Liberté 0, 1, 2, 3 et 4

Après quelques jours passés à crapahuter dans les montagnes québécoises, où j’ai pu croiser un jeune chevreuil peu farouche et profiter de magnifiques ciels étoilés, me voici de retour à la Cabane. Le grand air et les jolies rencontres sont un formidable élixir de sourire intérieur.

jeune chevreuil

jeune chevreuil

Pattie est déjà très affairée pour ne pas arriver en retard à sa formation ; ses horaires sont contraignants et son uniforme ne lui convient pas. Elle est déjà en mode « close combat ».
Je nous verse alors un bon thé chaud pour tenter d’infuser un peu d’harmonie et de tranquillité d’esprit. J’aime les rituels – ceux que je choisis. De petits cadres qui donnent la force de sortir de ceux, imposés, qui étouffent.

Le métier que j’ai choisi me permet de bénéficier d’une certaine souplesse dans les horaires et il n’y a pas d’uniforme exigé. Seulement celui dans lequel je me sens bien. Il reflète parfois mes engagements ou mes goûts pour les activités outdoor et trahi souvent mon activité de h4cker / libriste. Pour certaines réunions de travail, je m’ingénie d’ailleurs à porter des t-shirts à message
Dans ce billet, je vais évoquer quelques engagements pour la défense des valeurs de la culture du libre.

## Résister, c’est s’indigner

Développeur dans le service TICE d’une université, j’ai la chance de pouvoir choisir mon environnement et mes outils numériques. Évidemment, je travaille sous GNU/Linux et uniquement avec des logiciels libres. Mes développements sont aussi sous licence libre. C’est d’autan plus adapté dans le cadre universitaire.

Comment ne pas regretter que pour des raisons de coût ou de lobbying certaines universités utilisent pour leurs étudiants et personnels des services de messageries hébergés chez Google ou Microsoft ou font des choix de services et d’outils privateurs. L’université devrait se donner les moyens d’être son propre hébergeur de données et d’en avoir la maîtrise totale ; à la fois pour la sécurité et le respect de la confidentialité des données personnelles. L’établissement public ne devrait pas non plus transformer ses membres en produits marchants.

Comment justifier aussi que l’Université Numérique Paris Île-de-France ne propose, aux enseignants/chercheurs et personnels de ses établissements membres, presque exclusivement des formations à des outils ou des services privateurs (Windows, iOS, MacOS, Word, Excel, Powerpoint, Indesign, Photoshop, iMovie, Adobe Premiere, PREZI, Keynote, Diigo, Instagram, SnapChat…)
Pourquoi ne pas proposer leurs équivalents libres et gratuits (Linux, LibreOffice, GIMP, Inkscape, Scribus, Avidemux, Lives, Blender3D, Sozi, impress.js,,…) ? En réponse, selon l’organisme, ce serait une demande des utilisateurs. Un cercle vicieux où n’est donné à manger que ce que le consommateur consomme ; c’est-à-dire les produits en tête de gondole. Souvenons-nous du partenariat passé le 30 novembre 2015 entre le ministère de l’éducation nationale et Microsoft[1].

… un pas supplémentaire est donc effectué par Microsoft dans le monopole de l’informatique à l’école, jusqu’à saturer les élèves et les enseignants de solutions exclusives, centralisant et analysant les données des élèves selon des algorithmes dont le ministère n’a pas réclamé les clés (pas d’engagement à l’interopérabilité, ni à l’ouverture du code source).
Framasoft

Tout le problème est dans la cadre, dans la confiance qu’on lui accorde, de son équité, des libertés qu’il offre. Cela devrait pourtant passer par la transparence de ses mécanismes et de ses règles.

Ces derniers jours on a pu entendre, au sujet des admissions post bac, des déclarations faisant mention d’une sélection des étudiants par tirage au sort : « Les étudiants en médecine franciliens seront choisis par tirage au sort »[2]. Inquiète, une association a demandé au ministère la publication du code source de l’algorithme, considérant que les critères de calcul sont selon elle « tenus secrets et probablement illégaux ». Ce à quoi a répondu, sous forme de boutade, Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’enseignement supérieur « Nous allons dévoiler l’un des secrets défense les mieux gardés : l’algorithme d’APB ».
Alors, le ministère de l’éducation nationale publiera-t-il le code source de l’algorithme de admission post bac sur son Github[3] comme le gouvernement l’a fait à propos de sa calculette des impôts sur le revenu et sur la fortune ? À suivre.

On voit bien par là, comment les algorithmes et les données collectées peuvent influencer notre vie. En surfant simplement, cherchant sur le net, en passant commande sur des sites marchands, en « partageant » nos contenus personnels sur les réseaux sociaux, en nous géolocalisant avec notre smartphone… nous participons à cette gigantesque collecte de données qui alimenter le Big Data. Ces algorithmes couplés parfois avec des systèmes intelligents vont pouvoir faire des propositions « personnaliser » ; me proposer que « ce qui est bon pour moi » – la musique la plus cool que je dois écouter, les bonnes personnes que je dois suivre sur Twitter, la meilleure info que je dois lire sur mon mur facebook ou de voter pour le candidat qui pourra me sauver. On me corrigera même mes fautes d’orthographes sauf peut-être si je me plante avec les mots « avortement » ou « suicide »[4]

## Résister c’est agir

Après l’expertise et l’indignation vient le temps de l’action. Par exemple, en recommandant des alternatives à des logiciels privateurs avec des forts coûts de licences par des logiciels libres,  en partageant ses créations, en proposant des améliorations fonctionnelles ou techniques.
Lorsqu’on m’a débauché pour travailler sur le projet de réseau social et collaboratif[5] développé et hébergé par l’université, j’ai tout de suite été séduit. On était à la fois dans l’innovation et l’expérimentation et cela avait du sens. On était dans un contexte où Facebook, LinkedIn, Viadeo, Twitter s’implantaient dans le paysage.
Il ne s’agissait pas de concurrencer les Facebook ou LinkedIn mais de proposer un espace institutionnel social, collaboratif et d’expérimentation. Il s’agissait aussi de créer un espace permettant d’échanger sur les pratiques et les usages, de créer et mettre en valeur les publications et les compétences, dans un écosystème où se côtoient et interagissent les communautés d’enseignants-chercheurs, d’étudiants et de personnels.
Avoir la maîtrise technique de développement de l’outil, c’est pouvoir assurer son évolution.
Pouvoir héberger, échanger, partager nos données dans des formats ouverts et interopérables avec des protocoles standards, c’est garder la maîtrise et le contrôle face à des systèmes verrouillés et opaques, dont on peut suspecter une exploitation non voulue des données.
Quelle meilleure façon d’établir aussi des liens de confiance entre les différents acteurs de l’université.

Faire le choix de la culture du libre c’est participer à un mouvement incroyablement fertile qui offre la possibilité de construire de nouveaux outils, de transmettre cette culture nécessaire à l’action, de partager pour changer concrètement notre monde en rééquilibrant les forces et défendre ses libertés. Chacun à sa mesure peut y apporter sa pierre.

Tu dis : “Cette pensée est à moi.” Non mon frère,
Elle est en toi, rien n’est à nous.
Tous l’ont eue ou l’auront. Ravisseur téméraire,
Au domaine commun bien loin de la soustraire,
Rend-la comme un dépôt : Partager est si doux !

— Henri-Frédéric Amiel, Rien n’est à nous

[1] Accord Microsoft-Éducation nationale : le Libre offre déjà des alternatives
[2] Les étudiants en médecine franciliens seront choisis par tirage au sort
[3] https://github.com/GouvernementFR
[4] http://www.thedailybeast.com/articles/2013/07/16/the-apple-kill-list-what-your-iphone-doesn-t-want-you-to-type.html
[5] Les Carnets Descartes

Crédit : Yann Sallou – ‘jeune chevreuil’ et ‘Stallman-Jacquard’, CC

Pour continuer encore un peu :

Stallman et Jacquard

Stallman et Jacquard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *