Février 2016, “Résistances, résiliences de femmes ordinaires”, par Barbara

Retour sur le mois de février 2016

12138439_319fc1cb75_z

(TW : viol)

  • 2 février 2016

Résistances, résiliences de femmes ordinaires

« On a facilement une bonne raison d’être malheureux, mais on a aussi la possibilité de construire. », écrit Colombe Schneck dans cette magnifique enquête qu’est La Réparation (Grasset, 2012). Cette phrase m’est restée comme un mantra nécessaire, qui me porte chaque journée où je parviens à ne pas l’oublier Lire la suite…

  • 5 février 2016

Invitations au silence – Résistances face à soi-même

Je choisis en premier lieu d’évoquer la question des diverses résistances face à soi-même. Cela me permettra de décrire en partie ce qu’est le syndrome post-traumatique et de faire mesurer à celleux qui ne connaissent pas l’enfermement en soi que cela peut constituer. Lire la suite…

  • 10 février 2016

Injonctions contradictoires et « justice » : résistances face aux institutions

« Je viens de retrouver dans mes papiers cette scène déjà écrite, il y a plusieurs mois. Je m’aperçois que j’avais employé les mêmes mots (…). Ce sont toujours aussi les mêmes comparaisons qui me sont venues (…). Cette impossibilité de dire les choses avec des mots différents, cet accolement définitif de la réalité passée et d’une image à l’exclusion de toute autre me semblent la preuve que j’ai réellement vécu ainsi l’événement. »
(Ernaux, L’Evénement, 2000, Gallimard, p. 105)… Lire la suite…

  • 19 février 2016

Musiques de résistances ordinaires

Depuis plusieurs jours, je tourne dans ma tête un article sur la littérature et le syndrome post-traumatique ; c’est un article que je mettrai en ligne après. J’avais envie – besoin – de respirer entre deux moments délicats, et le dernier billet sur l’institution judiciaire m’a un peu remuée. Alors je vous offre, en avance sur le plan que j’avais établi au départ, un interlude musical bienvenu. Lire la suite…

  • 29 février 2016

Survivre. Résister. Créer

J’ai commencé cette série avec l’idée en tête qu’après un viol, exister est en soi une résistance. Le viol n’est pas seulement sa définition juridique, c’est aussi la réduction d’un être humain à objet. Etre violé.e, c’est avoir été utilisé.e par quelqu’un.e d’autre comme une chose. Lire la suite…

Crédit : Morten Skogly, 2005, « FINTTRE01 », Flockr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *