Savoir se dire (1)

Prendre la parole, pour les élèves qui ont participé à ces ateliers d’écriture, cela a constitué une petite révolution par rapport à l’ordinaire de l’expression en cours. Tout d’un coup, ils et elles pouvaient s’exprimer selon leur propre ordre de discours, sans se préoccuper ni du nombre de sous-parties, ni des connecteurs logiques à placer judicieusement mais dont la logique échappe, ni de la réponse à une problématique toujours déconcertante, encore moins de la qualité de la syntaxe puisque la littérature autorise aussi l’exploration et la mise en place d’une langue personnelle – quand bien même cette langue personnelle n’est pas toujours très pensée par les élèves.

Être content de soi

L’enjeu est donc la libération de la parole. Pour cela, plusieurs moyens : un intervenant qui n’est pas professeur et qui établit donc un autre rapport avec les élèves ; un réaménagement spatial de la salle (je reviendrai sur ces points dans un prochain billet) ;  des exercices d’écriture plus ou moins encadrée et codifiée qui ont pour but de les amener à explorer leur créativité et leur personnalité ; des exercices de mise en scène de soi face aux autres.

Ces exercices visent à les faire s’exprimer, et pas simplement à réciter ou argumenter ; ils sont aussi des façons de travailler la présentation de soi face aux autres, et de prendre conscience de l’importance du langage non verbal.

L’un des premiers exercices est le récit, face au groupe, de deux anecdotes. L’une est réelle, l’autre est inventée. Le groupe doit démêler le vrai du faux. Ce travail permet trois choses essentielles. En partant du vécu des élèves, il facilite la prise de parole puisqu’il ne s’agit pas d’inventer, de solliciter un imaginaire pas toujours très actif (ou reconnu comme légitime), ni d’entrer dans les codes de l’écrit d’invention. La seule consigne est « raconter une anecdote qui vous est arrivée, assez brièvement » ; toute liberté est laissée sur le ton, les mots, le rythme, le contenu (et l’élève qui voudrait mentir peut somme toute le faire, puisque personne ne pourrait vérifier la véracité des anecdotes – mais nous nous gardons bien de suggérer cette piste). A dire le vrai, la liberté et l’absence de normes perturbent d’abord, et cela commence par des questions sur la durée exacte, ou bien des demandes de confirmation – on peut vraiment dire ce qu’on veut ?
Oui, ce qu’ils et elles veulent : l’objectif est aussi de leur faire prendre conscience que leur matériau intime vaut la peine d’être raconté, que leur expérience du monde est intéressante.

Ainsi je me souviens d’un élève, en septembre 2017, à qui je fais remplir la traditionnelle petite fiche de début d’année, sur laquelle je ne demande pas les informations concernant les parents – que je peux obtenir ailleurs si je veux et qui conditionnent trop un regard social sur les élèves, que je préfère prendre pour elles et eux et sans plaquer rien sur eux à partir de leur milieu – mais invite les élèves à se décrire ainsi :

Trois adjectifs qui vous caractérisent / Trois choses que vous aimez / Trois choses que vous aimez faire / Ce que vous détestez par-dessus tout / Votre héros ou héroïne / Ce que vous attendez de votre année de Seconde / Ce que vous souhaitez faire l’an prochain (si déjà des idées) / Elément libre

L’un des élèves indique que son héros est Flash. Il est d’abord décontenancé que, passant dans les rangs et le remarquant, je le prenne au sérieux. Pire encore, je lui demande d’argumenter : pourquoi Flash et pas Batman ? Réponse, parce qu’il court vite. L’élève est encore plus déstabilisé lorsque non seulement je reçois cette réponse, improvisée, marmonnée, la prend au sérieux, mais que je lui demande en plus de continuer son argumentation, de réfléchir à pourquoi c’est positif et enviable, à ses yeux, de courir vite. Je n’ai pas eu de réponse.

Cette expression personnelle assumée est d’autant plus importante dans le cadre des ateliers d’écriture avec Valérian Guillaume, que la parole des élèves n’est pas gratuite, isolée : elle servira de base à la création collective orchestrée par Valérian, qui, plus généralement, travaille à partir d’un matériau qu’il collecte inlassablement autour de lui (conversation, entretiens, bribes de paroles saisies au vent) qu’il organise et dont il met en exergue la poésie dans ses œuvres. Sans les idées, les perceptions et les mots des élèves, rien ne peut se passer. On leur a donc demandé de transmettre à Valérian un rêve et un lieu, ainsi qu’un lien youtube vers une musique. Sans la conviction chez les élèves que ces mots, même très légers, sont les bienvenus, difficile pour elles et eux de se mettre à les dire.

S’affanchir

L’aspect ludique du travail avec Valérian, que ce soit dans le jeu théâtral ou l’écriture dans un cadre non formel, avec l’invitation au mensonge ou l’écoute préalable d’une musique, a beaucoup déstabilisé certain_es élèves, mais surtout certains groupes. Les timides, les hésitant_es, les moqueur_ses, pris dans la dynamique d’un groupe ouvert et joyeux, se sont joints au mouvement, quand bien même le résultat a pu être plus laborieux ou leur plaisir moindre. Mais en 2016-2017, il a été impossible de faire comprendre à une majorité d’élèves que oui, ils et elles étaient en train d’apprendre. Inversement, il a parfois été difficile d’obtenir l’envoi des travaux demandés et le respect des délais, et nous avons dû en passer par un arsenal classique de menaces, faute de parvenir à sortir ici du cadre disciplinaire scolaire habituel.

Un cours, aux yeux de bien des élèves, c’est un lieu sérieux, où l’on s’ennuie, où l’on ne s’amuse pas (apprendre en s’amusant, quelle idée), et où l’on adopte une langue dont le sérieux se marque par la complexité. Le style des élèves est souvent très alambiqué et lourd, par cette volonté de « faire complexe » qui les conduit surtout, la plupart du temps, à une prose non seulement indigeste mais aussi fautive. Et pourtant, impossible de les convaincre que la simplicité sera plus juste, et plus efficace.

Séances d’écriture en demi-groupe, 2016-2017 et 2017-2018 Détente & travail.

 

C’est le même blocage, à mon avis, face à l’irruption de la légèreté, qui a semblé inconvenante au groupe de 2016-2017 ; quand à l’expression de la personnalité, elle leur paraît plus encore déplacée – et la personnalité et la légèreté dans le respect de la norme, voilà qui leur est souvent inconcevable et même inaccessible, du moins au début de l’année. Et qui me rend d’abord bizarre, voire peu crédible – jusqu’au moment où mon exigence formelle les rattrape. Et pourtant impossible pour moi de faire cours autrement : je ne sais pas faire cours autrement qu’en étant moi-même, et je suis ce mélange d’exigence et de recul. Et surtout, je ne veux pas m’ennuyer moi-même en cours.

Il leur faut donc s’affranchir, individuellement mais aussi collectivement, des présupposés sur le cours, son contenu et sa méthode, sur le travail aussi, comme forcément pénible et forcément imposé de l’extérieur.

L’affranchissement, c’est aussi l’acceptation des écarts à la norme. Pour les élèves, la certitude que l’exercice n’est pas un exercice scolaire répondant à des codes précis et que la qualité syntaxique n’est pas un enjeu, ce qui les libère d’une tension, d’une angoisse, considérables. Pour la professeure, l’oubli de son rôle de correctrice, pour accepter les erreurs de langue et les recevoir comme de la poésie, comme tout simplement la condition nécessaire d’une liberté des élèves – la liberté de parler, qui ne sera pas prise si on les coupe et les reprend sans cesse.

Nice, le charme qu’émane cette ville ne m’a jamais laissée indifférente.
Bochra, 2017-2018

Se développe alors pour la professeure une certaine schizophrénie : enseigner, surtout en France, c’est aussi enseigner une norme formelle. Là, pas de norme, au contraire l’invitation à s’en affranchir, mais l’heure d’avant (littéralement puisque cette année j’avais les élèves de 15 à 16 en histoire-géo puis à 16h en Littérature et société), on était en plein dedans, dans l’affirmation d’une norme de la langue et du raisonnement organisé, le reproche d’un manque de rigueur et de correction. Ce passage d’une norme à son absence est d’ailleurs déstabilisateur pour les élèves, qui ont souvent du mal à naviguer d’une exigence à l’autre, et préféreraient un monde scolaire noir et blanc plutôt que tout en nuances.

Mais, dès lors qu’on les affranchit d’une exigence formelle, des qualités d’abstraction ou de questionnement, jusque là invisibilisées par l’hésitation, l’auto-censure ou tout simplement une syntaxe inutilement, et fautivement, lourde, surgissent.

J’aime bien êtres seul des fois près d’une rivière à la campagne dans un village près de Dijon nommé gray. Admirer le soleil qui ce couche le ciel au ton orangé, violet, la verdure, les poisson pêcher avec les moyen du bord, l’odeur de la pluie mélangé à je ne sais quoi. Ecouter ce silence avec concentration méditer sur ma propre existence. Qui suis je ? A quoi je sert ? A quoi je pourrais servir ? La-bas je me sent libre mais pas comme quelqu’un qui dit qu’il l’est. Loin de ses demi-humain je me ressources avant de revenir à la triste et melancolique réalité de notre monde.

Sabrina, 2017-2018

 

Ainsi, entre la liberté totale de ton et l’absence de regard normatif, on a créé un espace pour leur fraicheur, leur humanité, leur profondeur, et non pour leur grammaire. Pour que prendre la parole ne soit pas simplement donner la réponse attendue, en s’épuisant d’abord à fantasmer la réponse qu’il faudrait donner.

Photos M. Coquelin, hiver 2017-2018. Extraits de textes produits par les élèves (consignes : un rêve et un lieu, une dizaine de lignes manuscrites ou une trentaine si le texte est tapé sur le téléphone).


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Amélie dit :

    Très intéressant, en tant qu’animatrice d’ateliers, de lire le ressenti côté prof ! Merci pour le partage !

    • Morwenna Coquelin dit :

      Mais de rien ! Le plan était justement de parler à plusieurs voix, des deux côtés, mais malheureusement ça n’a pas marché pour cette fois.

  2. C’est magnifique et essentiel ce travail que vous faites avec les élèves, merci de le partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.