Mots déplacés : être un homme et (ne pas) prendre la parole

Texte d’un contributeur qui a souhaité préserver son anonymat

***

Mi-octobre, la parole des femmes se libère. Elles dénoncent le harcèlement, les agressions sexuelles, les viols qu’elles ont subi et subissent au quotidien.

Mi-octobre, je décide de répondre à l’annonce Prendre la parole en 2018 dans les « Espaces réflexifs » de Mélodie Faury et Caroline Muller. Je me mets à mon bureau devant mon traitement de texte. Je souhaite parler de l’usage de ma parole en tant qu’homme conscient de son rôle dominant dans la société patriarcale.

Je passe de nombreuses heures sur le texte. Je suis embarrassé à l’idée de prendre la parole sur ce sujet. Je me pose intérieurement des questions : « que vont penser les twittas de ma TL ? », « ne suis-je pas dans le #maletears ici, le #notallmen là ? » Donc je raye, coupe, découpe. Puis j’arrête. Je ne peux et/ou ne veux pas.

Alors je reprends le texte et décide d’en faire une adresse aux hommes cis. Là, je me sens mieux. Je parle à mes pairs. J’en déteste une grande majorité : prendre la parole en leur parlant, ça libère, ça libère la colère. Je montre cette reprise à ma compagne qui me fait des propositions de correction. Donc je raye, coupe, découpe mais moins qu’auparavant.

Je publie ce texte sur mon compte twitter privé. Puis sur mon public. J’en discute avec deux twittas. Donc je raye, coupe, découpe un petit peu. A nouveau, mon texte ne reste pas intact.

Je laisse passer une dizaine de jours. La nuit entre le 7 et le 8 novembre, je veux répondre à un tweet. A nouveau, j’hésite, je tape le début puis je supprime avant même publication.

Le lendemain matin, j’ai trouvé le seul moyen pour pouvoir poser ma parole sur le papier. Je décide à partir de cette date de noter mes pensées publiées ou non, en ligne ou irl. Je pose une date butoir : 31 décembre 2017. Voici ce florilège de mots placés ou déplacés :

Moins de deux semaines plus tard :

Je le confirme, c’est définitif. Les albums de Noir Désir ne tourneront plus. Ils ont été là pour moi durant 17 ans, ils ne le seront plus.

Le sexisme ordinaire au quotidien :

Les politiques « réagissent », les femmes répondent mais je ne prends pas la parole en les retweetant. Je soutiens silencieusement. L’ébauche de tweet ci-dessous ne sera pas postée :

Je me sens plus à l’aise sur mon compte privé en réagissant au tweet d’une copine :

Et j’ironise sur le fait que j’appartiens bel et bien à la classe des hommes :

Puis je finis par l’ouvrir, suite à un article de Maïa Mazaurette :

Ça peut paraitre complètement niais – ça l’est ! – mais je suis fier qu’elle me réponde. Je reste un homme : j’ai besoin de cookie de temps en temps.

Dernièrement, je ressens l’envie de casser des jambes. Mon entourage masculin ne semble pas comprendre grand chose. Un ami plutôt proche m’envoie des SMS pour m’expliquer à quel point il trouve que l’écriture inclusive est un « truc de connasses » (c’est la faute de son Iphone il voulait taper « connard » ), « un débat Télérama » et puis « c’est juste super moche » à « gerber ». Je m’enflamme et lui rentre dedans. Il en vient à me reprocher de l’utiliser dans mes énoncés de contrôle. En effet, j’ai l’habitude de dire à mes élèves « Bon courage à tout·e·s ! Et surtout ne lâchez-rien ! ». Il me fatigue. Quelques SMS plus loin, je tente de lui expliquer qu’il fait du mansplaining. Ça le fait rire. Je finis par comprendre que c’est un jeu pour lui, il me sait sensible à la cause féministe. Je change de braquet. Et lui demande d’arrêter d’utiliser le terme « enculé » en ma présence. C’est moins galère, ça me concerne. Il finit par admettre qu’il va faire attention.

Avec le recul … pourquoi s’épuiser avec ces gens-là, s’emmerder à les éduquer ? Et puis pour quoi ? Pour arracher un maigre « d’accord je vais faire attention mais il faudrait que… » ?

Depuis que j’avance, que ma pensée pro-féministe s’aiguise et que je ne suis plus hétérosexuel, le plus dur est de se rendre compte que les amis d’autrefois deviennent des connaissances encombrantes au mieux, des personnes à mépriser au pire. Je découvre ce que c’est que de ne plus pouvoir parler de tout avec mes proches de sexe masculin. Cela est encore possible avec l’un d’entre eux. Mais il voyage depuis des mois de l’autre côté du globe. Dans ces moments-là, sa présence et son soutien me manquent.

Nous sommes le 23 décembre et j’ai pleinement conscience que je viens de me lancer dans un nouveau combat sans fin. Je refuse d’être un homme.


1 réponse

  1. 05/03/2018

    […] commence par le billet d’un homme, anonyme, mais qui a toute sa place ici : « Mots déplacés : être un homme et (ne pas) prendre la parole », beaucoup devraient prendre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *