Le geste et la voix

En lien avec la question de l’espace, c’est bien sûr celle du corps, contraint ou libéré, instrument d’une expression autre que l’écrit et qui a permis à certain_es élèves d’affirmer une qualité de parole invisible dans les travaux scolaires.

Ce corps, c’est le corps adolescent en pleine transformation, toujours fatigué, toujours à la recherche d’une chaise et dans l’attente d’une pause. Le travail debout, pendant 2h ou toute une journée, la marche, la répétition, est perçu comme exagérément éprouvant.

L’apprentissage de l’aspect physique du théâtre leur parut fort rude : parler fort, pour être entendu jusqu’au bout de la salle, sembla un effort surhumain pour celle qui parlait toujours de façon à peine audible, malgré tant de choses à dire – prendre la parole ne suffit pas si l’on ne sait pas se faire entendre. Marcher sans s’excuser, se tenir droit, ne pas se cacher ou baisser les yeux, ce fut aussi un exercice très difficile pour beaucoup, et d’ailleurs pas forcément les plus discrets en cours – mais pas les plus à l’aise, justement. Cette attention à la posture permit aussi de voir des qualités ignorées par les exercices scolaires, et ici indispensable. Je dus longuement parlementer au téléphone avec la mère d’une élève qui lui avait refusé de participer au spectacle, car elle le concevait comme un amusement, une récompense, que les résultats insuffisants de sa fille lui interdisaient. Elle l’a finalement laissée venir, mais n’a jamais entendu ce que je lui disais : sa fille était indispensable à la première scène pour ses qualités corporelles – sa posture, sa force, sa stabilité, sa façon de porter le groupe comme une clé de voûte et de regarder les spectateurs droit dans les yeux pour affirmer sa présence au monde. Les ateliers m’avaient permis de voir cela chez cette élève, et de ne plus laisser le mauvais bulletin être l’essentiel.

Le travail sur le plateau est aussi une exploration de ce que le corps peut faire, quand les mots sont insuffisants ou mal maîtrisés. Le corps est un instrument, une voix supplémentaire, et certaines ne s’y sont pas trompées, qui ont su trouver comment dire par le corps ce qui n’était pas dicible, ou pour quoi elles n’avaient pas le vocabulaire – en particulier pour l’expression de soi. Le corps, c’est aussi un moyen de dire l’intime l’air de rien.

Ainsi, à l’invitation de Valérian de proposer de brèves séquences à intégrer aux spectacles, plusieurs groupes de filles ont répondu par des chansons ou des danses. Bang-Bang et All of me, du contemporain et du hip-hop, les propositions étaient un aperçu de leur goût mais aussi la possibilité de faire surgir une autre culture dans le cadre scolaire. Surtout, ces performances étaient l’occasion de se montrer en train de savoir faire, de réussir et d’impressionner le public et les professeur_es. Pour une autre, qui ponctua sa danse d’un cri primal glaçant, c’était une façon de dire l’indicible, l’informulable, mais le brûlant. Le mouvement, le cri, étaient aussi des façons d’exprimer ce qui n’est pas transposable en mots – par manque de mots, ou parce que cela paraîtrait trop cru – et de le partager avec les autres. C’est à la fois atténuer l’intime, car on ne sait pas exactement ce qu’il y a derrière ce cri, et l’exposer, puisque nous avons tous et toutes pu ressentir une empathie avec la jeune fille qui dansait.

Les élèves ont aussi utilisé leurs corps comme un instrument individuel et collectif pour changer d’espace et d’atmosphère, pour changer de monde : une fois les cinquante-cinq élèves au complet sur scène, ils et elles faisaient se déchainer un orage par un jeu de percussion corporelle et de sauts sur la scène, qui figuraient les gouttes de plus en plus dense, et les coups de tonnerre. Ils et elles se sont abondamment plait_es de l’inconfort qu’il y a à se taper les cuisses, pour rien leur semblait-il : qui allait y croire ? Il fallut leur faire écouter l’enregistrement, après coup, pour les convaincre, un peu.

Ils et elles sont, tout autant que les adultes, prompt_es à reléguer le corps au second plan, à ne pas voir qu’il permet de prendre la parole, à ne pas entendre que la disponibilité du corps aide à l’ouverture d’esprit, à ne pas reconnaître l’importance de l’engagement du corps dans le travail intellectuel.

 

Photos-silhouettes : Captures d’écran de la captation du spectacle, (c) Valérian Guillaume/Cie Désirade/Marie, Hawa, Laure, Flore, Mayla, Myriam, Ramatoulaye, Sara et Maëva, mars 2017.
Enregistrements : Jouer à Zeus, répétition et filage, mars 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.