Se rendre disponible

Prendre la parole, ce n’est pas seulement affirmer un propos : c’est aussi, très concrètement, utiliser son corps comme un instrument. Le début des ateliers, particulièrement en 2016-2017 quand nous avions beaucoup d’heures et prévu aussi un atelier de jeu théâtral et une restitution sur scène, est ainsi consacré au corps. Le travail est donc d’emblée déroutant pour les élèves : alors qu’on vient de leur annoncer un atelier d’écriture et un travail littéraire, Valérian Guillaume leur fait faire de la place dans la salle, voire nous emmène au gymnase, les fait rester debout et travailler sur la respiration. Ce travail de relaxation et de prise de conscience du corps a d’ailleurs manqué dans l’atelier de cette année, où nous n’avons pu y consacrer qu’une séance de démarrage avant de faire écrire les élèves.

En effet, ce travail a plusieurs buts. Il aide les élèves à se concentrer individuellement ; il les aide aussi à se concentrer en groupe : compter de 1 à x (suivant le nombre d’élèves), sans se tromper, sans que des voix se chevauchent (sous peine de reprendre à 1), en ayant les yeux fermés et aucune autre indication sur la prise de parole des autres que leur souffle, impose une concentration de qualité et une écoute qui n’est jamais obtenue en configuration classique de cours. Compter de la sorte jusqu’à 36 est un véritable exploit pour les élèves (pas que pour les élèves d’ailleurs !) qui n’a pas été réalisé dès la première séance, mais l’a été.
Le travail sur le corps est ainsi autant un travail de centrage sur soi qu’un travail de construction du collectif de façon à ce que chacun_e se sente inclus_e dans ce collectif et puisse oser y proposer sa parole.

 

Relaxation lors d’une des premières séances dans le gymnase (janvier 2017) et juste avant. (mars 2017)

 

 

Ce travail revêt plusieurs aspects. La relaxation d’abord, avec une ou deux séances en début d’atelier et une dernière séance sur le plateau, à une demi-heure du lever de rideau. Ces séances de sophrologie visent à faire prendre conscience aux élèves de chaque élément de leurs corps et à ne pas négliger les sensations : l’apprentissage littéraire est aussi celui des sens et des émotions, souvent tus voire refoulés par les élèves. L’expression de soi ne peut pas se faire sans la conscience de son corps dans le monde.

Ecoute et lâcher prise : des élèves relaxé_es, un élève endormi.

La présentation de soi, ensuite. Valérian Guillaume fait faire différents types d’exercices aux élèves pour leur faire prendre conscience de leur place dans le groupe, face au groupe, et de l’énergie qu’ils et elles dégagent. Cela peut être la conscience de la verticalité et l’étirement des corps, leur ouverture au monde ; cela peut être entrer seul_e sur scène, s’assoir sur une chaise et regarder le groupe en prenant son temps avant de commencer – le silence, l’attente, l’échange de regards, sont des exercices difficiles pour des élèves obligé_es ici à se détacher du groupe mais sans le fuir, à y faire face sans agressivité et à revendiquer leur individualité sans craindre d’être exclu_es pour cela. Là encore, c’est un travail difficile pour des adolescent_es et plus facile pour qui n’est pas trop mal dans sa peau, de personne ou d’élève.

Cette individualité va toujours de pair, dans le travail proposé par Valérian Guillaume, à la conscience du groupe : qu’il s’agisse de compter les élèves, chacun_e donnant un chiffre, sans se couper, ou de se déplacer et se répartir sur le plateau, l’exercice impose d’être attentifs à se que proposent les autres et de s’y adapter pour conserver un résultat global équilibré. Le déplacement libre sur le plateau, où il faut cependant maintenir une juste répartition des élèves, s’avère extrêmement compliqué pour certains élèves en 2016-2017, notamment des garçons (très minoritaires dans la classe), qui ne parviendront jamais à se détacher de leurs amis. Certains petits groupes ou binômes ne seront éparpillés que par une intervention professorale : le petit groupe est un refuge face à l’exercice risqué, aux yeux de certain_es de l’expression publique d’une individualité. Et la professeure contrôleuse et impérative refait alors surface au moment même où elle fait faire des exercices de créativité et de libération à ses élèves…
Une autre modalité du refus de l’exercice est la grogne face à l’idée d’aller au sol et de se salir, voire d’être inconfortablement installé_e, qui n’est en réalité que l’inconfort de faire, face aux autres, ce qui semble ridicule (plusieurs filles étaleront d’ailleurs soigneusement leurs écharpes avant de s’allonger).

 

 

Trouver sa verticalité, trouver son rythme propre pour aller au sol et se relever

 

Le travail de déplacement sur le plateau est aussi une exploration des possibles corporels, en rupture avec la position codifiée en cours (même si chaque professeur_e a son degré d’exigence quant à ce que « bien se tenir » veut dire, qui peut aller d’une tenue impeccable, droit, genoux bien sous la table, à plus de liberté – j’attends simplement qu’ils et elles ne dorment pas sur la table, que les corps soient tournés vers le tableau et que les élèves prennent le cours en notes). Le travail mené avec Valérian invite justement les élèves à prendre conscience de leur tenue, que ce soit en variant les rythmes de la marche ou sa direction, ou en mimant des démarches en apesanteur ou d’hommes préhistoriques. C’est à mes yeux une partie essentielle du travail, au cours de laquelle les élèves doivent cesser de se regarder faire pour simplement faire ; de la même façon qu’un des enjeux du cours est, me semble-t-il, qu’ils et elles apprennent à faire, quitte à se tromper, plutôt qu’à demander sans cesse si c’est bien ce que j’attends.

Marche lourde

Ce travail sur le corps doit amener les élèves à ce point paradoxal : la conscience de soi et en même temps l’oubli de soi. Le travail de jeu les invite ainsi à ne pas se regarder (ce qui était facilité par le fait qu’il n’y a ni miroir ni vitre dans la salle où nous avons travaillé, et donc aucun reflet), à s’oublier, à oublier surtout le regard des autres. Au moment même où on construit un collectif : le groupe n’est pas la masse des individus portant chacun un regard sur les autres, mais un organe autre, commun, accueillant. Cette partie de l’exercice est différemment reçue par les élèves ; dans l’ensemble, plus le groupe est cohérent avant l’atelier, et surtout plus le groupe est confiant dans ses capacités scolaires et/ou sociales, plus l’exercice est réussi. Il a eu au contraire tendance à encore braquer davantage, au début, un groupe éclaté et incertain.

C’est aussi une étape qui suscite de la perplexité chez les élèves, qui ne voient pas à quoi sert l’exercice, et son rapport avec un atelier d’écriture dans un cours intitulé « Littérature et société ». Une étrangeté encore renforcée, en janvier 2017, par le fait qu’on a travaillé dans le gymnase pour un cours mené par un professeur de lettres et une professeure d’histoire. Ce décloisonnement est très déstabilisant pour des élèves peu sûr_es d’eux scolairement parlant, qui aiment d’autant plus que les choses soient bien étiquetées, bien rangées et bien normées. Faire de la littérature debout dans un gymnase, allons bon. L’ouverture et la nouveauté sont infiniment plus faciles à accueillir pour des élèves plus sûr_es et surtout doté_es d’un meilleur capital culturel, même si cela les déroute aussi. Mais, au final, tous et toutes se sont plié_es aux exercices et ont fourni l’effort de sortir d’eux et elles-mêmes.

Marche lente

Cette autre approche du savoir académique manque dans le quotidien scolaire. D’une part les élèves ont énormément de mal à faire le lien d’une matière à l’autre : le savoir leur reste finalement toujours abstrait et intransposable. D’autre part le corps scolaire (hors EPS du moins) est un corps toujours contraint dans une posture imposée, entre six et neuf heures par jour, sur un mobilier pas toujours confortable, souvent trop petit. Cette libération du corps est aussi un prélude à une libération du travail intellectuel, quand bien même les élèves n’ont pas eu conscience de ce travail[1]. Le réaménagement des salles, la prise d’espace, l’étirement du corps, sont trop peu pratiqués dans le temps scolaire ordinaire – et pourtant rien ne s’oppose à ce qu’on écoute attentivement un cours d’histoire en se tenant debout plutôt qu’assis, sinon l’habitude, la norme, la méfiance et la crainte de la professeure de se faire déborder. La force d’une formation classique, le grand nombre d’élèves en classe (36 en Seconde) et la crainte qu’ils et elles ne sachent respecter les limites essentielles face à un si grand nombre, font que je renonce encore à travailler autrement hors d’un atelier spécifique.

Avant de prendre la parole.

 

Photos janviers-mars 2017, (c) M. Coquelin.

[1] J’ai bien conscience en écrivant ceci de rejouer le Cercle des poètes disparus, trente ans plus tard, comme rattrapée par mon adolescence. (Et sans avoir lu la littérature pédagogique qui existe sûrement sur la question : c’est un retour empirique, et non une formalisation savante, que je fais ici).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *