Ouvrir

A l’automne 2015, j’aurais dû occuper la Villa, sur le thème « Dire le vrai ». Je voulais y explorer le discours en classe et les problèmes qui peuvent surgir lorsque l’on veut faire passer un discours juste à des élèves tout autant révolté_es et contestataires que démuni_es face à la parole savante.

Je voulais m’intéresser au rapport des élèves à la vérité du discours professoral et à la vérité historique en général : leur étonnement et leur fraicheur, leur rapport à l’institution fait de méfiance et de confiance tout ensemble, à parts inégales selon les élèves, à parts variables aussi.

Derrière ce questionnement sur la véracité du discours se cache aussi souvent surtout un étonnement face à l’étrangeté du passé, qui m’oblige en retour à retrouver cette étrangeté derrière l’habitude que j’ai de ces récits. Je voulais explorer ce décalage entre l’évident pour moi, si incongru pour eux et elles.

Je voulais aussi écrire sur la difficulté de dire le vrai sans les mots pour le dire ou pour l’entendre.

Et puis la grande histoire et la petite se sont conjuguées pour me faire rendre force. A l’automne 2015, il y a eu les attentats. A l’automne 2015, j’ai terminé et déposé ma thèse. J’ai publié dans la Villa un article, pour présenter mes envies pour le mois, et puis plus rien.

Depuis, j’ai expérimenté avec plusieurs classes de Secondes des ateliers d’écriture et de pratique théâtrale en classe, sur un volume horaire plus ou moins étendu. Ces ateliers ont pour but la libération d’une parole personnelle, voire intime, devant le groupe, et partant la mise en danger des élèves, d’autant que cette parole est infiniment moins normée que la parole scolaire, et ainsi bien plus effrayante. Un premier atelier a été mené en 2016-2017 avec deux classes aux profils très différents : une classe de Seconde générale, composée de 36 élèves dont 30 filles, et une classe de Seconde Abibac regroupant 19 élève, dont 10 garçons. Les niveaux scolaires étaient très contrastés, de même que les milieux sociaux et les habitudes culturelles. Ce premier atelier (encadré avec Cédric Erard, professeur de lettres) s’inscrivait dans le cadre d’une résidence artistique avec le Nouveau Théâtre de Montreuil. Au terme de 14 heures d’atelier d’écriture et de jeu avec un dramaturge et comédien, de rencontre avec des musiciens, de trois spectacles et d’une journée de répétition sur le plateau du NTdM, les 55 élèves ont joué une représentation unique d’un spectacle composé à partir de leurs textes et de leurs propositions dansées et chantées – Si j’ai pas mon bac, j’irai sur Mars. La photo qui illustre la Villa ce mois-ci a été prise lors de cette soirée, lorsque les élèves, parsemant le plateau, bien campé_es sur leurs pieds, égrenaient des souvenirs vrais ou fantasmés.

Si j’ai pas mon bac, j’irai sur Mars, 10 mars 2017
(c) Valérian Guillaume, Cie Désirades

En 2017-2018, l’atelier, toujours avec le NTdM, a été mené dans une seule classe de Seconde générale, de nouveau très féminine (7 garçons sur 34 élèves), d’un bon niveau scolaire. Le projet a combiné trois spectacles et 10h d’atelier d’écriture avec le même intervenant, des enquêtes orales menées avec deux professeures, pour aboutir à une création sonore en cours de montage.
Chaque fois, les ateliers ont été mis en place au printemps pour la rentrée suivante, avant donc de connaître les classes, leur caractère et leur niveau scolaire – seul le niveau de la classe Abibac est prévisible.

Le thème de cette année à la Villa est ainsi l’occasion d’une revanche, pour enfin analyser les pratiques du discours en classe. C’est aussi l’occasion d’un pas de côté puisque le point de départ n’est plus le récit vrai de l’histoire, mais le discours de soi. Parler moins de mon discours et de sa réception que de celui, de ceux, des élèves ; parler moins d’un échange autour d’un discours scientifique que de la production par les élèves d’un discours non académique et d’exploration de soi.

C’est enfin je l’espère l’occasion d’une écriture à plusieurs, reflet des pratiques pédagogiques que ces billets vont présenter et reflet des rencontres que ces ateliers ont provoquées. M’accompagneront ainsi Valérian Guillaume, dramaturge et comédien, qui a animé les ateliers, et Nathalie Berland-Galand, professeure de lettres-classiques qui a encadré avec moi l’atelier cette année. Il et elle ont permis et accompagné cette expérience, où l’on n’a pas tant donné la parole aux élèves que permis qu’ils et elles la prennent et s’en servent, et reçu leur parole.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Chère Morwenna, c’est un vrai plaisir de te lire ici ! Bienvenue et belle installation à vous trois 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.