Être trop

On dit de certaines personnes qu’elles sont « trop ». Quand je creuse pour savoir ce que ça veut dire, on me répond que c’est quelque chose comme être trop investi émotionnellement et intellectuellement dans ce qu’on considère comme des petites situations quotidiennes et anodines. Les petites injustices « quotidiennes » ne devraient donc pas susciter la colère, devenir l’objet d’une attention particulière. Comme si la répétition d’un comportement ou d’une situation au quotidien rendait ceux-ci bénins, sans danger, sans gravité ! Comme s’il y avait une échelle de valeurs pour les injustices et une calibration précise pour les émotions qui leur correspondent ! C’est qu’il ne faudrait surtout pas faire du quotidien autre chose que de l’anodin.

Mais être trop, c’est justement résister à cette confusion entre le quotidien et l’anodin. Celles qui pratiquent ce genre de résistance savent qu’il s’agit d’une grande source de tiraillement. On doit réitérer la légitimité de nos émotions parce que d’autres cherchent sans cesse à les anesthésier avec un « LET IT GO » comme pour nous soulager. Mais cette douleur à l’origine d’un questionnement, d’une critique, d’une colère, nous ne la choisissons pas. Le seul choix, ici, est celui de ressentir. La moindre des choses serait d’accueillir cette ouverture à ressentir, mais la colère est minimisée, nos rares désespoirs sont ridiculisés. Heureusement qu’ils sont rares, les désespoirs. Parce qu’être trop, c’est aussi être trop enthousiaste, trop vivant.

Pour certains, il n’y a rien de plus encombrant qu’un être vivant.

Il ne faut pas oublier qu’être trop, c’est être trop pour quelqu’un. Je refuse l’accusation d’être trop à moins qu’elle ne provienne de quelqu’un qui habite son corps, qui s’engage et qui s’enrage. Quelqu’un qui revendique sur la place publique, quelqu’un qui dare. S’il faut que je calibre mes émotions, je ne le ferai pas avec des émoticons. Je n’ajusterai pas mon intensité selon l’opinion d’une personne qui voit constamment le quotidien dans la lorgnette de l’anodin. Je ne porterai pas l’étiquette que m’accole une personne qui n’a pas fait le choix de ressentir. Pourquoi le ferais-je? Je veux dire : ma colère est à la hauteur de ma joie de vivre !

Quand on me dit que je suis trop, je n’ai pas tellement envie d’argumenter. Mais intérieurement, je résiste. Ensuite, j’écris.

Écrire, c’est se donner le droit et l’espace d’être trop. Si, malgré la publication d’un livre, je me trouve encore trop maladroite (notez le « trop » qui me hante ici) pour m’attribuer le statut d’écrivaine, on ne pourra jamais me retirer mon statut d’écriveuse, de filles qui écrit avec frénésie, qui s’engage émotionnellement et intellectuellement dans ce qu’elle écrit pour mieux ressentir ce qu’elle vit. On pourra bien me dire « Let it go Pattie », BUT I WON’T. Comme l’écrit Annie Ernaux dans son Mémoire de fille, « juste « profiter de la vie » est une perspective intenable, puisque chaque instant sans projet d’écriture ressemble au dernier. »


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. On me le fait souvent sentir. Les gens vides mordent promptement ceux qui ont du contenu.

  2. Plumo Paranto dit :

    On est jamais « trop »; malheureusement de nos jours, il y a trop de « pas assez »!
    Fouillez-moi pourquoi ça va mal au Québec…

    ps: pourquoi utilisez-vous juste le « féminin »??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *