Le Système Whiplash

Le système Wiplash

Le film Wiplash de Damien Chazelle (2014) est extraordinaire. S’y joue progressivement la confrontation entre un jeune batteur rêvant d’égaler les plus grands et un chef d’orchestre tyrannique, rêvant lui de générer des stars. Le scénario est bien construit, le jeu d’acteur remarquable a été récompensé, le film dans son ensemble applaudi. Mais pourquoi ce film nous touche-t-il? Qu’est-ce-que cette mise en scène spectaculaire de la violence de cette course à la performance nous apprend ?

Le duel entre l’élève très doué et le prof qui veut en faire son jouet crève l’écran. Mais il serait dommage de s’en tenir à ce duel et il serait bien naïf de penser que le jeune a gagné. Car ce duel cache une part de vérité plus sombre. Ses deux protagonistes ne sont que les marionnettes d’un système qui se reproduit constamment, y compris grâce à ses excès et à leur dénonciation. Un système qui perdure car il nous fascine : le système Whipflash.

Le système Whipflash est un mode d’apprentissage moderne qui ne concerne pas que les meilleures universités ou conservatoires. C’est une façon de penser l’éducation comme un dressage, transformant les jeunes en ressources humaine productives (adaptées au marché du travail), les organisant, les classant, leur attribuant leur spécialité (en fonction de compétences repérées), les hiérarchisant dans des cases plus ou moins valorisées dans lesquelles le geste reste toujours technique, productif, et dont il est difficile de sortir.

Nieman, notre jeune batteur, est fier : il a été accepté dans une belle case, la meilleure école de musique du pays. Plus encore, il est repéré par le chef d’orchestre le plus reconnu et le plus exigeant de ce conservatoire. « Repéré jeune» comme une proie. De fait, le prof de Whiplash est un prédateur. Il choisit les plus jeunes, les plus isolés socialement, les plus tendres. Ceux dont la famille est fragile, ceux sur qui l’emprise peut-être totale. La relation est perverse avec ces alternances imprévisibles de compliments, d’encouragement, puis d’humiliation publiques, d’attaques systématiques pour lesquelles tous les ressort de l’intime sont mobilisés. Cette caricature de sergent major joue constamment des insécurités affectives, sexuelles, raciales de jeunes hommes en besoin de reconnaissance. Il parvient à isoler les jeunes les uns des autres en les jouant l’un contre l’autre, de leurs familles de ‘ratés’. À force d’insultes, il démonte religions, amitiés, familles et tout système de lien pour prendre le contrôle et s’imposer comme la référence sur tout, le maître.

Quels recours et quels secours face à un tel mentor capable de pleurer publiquement une étoile perdue mais qui ne dit mot du gamin poussé au suicide. Aucun. De l’intérieur, le système n’offre aucune prise contre l’emprise. Car l’école se nourrit de ses bons résultats en matière de concours, de classements, de réputation. Le système vénère la performance et ferme les yeux sur les méthodes. Les autres profs sont impuissants ; Dans cette folie, non seulement les humains sont écrasés mais la musique disparaît. La performance qui ne vise que la quantité de geste par seconde, exclut tout collectif et semble dénuée de toute humanité, un monde ou la technique domine l’esprit, ou le joueur n’est plus que vitesse, endurance, contrôle du geste, l’esprit vidé. Car il devient robot simplement capable de plus vite, plus fort, plus longtemps.

Quelle est cette idée éducative si puissante que sans danger, sans fouet, on se complairait dans la médiocrité ? Pourquoi finalement valoriser autant la performance technique et si peu le travail en soi, si peu l’effort, le parcours et la sensibilité de chacun ? Dans le système Whiplash, le travail, l’engagement n’ont plus de valeur intrinsèque, ils ne sont que des moyens d’atteindre une excellence définie d’en haut. On ne compte plus ses heures, la fatigue, le risque de blessures : on ne compte pas et le travail devient souffrance, un lieu de solitude. Un paradoxe alors qu’une grande partie de la formation se passe en orchestre.

Dans le film, le tyran est dénoncé, sa responsabilité exposée. Déclaré fautif, il est expulsé. Mais rien ne change, car le système continue d’encourager l’extrême compétition, les concours, les classements, les repérages .. et, par corrélation à tolérer le mandarinat, l’humiliation comme pratiques pédagogiques. Le système ‘conservatoire’ porte bien son nom. Il se conserve. Il se dédouane en expulsant ses acteurs les plus extrêmes pour ne pas se questionner. Un système qui produit du même et non du mieux. La dénonciation n’a donc qu’un effet limité, le jeune est expulsé autant que le prédateur qui reste d’ailleurs actif à l’extérieur. Pire, la rébellion ne sert à rien. Dans la scène finale dramatique, Nieman se rebelle. Mais il ne peut le faire qu’en prenant lui-même le contrôle du concert et de son tempo, en s’imposant aux autres musiciens avec violence. L’élève reproduit le maître. L’étudiant est finalement rentré dans le jeu du chef. La jouissance de ce dernier est d’ailleurs visible lorsque, feignant d’accepter le renversement des rôles, il se rapproche du jeune batteur et, subtilement, reprend le contrôle de son rythme. Nieman, malgré sa défiance, malgré son éclatante prestation, Nieman a perdu car il est rentré dans la reproduction d’un système éducatif et moral.

Un film extraordinaire qui nous montre l’extrême mais qui m’invite à questionner le système.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Florence Piron dit :

    Merci pour ce texte qui met en lumière un côté sombre de nos pratiques éducatives…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.