Occuper l’espace

Pour ces exercices de paroles, nous avons presque toujours réagencé l’espace de la classe – quand nous n’avons pas migré dans le gymnase, ce qui donne de la place mais impose de parler très fort : trop d’espace n’est pas forcément plus propice à la parole.

Le réagencement de la salle de cours : c’est une évidence que la disposition des tables et des chaises change l’ambiance et ouvre ou ferme des possibles, mais il n’empêche que le changement de disposition ne va pas de soi. Ni pour moi, qui ne le pratique qu’occasionnellement et uniquement quand les élèves travaillent en petits groupes, ni pour les élèves qui bien souvent se contentent de tordre leur corps pour travailler avec leurs voisin_es de derrière plutôt que se ménager d’abord un bon espace de travail avec quatre tables. De même, y compris quand le ratio nombre d’élèves/places le permet, ils et elles ne vont pas spontanément s’installer seul_e pour pouvoir étaler leurs brouillons lors d’un devoir. Et mes tentatives de Stationarbeit à l’allemande, où les groupes se déplacent de poste de travail en poste de travail, ont toutes échoué : les élèves préfèrent aménager un îlot fixe pour chaque groupe et venir chercher les activités sur les piles près de mon bureau.

Un espace central dégagé pour l’action (ici, jeu du miroir)

Les salles sont ainsi toujours agencées de la même façon : chez nous, même les salles de langues ne sont pas en U, configuration réservée à la salle de réunion et aux salles informatiques – avec, pour ces dernières, aussi des rangées au centre. Pire encore, les salles ne sont que très peu modulables : il n’y a pas d’espace perdu, libre, et rarement de places libres. Trente-six chaises, trente-six tables, trente-six élèves. Les élèves sont en outre marqué_es par les règles du collège où les déplacements sont strictement encadrés. Je suis toujours surprise qu’elles et ils me demandent l’autorisation d’aller tailler leur crayon, ne se lèvent pas spontanément pour jeter leurs mouchoirs qui s’entasse au fil de l’heure en piles instables. La salle de classe est un monde figé, réglementé, où l’on ne fait pas ce qu’on veut (quand bien même, d’ailleurs, on parle sans avoir levé la main : l’interdit spatial est bien plus intériorisé que l’interdit sonore). Et les élèves sont toujours hésitants quand je leur donne l’autorisation de s’approcher du tableau pour mieux voir un document projeté ; voire, dans les petits groupes, que je donne l’autorisation d’aller à l’ordinateur pour faire défiler le powerpoint jusqu’au document nécessaire, ou pour mieux voir sur l’écran. L’autorisation d’entrer dans l’espace le plus professoral, le plus intime aussi car sur mon bureau se trouvent mon sac, mon téléphone qui me sert d’horloge, mes documents, mon bazar. Et dans le même temps, je n’aime pas les jambes qui s’étirent sur mon estrade – au risque de me faire tomber – et je fais un plan de classe. Les déplacements ordonnés sont autorisés, mais pas de choisir où l’on s’assoit. C’est d’abord pour m’aider à retenir les prénoms, mais c’est aussi pour pouvoir organiser le portage du livre en alternance, et aussi pour assurer leur place aux plus timides ou au moins bien intégré_es, qui ne courent ainsi pas le risque de la relégation, et pour éviter les conflits autour des places convoitées. L’espace de la salle est divisé en zones de pouvoir inconsciemment connues des élèves.

Consignes

Les ateliers d’écriture ou de jeu sont des espaces plus libres encore, et plus uniformément libres : les séances commencent par un travail de déménagement pour lequel nous réquisitionnons les élèves, charger de placer les tables sur les côtés, en les empilant au besoin, pour dégager un espace central. L’espace de l’estrade n’est plus occupé que comme une scène pour les exercices, de façon très marginale d’ailleurs. Valérian est debout au milieu des élèves debout, ou assis au milieu des élèves assis en cercle pour la présentation initiale. La relation n’est pas celle d’élève-professeur et cela se manifeste aussi dans l’égalité de niveau et d’espace. Transgression ultime, il est permis implicitement de s’asseoir à peu près comme on veut (les deux professeures n’intervenant qu’en cas d’élève éhontément vautré_e), y compris sur les tables – seul_es les professeur_es s’assoient ainsi !

Liberté – allégorie

Les élèves de 2016-2017 ont aussi été invité_es à se préoccuper de leur positionnement dans l’espace par le biais de la restitution sur scène. Une partie des exercices a consisté à marcher en groupe, à diverses allures de 1 à 10, d’abord sur les indications de Valérian puis en écoutant le rythme collectif et les impulsions de l’une ou l’autre. Lors de ces exercices, les élèves devaient en outre être attentifs à l’équilibre du plateau, mais aussi à la dynamique de la marche. Le but était de briser la facilité grégaire et de les rendre conscient_es des vides et des pleins, ainsi que de la place disponible, et qui n’attendait qu’eux et elles pour la prendre. C’est un aspect difficile pour les plus timides, de quitter une logique de groupe pour affirmer leur démarche, tout en étant attentif_ves à la démarche des autres. L’équilibre du plateau fut en définitive assuré par Valérian qui assigna à chaque élève sa place lors de la première scène, pour des raisons pratiques : savoir à l’avance où s’installer leur facilitait les choses, mais la répartition était ainsi équilibrée aussi selon les personnalités. En effet, lors de la première scène, les élèves entraient les uns après les autres – et cinquante cinq entrées, cela prend un certain temps – jusqu’à la dernière élève qui venait tout devant, au centre, comme une figure de proue, et se campait là, et donnait alors le signal du départ de la litanie des « je me souviens » composant un tableau de leur passé. Mais savoir à côté de qui chacun_e se plaçait, et après qui chacun_e parlait, permettait aussi d’atténuer un peu le stress de la représentation, mais aussi celui de la prise de parole et de l’occupation de l’espace : la liberté totale, entre deux cours bien normés, et la liberté dans l’équilibre avec les autres, n’a rien d’évident. Les plus jolis moments ont été pour moi lorsqu’à une pause certaines filles se sont approprié tranquillement le plateau pour danser.

Du vide, des élèves debout et concentré_es, un adulte à genoux sur une table en train d’inventer la suite : un cours

 

Photos M. Coquelin, hiver 2017-2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.