Se saisir d’une parole autre (1)

Lecture d’un texte face à Valérian Guillaume,
avec Jeanne Garcia du Nouveau Théâtre de Montreuil

En 2017-2018, nous n’avons pas simplement donné la parole aux élèves, mais ils et elles ont eux-mêmes donner la parole, ou l’ont reçu, et ont dû composé avec cette parole autre, pour faire entendre leur voix.

En effet, nous leur avons fait réaliser sur deux séances en demi-groupes, en décembre, des petites enquêtes sur des sujets de leur choix, la seule consigne étant que les sujets devaient être liés à la ville, et nous leur avons demandé de collecter des anecdotes ou des ambiances sonores, à envoyer à Valérian. Il leur avait fait écouter lors d’une des premières séances quelques minutes d’un reportage des pieds sur terre ainsi qu’un extrait d’une pièce de Joris Lacoste pour leur donner des exemples.

Malheureusement, la qualité sonore s’est souvent révélée trop faible pour que les enregistrements soient exploitables dans le montage final. Si la déception des élèves, ou leur incompréhension du but de l’exercice, sont logiques et compréhensibles, ces exercices de captation, voire de provocation d’une parole, avaient avant tout pour but de les ouvrir sur le monde qui les entoure, de les faire sortir un moment de la bulle, largement identifiée, dans laquelle ils et elles s’enferment grâce à leurs écouteurs.

(c) Adriano L. N., 2017-2018.

L’enquête était l’occasion de sortir de la salle de classe, ce qui est toujours apprécié des élèves – et de moi. D’autant plus, dans ce cas, que la sortie était inédite et ne ressemblait pas à l’ordinaire d’une sortie au musée ou au cinéma. J’avais déjà pratiqué avec un autre groupe la sortie de terrain pour observer le quartier entourant le lycée de façon à en dresser une carte sensible (lien) ; nous avions été jusqu’à la Porte de Vincennes pour ressentir le périphérique, nous avions aussi marché dans la rue d’Avron par paires d’« aveugles » et de guide (la consigne étant pour l’un_e de marcher en fermant les yeux et pour l’autre de guider mais aussi de décrire à l’autre, avant d’inverser les rôles). Je n’étais donc pas trop stressée par la sortie d’enquête, malgré un dispositif assez improvisé. Nous sommes resté_es aux abords du lycée, en indiquant le périmètre autorisé aux élèves. Le lycée est à proximité de nombreux arrêts de transport et, la sortie ayant eu lieu de 16h30 à 17h30 environ, c’est un espace fréquenté : croiser des gens à interroger n’était pas difficile.

Malgré tout, une fois dehors, il s’est avéré qu’il était assez stressant d’avoir cinq groupes de lycéen_nes en liberté dans la rue, non loin de nous a priori (si les consignes étaient respectées, ce que nous ne pouvions pas vérifier pour tous les groupes en même temps), mais pas sous notre regard. Ce n’était pas plus mal qu’ils et elles échappent à ce regard : cette liberté permet aussi des tentatives, des essais, des risques de ratages, qui ne seraient pas pris autrement. Mais outre le stress d’un éventuel accident, cette liberté est aussi un espace de non travail, parfait pour les dilettantes nonchalants tout prêts à se réfugier derrière l’absence de réponse des passants pour justifier un enregistrement pauvre. Ce sont aussi les papotages avec des élèves d’autres classes (avec aussi l’affirmation non dénuée de plaisir que oui, c’est une sortie – l’original plaisait, cette année), voire de l’autre demi-groupe, censé rentrer à la maison. Là encore, c’est finalement plus le stress d’un accident qui nous a fait hausser le ton que la réelle gêne. Et c’est aussi un apprentissage du côté professorale : l’enquête urbaine, ce n’est pas la salle de classe, ce n’est pas la conférence, ce n’est pas le musée. Et qui se pique de pratiques autres, doit bien apprendre à la respecter dans toutes leurs dimensions et à ne pas réinjecter du magistral et de la discipline là où cela n’a pas lieu d’être !

Un autre problème était que nous n’avons pas eu le temps de réellement préparer avec les élèves leur questionnaire et n’avons pu que présenter très rapidement l’enquête orale et les règles de base ; de même, nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour la reprise : le calendrier des séances était organisé avant tout sur les séances d’atelier avec Valérian. En outre, il faisait extrêmement froid, et les élèves n’étaient pas assez chaudement bien habillé_es dans le premier groupe (le deuxième a bénéficié de l’expérience malheureuse du premier !). Le résultat est donc assez insatisfaisant sur le plan scientifique. De même, nous n’avons pas eu le temps de faire des écoutes in extenso, ensemble, commentées (par eux et elles comme par nous).

En revanche, j’ai apprécié cette façon de leur faire travailler l’amont et l’aval de la collecte, même brièvement, et même sans avoir ensuite le temps de revenir beaucoup avec la classe sur les productions. En effet, une fois le sujet choisi, et précisé pour certains groupes (le bruit en ville, les incivilités dans les transports, la perception de Paris par les touristes ou par les Parisiens, le harcèlement de rue, les transports en commun, les bavures policières, la religion dans l’espace public, le métro), les élèves en sont venu_es fort spontanément à se poser les mêmes questions que face à un sujet de composition : que veut-on dire ? Que doit-on donc collecter ? Que faire avec le matériau collecter : que retenir, comment l’organiser, pour en faire non un simple collage mais un propos ? Ces points sont, à mon avis, le noyau des enseignements méthodiques en Seconde, quel que soit l’exercice, et procèdent d’un même mouvement de pensée, qu’il s’agisse d’un exercice scolaire classique ou d’un travail a priori plus exotique.

 

Photo M. Coquelin, février 2018. Enregistrement réalisé par un élève – consigne : enregistrer un son, environ 1 minutes, ayant un rapport avec la ville et votre vie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.