« SUR LES HUMIDES BORDS DES ROYAUMES DU VENT… » Rémy Leboissetier / Falter Bramnk

Nous vous faisons part ici d’un texte de Rémy Leboissetier,
accompagné des photographies de Falter Bramnk.

« Résister implique d’abord un effort (bien que cela puisse être un réflexe plus ou moins conditionné) ; un effort généralement double, physique et mental. Inconsciente, instinctive ou délibérée, cette attitude est toujours complexe, jusque dans sa passivité même. Chacun bien sûr a sa propre résistance, avec ses variantes et ses variables, selon qu’elle s’applique à soi ou autrui. Du moins marque-t-elle pour tout le monde un point de tension, de friction. Après quoi on opte, bon gré mal gré, pour l’acquiescement, le renoncement, le statu quo, l’opposition, la rupture… Entre le direct au menton et l’allusion la plus fine (ou la plus équivoque), les formes de résistance sont nombreuses et variées, autant que le permet la gamme des sentiments humains.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Si je résiste, cela signifie que j’ai conscience d’avoir une force en moi — en fait, différents types de forces, adaptées à telle ou telle situation — et que je me sens capable, grâce à elle, de neutraliser une force adverse, laquelle cherche à mettre en échec ou suborner ma volonté. Mais il faut évidemment aller plus loin que le simple péché gourmand, l’appât de la friandise, et tâcher d’appréhender aux rayons de la boutique du monde ce qui se fait de plus pernicieux et oppressant : le génie du mal qu’on libère de sa fiole, c’est-à-dire tout ce que la société peut compter en gros de charlatans, mégalomanes,  propagandistes, fanatiques, bourreaux en herbe… et donc se reposer des questions sur l’éthique, crème de la philosophie. Aujourd’hui, comme hier, la science de la morale est une sorte de terrain miné. C’est encore Pascal qui, au sujet de ce « point indivisible » ou « lieu véritable » assigné dans l’art de la peinture, lequel se situe ni trop loin ni trop près, ni trop haut ni trop bas, se demande qui assignera ce point ou ce lieu dans la vérité et dans la morale, qui consiste à se trouver en bonne place et régler la distance…
En ce domaine, je progresse à pas lents et n’en fait qu’explorer les bords. C’est pourquoi je me contenterai d’évoquer le degré de résistance qui réside en nous-mêmes, en ce point central où conscience et sensibilité sont intimement liées. Car, dans tous les cas, saurions-nous résister efficacement si nous ne savons pas résister à nous-mêmes, à notre égocentrisme ? Résister à soi-même. Soit. Mais qui pourrait vendre un tel programme ? C’est à mourir d’ennui. Chacun, en secret, s’estime irrésistible et pour rester en tout point tolérant, il faut avoir un vrai talent d’équilibriste.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Si on ne peut espérer, hélas, que le peuple bloque ses impôts, imaginons d’autres formes de résistance et partant, d’insoumission. Au diable les trotte-menu ! Osons faire le grand pas. Les motifs ne manquent pas, les moyens d’action varient… mais finalement, nous aurions beau jeu de nous reporter au terme même, résister, et remonter à sa source latine, sistere, tout bonnement : s’arrêter. Voilà une méthode simple et radicale. Blocus total. Grève générale et illimitée. Ben quoi ? Faut pas nous prendre pour des andouilles… Que nous propose-t-on en terme de projet de société ? Un Age d’or du mercantilisme, sous forme de libéralisme débridé ? On l’aura compris, ce dont nous avons surtout besoin, dans tous les points du globe, c’est d’un vaccin anti-démagogie. Quelque chose qui tire au clair, qui décape une bonne fois la langue de bois. Pour nous, écrivains, retourner aux sources du langage afin de mieux traquer les incontinences verbales, détournements sémantiques, les métaphores insidieuses ainsi que toutes sortes de niaiseries servies sous précieux emballages.
Résister, donc. Bien. Mais après ? Après, il faudra déjà songer à résister à ceux qui nous imposeront de résister. Parce que résister, ça va bien, mais il ne faut pas non plus que cela entre dans nos mornes habitudes. Même en amour, si on résiste (pour la forme), on ne peut pas se contraindre ad perpetuum, au risque de tuer le plaisir. Bien sûr, on objectera qu’il faut être plus d’un individu pour faire preuve de résistance. Un seul, ça ne vaut pas. Il faut constituer un groupe, faire masse. Se tenir les coudes. Lutter pied à pied. Mais assez vite, exaltation et exultation passées, ce beau bloc se divise, se désagrège. On devient « camaradivore ». Et puis il y en a un qui s’enhardit, qui dit : « S’il n’en reste qu’un, je serai celui-là ». Alors, il y en a un autre qui rétorque : « Non, les gars, le seul qui résiste vraiment, c’est moi ». Bon. Il faudra voter. Se ranger gauche-droite. Faire ami-ennemi. Dire s’il vous plaît, merci. Misère ! Pour s’assurer un peu de paix (intérieure) sans doute faut-il avoir atteint le degré de pessimisme optimal, ainsi que nous le suggère Amiel : « Je sais que le monde, acharné à vous faire taire quand vous parlez, se courrouce de votre silence quand il vous a ôté le désir de la parole ». Enfin, après avoir goûté à cette phrase pleine de clairvoyance, et si comme Blaise Pascal vous admettez que « l’homme est un roseau pensant », je vous invite à rejoindre les « humides bords des royaumes du vent », sans oublier cependant d’ajouter un peu du sel de l’ironie à votre plat de résistance. »

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/07/2016

    […] au changement, à la différence et la diversité, à l’autre dans son incroyable richesse. Clémentine et Nicolas disaient en juin, par les mots de Rémy Leboissetier « Si je résiste, cela signifie que j’ai conscience d’avoir une force en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *