Se saisir d’une parole autre (2)

Le deuxième travail d’appropriation d’une parole autre a été la lecture de souvenirs collectés en parallèle par Valérian dans une maison de retraire du Chesnay, dans le cadre d’un autre atelier qu’il y a animé. La première difficulté pour les élèves, face à ces textes volontairement non ponctués par Valérian, a été d’en saisir le sens : les mots, parfois peu évocateurs, se suivaient sans fin, sans rupture ni pause qui auraient permis de s’appuyer pour retrouver l’oral original. Cette première étape, où chaque élève a abordé l’extrait qui lui avait été assigné, m’a aussi aidé à comprendre un problème dans ma pratique de la lecture à voix haute, par un_e volontaire, des documents exploités en cours : souvent je sens bien que l’élève qui lit ne comprend pas le sens, ou le construit au cours de la lecture. En réalité, souvent, la première lecture ne leur permet pas de comprendre le texte ; au contraire la première lecture est une étape de recherche du sens de l’écrit, et ne peut constituer une étape de recherche d’un sens scientifique, d’une analyse historique ou géographique. Je n’ai pas encore expérimenté, mais je pense dorénavant laisser un temps de lecture silencieuse commune, avant de faire lire à voix haute un texte dont la structure et l’expression auront, du coup, été comprises, pour en passer à l’analyse et au commentaire. J’avais ainsi fait travailler en juin 2017 des discours de révolutionnaires à faire ensuite interpréter par les élèves – l’une avait notamment joué un Danton très convaincant. Le temps de préparation permet de donner du sens à un discours autre qui n’en a d’abord pas.

Et ce d’autant plus que non seulement les textes ne sont pas ponctués, mais qu’ils parlent d’un temps différents car les octogénaires ou nonagénaires évoquent les années 50, 40, qui n’évoquent rien d’autres qu’un cours d’histoire abstrait aux élèves. Après l’écoute du montage final, une élève souligne que le croisement des voix jeunes et vieilles rend sensible le passage du temps, comme si « eux revenaient vers leur enfance, et nous on devenait vieux ».

Une élève fait ainsi un lapsus qui m’amuse beaucoup : lisant les souvenirs d’une personne qui évoque son enfance pendant la Seconde guerre mondiale, à qui l’on a fait chanter Maréchal nous voilà à l’école, et qui recevait des bons points si elle était bien sage, notre élève se trompe et évoque les « bons points du Général », car pour elle le terme Maréchal n’a guère de sens et que la Guerre, c’est le Général de Gaulle. Nous n’avons pas fait reprendre la lecture, qui était réussie, et le contresens est resté dans l’enregistrement final, comme témoin de cette extériorité de la voix par rapport à ce qui est dit.

Enregistrement avec Valérian Guillaume – février 2018

Ces lecture soulèvent aussi la question de l’intime et de la possibilité que l’intime d’un autre, si différent, fasse sens pour moi. Cela suscite cette remarque à l’écoute du montage final : « c’est comme si on rentrait dans leur vie privée, et eux dans la nôtre, comme des échange, on apprend à la connaître [la vie privée] ». La lecture par une personne âgée de leurs rêves fait aussi qu’ils et elles ne reconnaissent plus leur texte, parti ainsi vivre une vie qui leur échappe[1]. Avoir pris la parole, ce n’est pas forcément se reconnaître ensuite… Et cela crée à distance une connivence avec ces inconnu_es : « c’est drôle de voir les vieux lire nos souvenirs, eux vont rire aussi ».

C’est aussi la force du regard d’un artiste, non professeur. Une élève restait ainsi complètement en dehors de l’émotion de quelqu’un qui se souvient de la naissance de son fils, qu’elle lisait comme elle aurait lu une liste de courses. Il est vrai qu’à 15 ans un accouchement n’a sans doute guère de sens… Mais cela fait aussi écho à la réaction de mes Terminales face au chapitre sur la mémoire de la guerre, à leur résistance face à l’idée que l’on peut comprendre les souvenirs de quelqu’un sur quelque-chose que l’on n’a pas vécu – comme si toute l’expérience humaine ne pouvait être que toujours perdue. Et je me suis rendue compte que j’utilise énormément la vidéo pour les périodes récentes (notamment la chute du mur de Berlin) afin, justement, de faire sentir l’émotion des gens, le vécu historique, afin que le passé puisse être approprié ou du moins approché, et pas seulement un savoir froid.

Paradoxalement, c’est aussi ce détour par les mots des autres, la vie des autres, qui permet l’appropriation : il n’y a pas d’enjeu intime à lire les souvenirs autres, et la nécessité de comprendre d’abord le texte – le ponctuer, l’expliquer quand surgit du vocabulaire inconnu ou des événements particuliers, le prononcer quand la personne âgée a évoqué une ville russe – impose d’abord un travail sur le texte, mené individuellement avec chaque élève en fonction des besoins et pendant que ceux et celles qui étaient prêt_es allaient à tour de rôle enregistrer leur lecture. Le travail a aussi favorisé l’écoute lorsque Valérian les a enregistré_es lisant des séquences très brèves dans un ordre donné, l’enchainement devant être très rapide.

Tous et toutes ont accepté de lire, ont même pour certain_es réclamer un texte plus long, ont pris plaisir à cet exercice à la fois très intime, par ce qui était raconté, et pas du tout intime puisque ce n’était pas eux et elles qui parlaient : ils et elles étaient un canal – et ne percevaient pas aussi tout leur rôle d’interprètes vecteurs d’émotion, faisant émerger un nouveau sens, par leur réalité projetée sur les textes lus, mais aussi par le montage effectué par Valérian. Ainsi un enregistrement qui nous a d’abord paru tout à fait raté, sec, machinal, est-il devenu rêveur et pensif une fois coupé, monté, accompagné en musique par Valérian : le regard des professeures et celui de l’artiste ne décèle pas les mêmes grâces chez les élèves.

Enregistrement collectif, janvier 2018

 

Photos M. Coquelin, 2018.

[1] Les rêves et souvenirs des élèves ont été lus par les personnes âgées, et inversement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.