Résister à l’ère de la citation facile

Voici un billet totalement imprévu, qui doit commencer par une confidence: jusqu’à cet été, je n’avais pas lu l’Étrange défaite de Marc Bloch.

L’Étrange défaite a été écrite après la défaite de mai-juin 1940. Son auteur, Marc Bloch, historien capital du premier XXe siècle, vient d’être démobilisé. Il y livre un témoignage sur les causes ressenties de la débâcle et de l’exode: les causes directes (l’échec de l’armée dans la bataille) et les causes plus indirectes (et notamment sociales et politiques).

La lecture de l’Étrange défaite est captivante. Elle est parfois aussi un peu énervante car Bloch, à force de distribuer des mauvais points à tout le monde, finit par miner l’un de ses arguments centraux: les élites (mot qu’il critique – il essaye d’être bien plus précis et entre dans le détail) ayant perdu foi dans le régime et dans le peuple français ont été préparées à accepter la défaite. Mais cet énervement reste très fugace, tant l’écriture d’un tel texte immédiatement après la défaite est un acte impressionnant. Surtout, l’auteur le rappelle constamment, ce texte est un témoignage, certes œuvre d’un historien, mais pas œuvre d’histoire.

Plus précisément, quelques grandes lignes se dégagent du livre. Il pointe par exemple la faiblesse du commandement français (pour la cause directe), liée à une impréparation manifeste face à l’ennemi. Dans ce témoignage, l’historien montre parfois le bout de son nez. Ainsi, il montre à quel point cette faiblesse s’est ressentie dans des différences de temporalités: celle de la Première Guerre mondiale côté français; celle, rapide, adapté aux nouveaux moyens de communication (radio, même si Marc Bloch ne la cite pas), de transport (chars très mobiles, motos, etc, se déplaçant rapidement sur les grands axes routiers), et aux nouvelles armes (les chars – pas si nouveaux – et surtout l’aviation) côté allemand. Marc Bloch, pour les causes de plus long terme, se demande ce qui a fait accepter si facilement au commandement français (et à d’autres parties de l’élite du pays) la défaite. Selon Bloch, le commandement était préparé à la défaite par, entre autres causes, une presse très hostile au régime et fragilisée par des ressources financières trop faibles, renforcées parfois directement de l’étranger, y compris d’Allemagne. Mais le commandement français (et d’autres milieux également) était aussi imprégné  par une culture (le terme n’est pas utilisé par Bloch) de défiance face au régime et au peuple. Lorsque Bloch parle d’«élites», il y inclut aussi les dirigeants syndicalistes, minés par l’oubli de l’intérêt général, ou la bourgeoisie dont il pense qu’elle ne voyait plus l’intérêt d’être républicaine1.

Ce livre, écrit notamment pour ses enfants, a été publié après la guerre en 1946, à titre posthume: Marc Bloch entre dans la Résistance en 1943 et, capturé par l’occupant, est torturé puis exécuté en juin 1944 à 57 ans.

Pourquoi lire L’Étrange défaite, qui faisait partie de ma longue liste de lecture depuis tellement longtemps, précisément cet été? Ces derniers mois, un phénomène m’a intrigué. Une citation extraite du livre est extrêmement populaire – on la retrouve sur les réseaux sociaux à foison – y compris dans les milieux de l’extrême droite:

«Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération».

Cette citation semble tombée du Ciel pour certains politiques qui proclament qu’il faut réconcilier les Français avec les Français, mais prônent l’exclusion, la discrimination et se reposent sur la technique du bouc émissaire: faisant référence à un événement particulièrement important pour le passé monarchique de la France et à un autre, fondateur de la République, cette citation semble réconcilier les deux France – une expression très galvaudée – chères à Émile Poulat. Cette citation, sur Twitter, en est quasiment arrivée au statut de mème.

Mais il y a un «mais». Lire l’Étrange défaite montre que l’interprétation qui est faite de cette citation est la plupart du temps au mieux tronquée, au pire fausse. Certes, le choix des deux événements cités n’est pas le fait du hasard, mais ce que Marc Bloch pointe dans ces deux événements, c’est la ferveur populaire en premier lieu. Et cette ferveur populaire du sacre et de la Fête de la Fédération, il la relie au mouvement de grève de 1936, qui a accompagné la victoire du Front Populaire (dont Marc Bloch critique par ailleurs les dérives politiciennes). Certaines de ces grèves, qui ont inclus des occupations d’usine, étaient des grèves de solidarité, ce qui fut très mal accepté par le patronat français. Cette citation est donc d’abord une critique d’une partie de l’élite française – la bourgeoisie, le patronat, la droite – incapable de comprendre l’enthousiasme d’un peuple à un moment-clé de l’histoire du pays2.

*

Ces réflexions rapides montrent que le mésusage de la citation de L’étrange défaite est exemplaire: pas de contexte, interprétation à contre-sens, argument d’autorité (les grands auteurs ne peuvent avoir tort), usage politique sans scrupule. Ces dérives sont amplifiée par certaines caractéristiques des réseaux sociaux numériques: une citation (un peu tronquée souvent) sur Twitter, ça claque, c’est viral, ça fait de la notoriété facile. J’ai ici développé un exemple qui me touche plus qu’un autre, mais il en existe de nombreux autres, dont certains que j’ai rencontrés dans mes recherches3. Toutefois, se contenter de mettre ce mésusage sur le dos des réseaux sociaux numériques (qui sont, c’est bien connu, la cause de tous nos malheurs) n’a pas beaucoup de sens. Nous pouvons aussi nous rappeler que la citation est un usage pédagogique et académique courant, cher aux historien.ne.s mais aussi aux philosophes par exemple, et qui a déjà été régulièrement critiqué. Il y a, chez les historien.ne.s notamment, un usage d’autorité de la citation qui est très contestable et, souvent, très peu scientifique. En clair, observer l’usage de cette citation sur les réseaux sociaux, c’est voir, en plus caricatural, les défauts de nos propres usages de chercheurs: absence de contexte, argument d’autorité, et in fine une forme de fainéantise intellectuelle.

  1. Ce qui rappelle L’enfance d’un chef de Sartre, publié en 1939. []
  2. Je ne suis pas le premier à m’élever contre l’usage de cette citation à tout va: Suzette Bloch l’a évoqué dans Libération et le collectif des Historiens de Garde s’est ému entre autres et à juste titre de l’usage de l’œuvre de Marc Bloch au même niveau que Jacques Bainville par exemple. []
  3. Par exemple, une citation tweetée et retweetée à l’envie et en toute bonne foi le 11 novembre 2014, issue d’une lettre d’un Poilu vraisemblablement fausse. []

Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l'histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches touchent aujourd'hui de plus en plus aux sources de l'historien.ne à l'ère numérique. Passé par Strasbourg, Paris-Sorbonne et Lausanne, il est désormais chercheur au Center for Contemporary and Digital History (C2DH) de l'Université du Luxembourg.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. serge noiret dit :

    Intéressant Frédéric, merci pour cette relecture et ta réflexion très bienvenue sur l’usage de la citation par les intellectuels-historiens. L’usage en cascade de la même citation sans revenir au contexte et a l’original était déjà bien présent dans le monde pré-internet, je ne pense pas que les « social » aient invente de nouveaux comportements mais seulement rendu plus facile la cascade…. Par contre cette citation la je ne l’ai jamais rencontrée dans Twitter tandis que dans google book ou scholar elle est bien présente. Elle semble servir surtout -hors contexte comme tu l’expliques- le nouveau roman national de la droite comme slate.fr en 2015, http://www.slate.fr/story/110927/marc-bloch-front-national et Libération trois années avant http://www.liberation.fr/france/2012/11/12/l-oeuvre-de-marc-bloch-devoyee_859924 l’indiquaient en réponse au Figaro (2011). http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2011/03/05/01006-20110305ARTFIG00595-marc-bloch-entre-royaute-et-republique.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *