Le blogue, une pratique de l’in-between

I have the choice of being constantly active and happy or introspectively passive and sad. Or I can go mad by ricocheting in between.

Sylvia Plath, The Unabridged journals

« Ricocheting in between » : ce n’est pas ça aussi, être vivante? Résister à la tentation de se cantonner dans une attitude ou une autre. Rester dans le point de tension, rester dans l’attention, mais sans s’épuiser, sans devenir folle. Devant les petites violences, il arrive souvent que nous ayons le choix entre agir dans le monde ou pleurer dans le silence. In between, on peut aussi décider de respirer, c’est-à-dire de bloguer.

Aujourd’hui, j’ai eu un petit accident. Quelqu’un m’est rentré dedans en reculant. Il n’avait pas regardé dans son rétroviseur. Quand j’ai vu qu’il commençait à reculer, j’ai immobilisé ma voiture en me disant qu’il finirait bien par s’arrêter, il finirait bien par me voir! Mais non. Bang! Mon fils pleurait. J’étais hors de moi. Tout le monde pouvait témoigner que le conducteur était fautif. Tout le monde sauf le conducteur lui-même et une passante qui, pour une raison que j’ignore, avait décidé de témoigner contre moi. J’ai hurlé mes tripes en entendant son mensonge, je veux dire: pourquoi une dame inconnue mentirait-elle ainsi pour défendre un gars qu’elle ne connaissait pas? C’était complètement débile! Après lui avoir demandé pourquoi elle mentait et lui avoir dit qu’elle me dégoutait, après avoir agi, j’ai pleuré. Les pâtissières, le coiffeur, sa femme et une cliente de la boulangerie supportaient mon petit désespoir avec des mains pleines d’amour. Mais le sentiment d’insatisfaction me traversait au complet; il persistait. C’est parce que je suis une fille de l’in-between. Ce dont j’ai réellement besoin, devant l’injustice, ce n’est pas de crier, ni de pleurer, mais de bloguer.

Le blogue est le lieu de résistance par excellence, un espace mental et médiatique où l’on peut agir à sa manière dans le monde tout en pleurant dans son salon. Pas étonnant qu’on ridiculise souvent la pratique bloguesque et, plus précisément, les blogueuses. Le fait que leurs écrits résident entre l’action et le renoncement à dealer directement avec le monde suffit à générer la suspicion. J’ai remarqué que, lorsqu’on minimise l’importance du blogue, on ne parle que du renoncement. Celui-ci est perçu comme une faiblesse. Mais il y a bel et bien, dans ce renoncement, une action : l’action d’écrire, de ne pas se taire, de dire les choses à son rythme, selon sa propre sensibilité. Et sans être interrompue. Se retirer du monde n’est pas forcément un désengagement, au contraire! Se retirer d’un monde qui met à mal la nature, qui accueille difficilement la différence et qui se ment à lui-même représente la plupart du temps un engagement profond envers la vie. Renoncer à argumenter avec le énième masculiniste, le énième raciste, le énième cynique, le énième narcissique, le énième hypocrite est en soi une action pour la vie. Il y a longtemps que je ne crois plus tellement au monde, mais jamais au grand jamais je ne perdrai confiance en la vie.

Oh, et elles ont toujours fait peur ces femmes de l’in-between! Celles qui mettent incessamment la vie au monde, à leur rythme. Celles qui n’acceptent ni d’être bousculées, ni d’être interrompues. Celles qui s’approprient avec acharnement chacune de leur expérience. « Elles n’ont donc rien d’autre à faire de plus important? », qu’on entend souvent. Ce à quoi je réponds maintenant: mais y’a-t-il quelque chose de plus important à faire dont je n’ai pas été mise au courant?


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Merci Pattie, tes mots me portent ! Et que vive l’in-between !

  1. 06/07/2016

    […] Source : Le blogue, une pratique de l’in-between – Espaces réflexifs […]

  2. 16/07/2016

    […] Source : Le blogue, une pratique de l’in-between – Espaces réflexifs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *