles proposées

A l’issu de cet « échauffement » qui peut aller de 30 min à 45 min (sur 2h d’atelier), on propose aux élèves de s’installer confortablement dans un endroit de leur choix dans la salle (de classe ou polyvalente ou gymnase). La plupart reprennent leur posture assise au bureau, beaucoup rechignent voire rejettent violemment la position allongée au sol. La contrainte obligatoire est d’avoir les yeux fermés (là aussi, c’est tout un parcours! Fermer les yeux pour les adolescents c’est accepter de s’abandonner à la situation, de ne pas contrôler le regard que les autres portent sur nous, accepter de n’écouter que soi. Premier pas important vers la concentration).

Viennent ensuite, selon les séances des propositions de voyages intérieurs : remontée sensorielle dans un souvenir (avec stimulation des 5 sens), plongée dans un univers décrit par la voix narrative et descriptive du professeur ou de l’artiste intervenant, cheminement à l’intérieur de son corps, de ses organes avec propositions de peinture imaginaire de ses membres… Entre autres.

Ces propositions juxtant puissance imaginative et sensation physiologique visent à produire une matière sur laquelle l’écriture, la parole prendra naissance.

3. Écriture

A la fin de ce quart d’heure de visualisation relaxante, (les rideaux avaient été tirés, les néons éteints, la lumière extérieure se doit d’être tamisée), on distribue silencieusement une feuille à chaque élève. On a préalablement noté au tableau les consignes simples de déclencheur d’écriture qu’on leur indique dans un geste muet.
Par exemple :
 » Ecrivez cinq phrases sur le modèle :
Je + entendre + 2 mots ( choses que vous avez ressenties, vues, goûtées… Lors de l’exploration intérieure…)
+ goûte +…
+ touche +…
+ vois +…
+ sens ( odorat) +… « 

On circule parmi les élèves en les rassurant et en essayant au maximum de préserver la qualité d’écoute d’eux-mêmes qu’ils ont parfois atteints et le silence recueilli du groupe. De séance en séance, l’écriture devient plus fluide. Certains ne jouent pas le jeu, écrivent des phrases provocantes. Mais comme la liberté est laissée aussi de pouvoir écrire tout autre chose ( il faut juste avoir quelques phrases qui seront déclamées en fin de séance…) les refus de la consigne ne sont pas forcément gênants…

Souvent les élèves demandent à écrire à deux et mettent ainsi en commun leurs phrases, leurs sensations. C’est une étape que j’accepte car c’est la béquille qui évite le rejet, le repli, le refus et aussi cela leur permet d’être à deux à s’exposer devant les autres dans la dernière phase de l’atelier : la mini-scène slam…

4. La scène slam en classe

La fin de chaque séance de 2h d’atelier slam se clôt par une mini-scène slam. On imagine qu’on est à Chicago dans le fameux bar du Green Mill et on demande à tous les élèves de passer devant les autres dire leur texte. C’est évidemment le moment le plus délicat. Car il s’agit de se montrer, de se dire, de prendre une parole sans un support de contenu convenu et extérieur ( qui est celle de la situation d’un exposé dans lequel l’élève prend la parole et se montre aux autres, certes, mais en restituant un savoir qu’il a au préalable recherché, qu’on lui a imposé, qui lui est extérieur, parole  » objective et neutre »). Dans cette situation d’énonciation de scène slam la prise de risque est énorme pour ces jeunes à l’affût du regard des autres, des moqueries… On les accompagne dans cette épreuve, dans cette performance, en les rassurant, en leur donnant les clés d’un corps qui déclame, qui expose sa parole avec fierté. On y va, nous aussi, on s’expose nous aussi dans un texte écrit en même temps qu’eux. Le passage par groupe, dans les premières séances est inévitable.

L’agressivité et la violence peut parfois, de manière inattendue et fulgurante, jaillir (notamment en prison, lors des ateliers slam effectués à la Maison d’arrêt pour jeunes majeurs de Luynes, ce passage à la déclamation était grandement attendu par les participants mais pouvait donner lieu à des violences verbales et menaçantes entre détenus rendus ultra-sensibles aux moindre jugement énoncé sur la performance, le texte… L’isolement des détenus semblait se manifester aussi par le fait qu’en prison jamais aucun participant n’a demandé à écrire avec un autre, ni à aller slamer un texte à plusieurs…)

5. Le cheminement dans l’enchaînement des séances

C’est la succession des séances d’atelier de slam (2h tous les 15js pendant deux mois et demi) qui rend ce travail « efficace » et opérant pour les élèves dans leur expérimentation de la « prise » de parole. On accentue le côté ludique et l’aspect de partage avec les autres. Le va et vient entre écriture/corps/voix/déclamation/imaginaire prend de plus en plus sens. Les élèves comprennent mieux l’intérêt des exercices proposés dans l’échauffement puisqu’ils ont vécu dans leur corps la nécessité de fortifier leur posture physique face aux autres ( se tenir droit, ancrer ses pieds, répartir le poids du corps sur les deux jambes, ne pas se tenir à quelque chose… Beaucoup, en effet, au début, slament leur texte appuyé sur le mur, sur un bureau ou vacillant d’un pied sur l’autre pendant toute la déclamation. L’observation collective des différentes prestations et des effets immédiats de la force d’un texte ou du désir d’écouter l’autre avec de minces changements sur la tenue du corps du slameur montre clairement à tous que la posture du corps, son incarnation  » maîtrisée » influence grandement la qualité de la prise de parole. Les échauffements seront ainsi petit à petit investis plus profondément, attendus même. Lorsque certaines séances nous obligent à écourter le training et la relaxation en fin de parcours (contrainte d’écriture et de fin de projet oblige!) beaucoup d’élèves s’exclament : « Madame, on fait pas l’arbre qui s’enracine et la lumière dans le corps???!!! » De même, lorsque l’on reprend les cours traditionnels de français, en début de séance, ces mêmes élèves viennent en début d’heure réclamer quelques instants de relaxation du corps…)

6. Joie du corps retrouvé

Ainsi, avec toute l’énergie, la patience et l’attention que nécessitent ce genre d’activités dans un établissement scolaire, dans une salle de classe ; une fois la dernière grande scène slam terminée (on aura invité d’autres classes à écouter leurs camarades, on aura pris soin d’amener verres et boissons pour faire comme dans les bars :  » un texte dit, un verre offert »; le regard brillant des élèves, leur fierté face aux élèves des autres classes qui n’ont pas participé au projet montrent l’importance de la traversée accomplie. Renforce le sentiment de l’importance de partir du corps pour amener à prendre la parole. Une parole autre, une parole qu’on assume, qu’on incarne dans un corps un peu réconcilié.


Delphine Dieu

Enseignante de lettres, théâtre, danse.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.