Ni expert, ni artiste, « l’artisan » de paix

Depuis des années j’ai l’honneur de travailler avec des personnes qui sont présentes sur des terrains de conflits violents, auprès d’acteurs civils locaux. Chaque jour, ces équipes non-armées observent et rapportent, accompagnent des personnes en danger, ouvrent des espaces de négociation locale, clarifient les rumeurs, parfois même s’interposent. Ils s’appellent Brigades de Paix Internationales, Nonviolent Peaceforce, Christian Peacemakers Teams, entre autres. On dit d’eux qu’ils sont des artisans de paix et c’est vrai. Mais surtout leur travail, aujourd’hui reconnu par l’ONU, nous montre que la paix est moins affaire d’expertise que d’artisanat.

La paix n’est jamais acquise, et surtout pas quand les armes viennent de se taire, n’en déplaise aux diplomates qui célèbrent bien trop vite le moindre cessez-le-feu, le moindre « accord de paix ». Les artisans le savent. Chaque jour, ils remettent l’ouvrage sur leur métier. Chaque jour ils veillent au relationnel, ils surveillent les tensions, ils analysent leurs évolutions.

Certains ces artisans sont itinérants et circulent sur un territoire délimité dont ils balisent les dangers. La plupart néanmoins travaillent dans une communauté qui reconnaît leur compétence, qu’ils soient locaux ou internationaux. Contrairement aux journalistes, aux experts qui viennent et s’en vont, qui extraient des informations puis délivrent des ‘solutions’, les intervenants civils de paix vivent dans la communauté, partagent ses peurs et ses rêves.

Ils travaillent ce matériau unique qu’est la confiance et cela prend du temps. Car l‘artisan travaille manuellement plutôt qu’à la chaîne. Les experts peinent à le comprendre mais la paix n’est pas une question de recette bien appliquée, de « processus » de paix, de contrôle des paramètres. Si l’artisan, contrairement à l’artiste, ne crée pas d’œuvre d’art unique, extraordinaire, il ne façonne jamais exactement le même objet. Chaque situation, chaque matériau est différent. En cela, il se laisse guider par la matière dans un jeu d’interaction, dans la fidélité de son engagement avec le réel. Et, à la différence de l’artiste, il sait que l’inspiration ne lui appartient pas, qu’elle surgit de la matière même travaillée chaque jour. Transformer relève de l’ordinaire, ce n’est en rien spectaculaire.

Oh, l’artisan a bien quelques outils, quelques recettes de base (surtout les choses à éviter) mais, avant tout, il travaille d’expérience. Ceux qui me connaissent savent que j’ai une faiblesse pour les charpentiers qui manient le bois, matériau vivant, souple, complexe, dont il faut connaître les multiples essences. Le bois de la paix je l’ai dit c’est la confiance : entre personnes, communautés et institutions. C’est elle qui permet de prendre des risques, d’investir, de parier sur le futur. Comme la confiance est invisible, on en parle beaucoup. On gesticule, on ritualise: poignées de main, photos côte à côte, promesses et déclarations. Mais le politique a du mal avec ses exigences: la présence, la cohérence, la patience

Enfin, se pose la question de la transmission. Dans le monde artisanal, puisque l’expérience compte, transmettre exige l’accompagnement, le vécu partagé. En France il y a un vieux système qu’on appelle le compagnonnage, avec des maîtres et des apprentis, un parcours initiatique, des points de passage, un projet de long terme, l’œuvre. Année après année, par étape et dans la pratique, on travaille ses forces. On apprend à les maîtriser, à se concentrer, à décoder l’invisible et reconnaître ses limites.. (entre parenthèses, c’est peut-être aussi cette pédagogie que nos enfants adorent à Poudlard). À l’heure de l’industrie, de la pression de produire, de l’accélération du temps, de la multiplication des ressources intellectuelles et du risque de s’y noyer, nous devons inventer de nouvelles formes de formation, d’expérience et de méditation, de compagnonnage de paix.

L’anthropologue David Turton a écrit un jour ‘When you take a rid on a metaphore, you need to know where to jump off’. Alors je m’arrête.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Charlotte S dit :

    J’aime beaucoup ce texte et je suis d’accord sur tous les points. J’y ai reconnu ce que j’ai fait ces trois derniers mois. J’ai parfois du mal à expliquer le sens de la mission que j’ai faite à Jérusalem et à répondre à la question: « si tu ne vises pas de résoudre le conflit, à quoi ça sert? ». L’accompagnement et la confiance sont primordiales. Je vais conserver ce texte.

    PS: j’ai travaillé lors de mon passage à Hébron avec CPT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.