Le rappel à l’ordre – La mise en scène de la relation de pouvoir devant témoins

Une réaffirmation des relations de domination par les tiers et le social

Notes éparses

Je m’intéresse aux processus de décrédibilisation à l’œuvre dans les rapports de domination, aux processus qui ont lieu pour délégitimer.

Ceux-ci partent de l’idée principale que la personne en face n’est pas légitime et l’on construit ensuite les preuves de cette non-légitimité, au regard des autres.

Laisser parler, ne pas regarder, ne pas répondre aux mails, faire comme si la personne n’existait pas, la faire disparaître par le regard, provoquer cette sensation d’être une femme invisible dans une pièce car l’homme dans la pièce ne vous salue pas, ne vous parle pas, ne vous regarde pas, vous traverse par son regard, comme si vous n’existiez pas.

Techniques d’invisibilisation, d’extinction de l’autre : non réponse, non regard.

Autres exemples plus normalisés et plus problématiques, dans le management en particulier, les rappels à l’ordre.

ECRASEMENT par telomi licence CC-BY-NC-ND

Quel que soit ce que l’autre à fait, à partir du moment où le.la supérieur.e hiérarchique le rappelle à l’ordre, il.elle laisse penser à l’ensemble des personnes extérieures, aux « spectateurs » du dispositif, qu’il pourrait y avoir une raison pour laquelle la personne est rappelée à l’ordre. Que cette raison soit réelle ou inventée, fausse, imaginée, sur-interprétée, déplacée ou décalée. Les « spectateurs » auront du mal à imaginer, à concevoir, que ce ne puisse pas être vrai. Cela ne leur vient même pas à l’idée.

Par exemple, quand un supérieur met en copie d’un mail de recadrage l’ensemble de la hiérarchie d’une personne. Une autre technique est de rappeler les relations hiérarchiques qui relient le supérieur au subalternisé. Le simple fait de le rappeler laisse sous-entendre que les règles ont été enfreintes, dépassées, non considérées, qu’il est utile de les rappeler (utile à qui ? devrait-on se demander). Un rappel à l’ordre laisse entendre que la personne a oublié les obligations dans lesquelles elle se trouve prise, qu’elle a fait une erreur et/ou désobéit. Qu’elle a passé outre.

Laisser planer le doute, même avec une apparente bonne foi, devant témoins. « Je pense que tu as oublié de… » peut laisser entendre une faute, quelle que soit la réalité de ce qui s’est passé : c’est une fausse manière de laisser apparaître une tolérance, une fausse souplesse ou flexibilité face à ce qui peut être considéré, généreusement par le.la supérieur.e, comme un oubli, une omission. Laisser le bénéfice du doute, devant témoins, n’est pas identique à laisser le bénéfice du doute en aparté. On peut de manière fausse laisser le bénéfice du doute en accusant implicitement par des formules alambiquées. L’accusation cachée passe par des formes alambiquées, par des doubles négations. Par des utilisations d’adverbes et par le positionnement de témoins de l’action, au lieu de le faire de un à un. On sème une nouvelle fois le doute auprès des personnes qui entendent, qui écoutent, qui voient ce qui est en train de se passer.

On prend à témoin des personnes de l’échange.

Ces personnes ne peuvent pas avoir accès à ce qui a amené à cette situation, par contre elles ont accès à la scène. Ayant accès à la scène, elles ont comme première réaction compréhensible d’imaginer qu’il y a une bonne raison pour laquelle l’un des deux se met en scène de cette manière, c’est-à-dire qu’il réagit. Il doit nécessairement réagir à quelque chose. Il est rarement pensé qu’il peut réagir à la remise d’une relation de pouvoir abusive qu’il veut réinstaurer de force.

La mise en scène peut être déconnectée des faits et remplie en elle-même une fonction, un rôle, qui est de démontrer, de représenter vers l’extérieur, vers les spectateurs, les témoins, un enjeu qui est porté par celui qui construit la scène. Car s’il y avait un problème d’une personne à l’autre, alors il est toujours possible d’essayer de le régler de cette personne à l’autre. A partir du moment où c’est étalé en public, où il y a l’idée de prendre en défaut en public, on est face à la nécessité, pour celui qui « domine » d’avoir des témoins non pas du processus qui amène à la scène, mais de la scène elle-même.

Exemple des claquements de portes : la raison du claquement de porte n’est jamais l’objet d’attention des témoins. C’est le claquement de porte en lui-même qui attire l’attention. S’il y a claquement de porte, c’est qu’il y a un problème.

L’explosion en larmes, les cris, eux aussi en eux-mêmes laissent entendre qu’il y a une raison, qu’il y a un problème qui amène la personne à réagir de cette manière.

En fait la mise en scène face à des témoins crée ou recrée le problème, le re-joue, qu’il existe auparavant ou non. Cette mise en scène n’a pas comme objectif de solutionner le problème.

En soi, ce type de mise en scène devant témoins démontrent la posture du metteur en scène

A partir du moment où il s’agit de mettre en scène le problème pour un public, pour des témoins, on est dans une posture et non dans la prise en charge du problème. On est dans l’effet que l’existence d’un problème peut avoir sur la position de celui qui crée la situation devant témoins.

Encore une fois quelque soit l’origine de la situation représentée.

En l’occurrence dans le cas qui me concerne on est dans la représentation d’une position hiérarchique : « je te rappelle », « je te convoque », je me mets en scène comme étant ton supérieur hiérarchique, qui te rappelle à l’ordre, ce qui sous-entend, devant témoins, qu’il y a besoin de me rappeler à l’ordre.

La bonne foi des individus n’est remise en cause que par la démultiplication des scènes de ce type, par une même personne, ce qui laisse douter non plus de la source de la réaction mais de la réaction elle-même.  La représentation est peut-être alors à questionner plus que la source ou l’origine qui aurait pu déclencher la scène.

De la même manière, on met en scène la femme hystérique. En générale la réaction qualifiée d’hystérique est le signe de la mise à bout des limites et des capacités d’acceptation de la femme qui se retrouve à réagir à une situation de domination. Sont pris alors à témoin des personnes extérieures pour montrer que « vraiment elle sur-réagit ». Cette mise en position de témoin d’un regard extérieur peut être encore plus pernicieuse. Ce peut être aussi le regard de la femme sur elle-même qui est mobilisé, dans une sorte d’humiliation et de honte : « est-ce que tu te vois réagir ? mais ça ne va pas, tu es folle, mais tu es complètement hystérique ».

L’intervention d’un regard extérieur sur la relation en jeu ou sur les réactions en jeu a toujours cet effet de repositionner la relation. Il y a un enjeu de domination à faire appel à des témoins dans une scène que l’on déclenche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.