Épargnez-moi vos discours et votre compréhension. – Les « bonnes » raisons de l’agresseur face aux compréhensifs #TriggerWarning

Texte d’une contributrice qui a souhaité préserver son anonymat

***

On disserte sur les raisons de l’agresseur. Les victimes parlent souvent moins volontiers. Elles n’ont parfois plus les moyens, le temps, l’espace de prendre la parole. Elles sont parfois mortes.

On s’intéresse à celui qui agit, on évalue son action. Celui ou celle qui subit disparaît.

On se demande rarement quelles sont les raisons qui font que l’on se tait. Que les victimes se taisent. Qu’elles ne puissent pas parler. Ce n’est pas qu’elles n’auraient rien à dire. C’est qu’elles ne peuvent pas dire, pas montrer. Parce qu’en face on ne comprendrait pas et on ne voudrait pas entendre, voir. Ce n’est pas un problème qu’elles ont, elles. Une défaillance, une incompétence ou que sais-je. C’est une défaillance autour. L’entourage et bien au-delà. De ce que l’on considère collectivement comme étant dicible ou non. De ce que ceux qui détiennent et verrouillent les espaces de paroles considèrent comme dicibles ou non. Supportable ou non. Heureusement tous les espaces ne sont pas verrouillés, contrôlés. Certains sont safe, d’autres exposés. Ils changent les frontières de la parole, du dicible. Ils ne changent pas ceux qui ne veulent pas voir, entendre, comprendre.

On se demande facilement « pourquoi il / elle a fait ceci ou cela » et rarement « pourquoi elle / il n’a rien fait » ou plus précisément « qu’est qui a fait qu’elle / il n’a rien pu faire contre », et encore moins « comment a-t-on permis (collectivement) que cela arrive », «  pourquoi n’a-t-on – les autres et soi – rien fait pour empêcher que cela n’arrive ? »

« Pourquoi ils bombardent la Ghouta au fait ? » comme s’il pouvait y avoir de « bonnes » raisons.

Comme si comprendre, expliquer l’insupportable – ils tuent des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes – pouvait rendre concevable ce qui ne l’est pas, ce qui est inconcevable – le génocide.

L’humanité a décidé d’un certain nombre d’inconcevables : les crimes contre l’humanité en fond partie. Rien ne peut le justifier, rien ne peut permettre de le comprendre.

Donner toutes les raisons de l’agresseur est déjà indigne, cela décale le regard et l’écoute de ce qui devrait faire réagir : on tue des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes.

On considère volontiers les (bonnes ou mauvaises) raisons de celui qui agit

On n’explique jamais ce qui fait que celui qui meurt est tué – parce que personne ne réagit, parce que personne ne regarde ce qui se passe vraiment – on préfère regarder pourquoi on en arrive là, plutôt que ce qui est en train d’arriver.

On cherche toujours à savoir « pourquoi elle s’est faite violer » plutôt que pourquoi « il l’a violée » parce que lui n’y est pour rien. Elle a dû induire l’action. Il doit y avoir une bonne raison, elle l’a cherché ou elle ment.

Pourquoi on les tue? Pourquoi se font-ils tuer ?

Il doit y avoir une bonne raison. Politique, géopolitique, stratégique.

Il a tué sa femme ? Il doit y avoir une bonne raison. Elle était insupportable.

Odieux cynisme.

Quelle indignité dans nos réflexes bien pensants de compréhension.

Sérieusement. D’un point de vue humain, peut-on expliquer que l’on tue ? Que l’on viole ? Que l’on phosphore tranquillement pour comprendre pendant que l’on tue et viole ?

Épargnez-moi vos discours et votre compréhension.

Soyez choqué.e.s.

Soyez sidéré.e.s.

Soyez tristes.

En colère.

Indignez-vous.

Soyez humains.

Être compréhensif n’est pas toujours une qualité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *