Chère Caroline – A quoi résistes-tu, toi ?

journee-du-timbre-courrier-c-cheval-18eme-siecle-gravure-de-parrocel-annee-1964-n-1406-yvert-et-tellier-luxe-1039325867_ML

Strasbourg, le 1er juillet 2016

Chère Caroline,

Grâce à notre cohabitation, à notre correspondance, et sûrement aussi parce que c’est le « bon » moment, je me remets à écrire. A résister par l’écriture. L’écriture que je t’adresse. Quelle belle perspective que celle de t’écrire en juillet.

A quoi résistes-tu, toi ?

Et explorer ici l’ensemble des dimensions que la résistance prends dans mon quotidien. Y réfléchir d’abord. Explorer les dimensions que la résistance me donne, face au temps et à son défilement, face au monde qui lui aussi résiste, au changement, à la différence et la diversité, à l’autre dans son incroyable richesse. Clémentine et Nicolas disaient en juin, par les mots de Rémy Leboissetier « Si je résiste, cela signifie que j’ai conscience d’avoir une force en moi », ou en tout cas un contre-courant de la norme, de l’évidence, une force comme un mouvement. Je vois la résistance comme un mouvement. Le roseau plie mais ne rompt pas.

J’en viens tout juste à me dire que c’est le temps qui file qui donne et éprouve la résistance. Qui donne l’ampleur à ce qui résiste aux intempéries, aux vents et marées contraires. Résister, c’est avoir le temps comme allié.

Je suis entrée cette année dans la Villa réflexif, nos chers Espaces réflexifs, entourée de lucioles, celles de Didi-Huberman et celles qui réactualisent sa pensée par l’action contextualisée, dans les institutions, dans les lieux où l’on agit.

N’y a-t-il pas aujourd’hui plus grande résistance que celle qui consiste à créer des liens de qualité avec celles et ceux avec qui l’on cohabite ? Celle consistant par exemple à ne pas tomber dans les évidences des modes relationnels professionnels. Ces petites violences quotidiennes banalisées. J’aimerais dire d’emblée, et même clamer, que la réflexivité est bien une résistance comme un mouvement. Mais on me rétorquera peut-être que celle-ci m’obsède un peu trop et n’est pas une solution miracle à tout. Peut-être… je suis loin d’en être sûre. Un miracle non. Une incroyable force pour l’action et les collectifs, pour dépasser les obstacles immédiats, prendre du champ, de la distance, adopter un nouveau regard et réorienter la dynamique initialement projetée dans une impasse, sans aucun doute. Je n’en ai plus aucun doute. Car mes collègues me le confirment à présent au quotidien. Et je les en remercie infiniment.

Ne crois-tu pas que la réflexivité pourrait-être une source de réinvention permanente pour agir dans nos lieux ? La réflexivité liée à l’action comme résistance à l’inertie alimentée des évidences et des habitudes, celles consolidées par les rapports de domination inévitables du monde professionnel. Parce qu’il est tellement confortable de ne pas réinterroger les choses quand on les domine.

Comment la partager ? Comment entraîner ses collègues dans des pratiques réflexives, dans une pratique professionnelle réflexive ? Quelles sont les résistances au mouvement réflexif (lui même résistance à l’inertie !) ? Ou plutôt, en réciproque, quels sont les aliments de l’inertie, de l’habitude et de l’évidence comme refuge ?

J’avais tant aimer ce livre de Gilles Herreros, « La violence ordinaire dans les organisations – Plaidoyer pour des organisations réflexives », l’as-tu déjà lu ?

Je partage de nouveau deux extraits :

« L’idée n’est pas tant de nourrir la chimère selon laquelle les rapports sociaux au travail, qui sont aussi des rapports de pouvoir, pourraient être totalement vidés de toute forme de violence ; plus simplement, il convient de souligner qu’il est possible et nécessaire de résister à la réalité de la réalité qu’entend afficher l’institution. Parler, élaborer, perlaborer, relève d’un exercice critique qui peut incarner cette résistance à la facticité du réel promu par l’institution managériale. » p.170

« Les organisations sont le plus souvent dans des modes de fonctionnement qui les immunisent contre la réflexion en cours d’action (…). [L’organisation réflexive] substituée la critique, et ce que cela suppose de résistance, à la docilité, la cécité, l’acceptation, la soumission. Au sein d’une telle organisation, entendue comme espace de controverse généralisée sur l’agir, son contenu comme ses effets, la violence, quels qu’en soient les visages, ne peut plus être infligée en toute tranquillité par ceux qui la manient – avec conscience, ou le plus souvent en toute inconscience. L’organisation réflexive est réflexive parce qu’elle autorise et facilite la réflexion de chacun, et surtout son expression, sur les pratiques de tous et que, en retour, cela vient forcément affecter lesdites pratiques. »p. 174-175

Où le simple fait de penser ce que l’on fait, penser (dans) l’action, devient une résistance.Parfois c’est le « simple » fait de parler qui est une résistance. Cette précieuse pensée qui se niche dans la parole.

On vante et prône tellement le développement de l’esprit critique dans la recherche et l’éducation. On dit qu’on cherche à le développer, à le semer dès le plus jeune âge, à l’entretenir. Mais l’esprit critique, celui qui véritablement interroge ce qui habituellement ne l’est pas, qui pointe les points aveugles, les absurdités des fonctionnements banalisés, celui-là fait incroyablement peur aux individus qui tirent leur position de domination de l’existence même de ces points aveugles. Quelles institutions, quels individus sont prêts à accueillir véritablement l’esprit critique et ses conséquences profondes (je ne parle pas bien sûr de ce pseudo esprit critique, qui critique pour justement renforcer sa propre position de domination !) ?

Bon courage pour toutes tes écritures, au plaisir et dans l’attente de te lire, j’espère que tu vas bien,

Affectueusement,

Mélodie


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *