Des livres et de la guerre

Daraya, banlieue rebelle de Damas, assiégée de 2012 à 2016. De jeunes révolutionnaires créent une bibliothèque secrète dans un sous-sol d’immeuble pour tenir contre les bombardements, contre la faim, l’isolation, la radicalisation. Leur histoire est racontée par Delphine Minoui, grand reporter, dans Les Passeurs de Livres de Daraya, une bibliothèque secrète en Syrie. Une histoire triste dont les acteurs principaux sont aujourd’hui morts, dispersés, exilés. Daraya n’est plus que ruines, sous contrôle du régime de Bashar el Assad. Mais il y a eu une bibliothèque dans la guerre, une bibliothèque parce que la guerre. Il y a eu résistance. Une de ces expériences dont la grande histoire diplomatique ne gardera pas trace. Je crois qu’il y en a d’autres sous les décombres, des preuves de solidarité, des marques de générosité, des gestes fous d’humanité qui restent trop souvent sous le radar. Merci donc à Delphine Minoui pour ce livre qui parle d’espoir. Merci aux reporters, aux écrivains, aux universitaires, à tous les passeurs de contre-histoires.

‘Les uns après les autres, ils me racontent leurs lectures comme on déroule un parchemin. Pendant des heures, ils me parlent des poèmes d’amour de Nizar Kabbani et des écrits du théologien Syrien Ibbn Qayyim. Ils me confient leur nouvelle passion pour le théâtre de Shakespeare et de Molière. Pour les romans de Marcel Proust et du Sud-Africain Coetzee. Pour les comptines destinées aux enfants. Ils évoquent avec tendresse le Petit Prince de Saint-Exupéry. Font les louanges des pavés de médecine qui les aident à mieux traiter les blessés. Tous ces volumes rescapés de la guerre qu’ils ont piochés au hasard de la nouvelle bibliothèque. Des textes polyphoniques comme autant de fenêtres qu’ils entrebâillent depuis les confins de Daraya. Au loin j’entends leur voix s’effriter sous le feu de la mitraillette. Impassibles ils affirment que ces écrits sont leurs nouveaux remparts. Qu’ils en ont mémorisé des passages entiers. Qu’avant la révolution ils auraient été incapables d’en citer une seule ligne. Que le conflit qui ensanglante la Syrie les a paradoxalement rapprochés des livres.

Dans ce sas de liberté qu’ils se sont créé, la lecture est leur nouveau socle. Ils lisent pour sonder le passé occulté. Ils lisent pour s’instruire. Pour éviter la démence. Pour s’évader. Les livres un exutoire. Une mélodie des mots contre le diktat des bombes. La lecture, ce modeste geste d’humanité qui les rattache à l’espoir fou d’un retour à la paix.’

Extrait des Passeurs de livres de Daraya, une bibliothèque secrète en Syrie, Delphine Minoui (Paris Seuil, 2017) pp.28-29.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. ceciledubernet dit :

    Dans le même esprit, reportage de RFI (Mars 2018) sur des écoles clandestines en Syrie.
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180315-syrie-guerre-ecoles-clandestines-abri-bombes-enfants-idlib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.