Chère Yosra, regarde ça : « 1. Déf. Résistance : Nom commun féminin. »

Chère Yosra,

Comment vas-tu ?
Ne t’inquiètes pas, j’avais déjà commencé à t’écrire, dans un coin, mais je n’avais pas encore osé publié. Ça aussi, ça doit faire parti du quotidien du et de la doctorante : écrire, encore et encore, et avoir bien du mal à le montrer pourtant. Ça enlève un peu de pression de faire ça ici et comme ça, tu ne trouves pas ?

Et d’ailleurs ça tombe bien parce que je voulais justement en parler, du quotidien de la doctorante.

De ce double statut, un peu fourbe, dans lequel on a bien du mal à se placer. où on passe probablement plus de temps à se questionner qu’autre chose. Un entre-deux considéré parfois et par certain(e)s comme une adolescence ingrate.
J’aime bien ton image du funambule. Il y a bien ce risque de tomber. C’est comme un emploi qui ne nous quitte jamais. Toujours là, même quand on ferme la porte du bureau, même quand on part se mettre au vert.
Il faudra vraiment qu’on en parle. Un peu plus tard peut-être. Il est plus facile de débuter par nos « histoires de recherches », c’est plus « pragmatique », moins intime ?

Nous avons passé deux semaines à se courir après. Deux semaines à se croiser dans la villa, sans avoir le temps de se poser vraiment.

Alors on va se laisser des petits mots sur ce (virtuel) frigo, pour communiquer, et se raconter, un peu. On finira peut-être par réussir à se prendre un thé chaud (J’ai d’ailleurs écris sur la liste de courses « Gâteau », pour aller avec, tu aimes quoi, toi ?), et balayer les fameuses feuilles mortes qui jonchent le sol.

Et puis tu sais, en cherchant des idées pour t’écrire, je suis tombé sur cette définition là de « Résistance », ça colle bien avec nous, non ?

1. Déf. Résistance : Nom commun féminin.

Comme c’est dimanche, que j’ai à peu près réalisé mes obligations du quotidien, que le temps n’est pas trop mauvais, et surtout que le thé fume encore… Je vais te raconter un peu comment j’en suis arrivé là. Histoire de se présenter un peu. Pourquoi j’ai poussé la porte de la villa en voyant ce mot « Résistance », et en quoi il a fait écho.

Sous cette première définition, il y a aussi ça :

« Qualité par laquelle un corps résiste à l’action d’un autre corps.« 

(Tu remarqueras le mot « qualité » d’ailleurs.)

J’ai commencé la recherche (presque par hasard, mais je ne sais pas trop si je crois au hasard finalement) avec un sujet s’appelant « L’expression de la souffrance des femmes, par les femmes, sur internet, en lien avec le phénomène du harcèlement de rue ». Un mémoire en Sciences de l’Information et de la Communication, à l’Université de Rennes 2, qui se concentrait sur l’expression francophone et sur le territoire français, avec un corpus s’étalant de 2011 à 2014 environ.

Des articles de blog, des tweets, des commentaires Facebook… Des milliers de signes analysés ensuite pour tenter de comprendre ce qui ressortait de toutes ces expressions de souffrances en ligne.
Ces témoignages reprenaient souvent le principe que « Le silence tue. », alors il fallait parler, écrire, se montrer, s’exprimer, être.

Tout cela partait d’observations et au fur et à mesure, les questions s’accumulaient : pourquoi exprimer sa souffrance, pourquoi l’exprimer sur internet et non pas ailleurs, par qui, pour qui, quelles sont les différences et les points communs entre ces récits…

Et est-ce que témoigner d’une souffrance vécue, par un écrit sur internet, est seulement un acte passif, cathartique ?

Les témoignages avaient tous plus ou moins le même schéma narratif : une introduction qui place le contexte (« je n’étais pas féministe« , « j’étais déjà féministe« , « je n’y avais jamais pensé« …), un élément perturbateur et des péripéties, pas joyeuses, forcément.
Et puis, il y a des éléments spatio-temporels à foison, des expressions de sentiments en tout genre, allant de la peur, de la honte, en passant par la colère… puis la révolte.

« Je ne suis pas quelqu’une qui se morfond sur moi même, je refuse d’être une victime, je refuse l’échec, je refuse l’injustice. Pour mes comparses mais encore moins pour moi. Je m’auto discipline, j’y arriverais, je vaincrais. » (Citation anonyme du corpus)

La conclusion des récits était souvent celle là : la résurrection, la prise de conscience… et la résistance.

J’ai poursuivi mon enquête l’année suivante avec un thème plus large : l’expression de l’intime sur internet dans le cadre de revendications féministes.
Parce que c’était ce à quoi j’avais été confrontée l’année passée, sans vraiment mettre de mots dessus au tout début des observations : l’expression de l’intimité sur l’espace semi-public d’internet (ou un espace aux frontières poreuses comme pourrait le dire Dominique Cardon) dans un but féministe.

Allant de l’expression par l’écrit mais également par les images, ces individus racontent et se racontent sur les réseaux sociaux, afin d’exister plus, ou d’exister tout court. Cette intimité est toujours en lien, de près ou de loin, avec le corps. Ce corps qui est à l’origine de leur genre, et donc des injonctions sexistes subies chaque jours. Un corps qui va résister à l’action d’un autre, quelque soit le terrain.

Aujourd’hui, mon sujet de thèse s’intitule « Dire et montrer le corps féminin. De la mise en scène de soi à l’expression politique de l’intime sur les médias sociaux numériques. »

Un sujet qui porte sur les modes d’expression contemporains du corps féminin sur les médias numériques français et francophones. Il s’agit de s’intéresser à la manière dont les femmes se racontent et se montrent elles-mêmes, en interrogeant plus précisément la manière dont cette expression renvoie à la fois au registre de l’intime et celui de l’action politique. La publicisation de l’intime sur les réseaux sociaux constitue un moyen de combattre ce type de harcèlement (comme le harcèlement de rue donc) ou les violences faites aux femmes. Les femmes racontent et se racontent dans leurs témoignages. Celui ci est revendiqué comme un moyen d’expression honnête. Il est d’ailleurs souvent comparé au travail des journalistes qui, quant à lui, ne leur semble pas « honnête ». Seul le témoignage et la tentative de mise à nu de ses émotions a de la valeur aux yeux de celles qui les écrivent, d’autant qu’elles reprochent aux médias de ne pas traiter les questions et les problèmes des femmes. Mais si la souffrance intime devient politique, l’expression politique largement médiatisée – par exemple au travers du mouvement des FEMEN – vient constituer un cadre à l’exposition de l’intime. Comment une femme, lambda, mais qui se revendique engagée et qui est surtout connectée, qui n’est pas dans ce contexte ukrainien mais s’en est retrouvé influencée, utilise t elle son propre corps pour tenter de faire bouger les choses, à son échelle ? Quelles sont ses armes, ses outils ? A t elle toujours conscience de l’impact de son propre corps sur la toile et en a t-il seulement un ? Et comment peut-on mettre un élément physique sur un espace numérique ?
Et je sais que l’une de nos hôtes s’est déjà posé ce type de questions d’ailleurs.*

Alors je m’étais reposée la question : dire tout cela est-il seulement cathartique et passif, sans d’autre but que de faire sortir de soi la souffrance et les mauvaises histoires qui nous sont arrivées ?
Il semblerait bien que non, il semblerait bien que tout cela soit de l’ordre de l’action, et de la résistance.

Écrire, c’est faire, et exister aussi, n’est ce pas ?

Et toi Yosra, comment es-tu arrivé là ?

lachryma_papaveris__110115

« La Forteresse », par Sophie Lécuyer.

* « Quand les corps s’écrivent. Discours de femmes à l’ère du numérique », par Marie- Anne Paveau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *