Chère Mélodie, tenir face au vent, est-ce résister ?

plant-691149_1280

Reims, le 1er juillet 2016

Mélodie,

Il y a un mot dans ta lettre qui a retenu mon attention : celui d’inertie. Sous ta plume comme ailleurs, il est chargé de connotations négatives. Te lisant, je me suis demandée si on ne pouvait pas trouver dans l’inertie des formes de résistance. S’il s’agit d’empêcher des changements qui rendent la vie moins possible, ne peut-on pas y voir aussi une ressource pour l’action ? Je ne sais pas si je parviens toujours à résister. Je sais par contre à quoi je voudrais opposer résistance. Empêcher que certains fonctionnements deviennent miens, lutter contre l’absorption qui nous guette dès lors que le geste réflexif est plus rare.

[Je m’arrête un instant et je prends une grande respiration. T’adresser une lettre fait naître l’envie de te parler de questionnements intimes – et j’avais presque oublié que la destination de ce texte est publique. Malgré mes diverses écritures – Twitter ou ailleurs – je vois bien que la première chose qui résiste en moi, maintenant, c’est une forme de retenue à l’idée d’évoquer des pans de vie qui ne sont pas visibles ailleurs – ou diffractés – discrètement. J’écris et puis j’efface, je vois bien que je me cache derrière des abstractions et des généralités.]

Je voudrais te dire mes difficultés à résister ; je parviens à peine à me tenir face à vent.

Tu parles des micro-violences quotidiennes que chacun a déjà pu expérimenter dans le monde professionnel – qui existent bien sûr aussi dans nos univers familiaux ou amicaux. Je prends conscience, depuis quelque temps, de la manière dont on peut faire violence à l’autre sans s’en rendre compte.

Professeure, il m’est arrivé, il m’arrive, d’adopter une attitude condescendante à l’égard de ceux qui ne détenaient pas de capital scolaire.

Blanche, il m’est arrivé, il m’arrive, de projeter des préjugés racistes sur des personnes – de me dire, faisant l’appel, que ce nom est difficile à prononcer.

Gagnant correctement ma vie, il m’est arrivé, il m’arrive, de juger qu’après tout je le méritais plus que d’autres – d’autres plus précaires.

[…]

Combien de fois suis-je allée dans le sens du vent au lieu de me tenir en face ?

Combien de fois ai-je préféré le confort que procure la domination ? (comme tu l’écris)

Et explorer ici l’ensemble des dimensions que la résistance prends dans mon quotidien. Y réfléchir d’abord. Explorer les dimensions que la résistance me donne, face au temps et à son défilement, face au monde qui lui aussi résiste, au changement, à la différence et la diversité, à l’autre dans son incroyable richesse.

Pourtant, on ne peut pas dire que le vent m’ait toujours porté. N’étant pas une héritière, j’ai pu expérimenter ces « petites » violences quotidiennes de la part de ceux et celles qui usent de leur privilège comme d’une évidence et qui vous renvoient, presqu’imperceptiblement, à votre extériorité.

[Tu vois, je recommence avec les abstractions et les généralités.]

Toujours est-il que, sachant ce que signifient certaines formes de domination, j’aurais du travailler bien plus fort à ne pas les reproduire à ne pas aller dans le sens du vent dès lors qu’il m’est devenu favorable. Voilà ce contre quoi j’essaie de résister. C’est tout petit, n’est-ce pas ? J’ai beaucoup d’admiration pour les militant·es : ils parviennent, d’une certaine manière, à maintenir une réflexivité qui leur permet de limiter la violence qu’ils exercent sur les autres au nom de la norme. Je suis consciente que le monde du militantisme n’est pas toujours rose, mais leur capacité à maintenir une colère, une attention, une concentration, une réflexivité suscite en moi cette admiration. Qu’ils et elles luttent contre les dominations de classe, de genre ou de race, ils ont choisi de renoncer à un confort auquel je cède quelquefois – la réflexivité est un sport de combat… contre soi-même.

Alors je cherche des leviers pour ne pas glisser et me laisser attraper par la toile des normes, qui nous apprend si bien à être violent·e envers les autres. Je lis de la sociologie, autant de piqûres de rappel de l’ordre du monde.

Le roseau plie mais ne rompt pas.

Mais il plie. Et c’est un texte parcouru de blancs que je t’adresse. Tu m’excuseras d’avoir commencé cet échange par un aveu de faiblesse ?

Affectueusement,

Caroline

 


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Doctorante à l'Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *