La petite soldate

Durant tout le mois de mai, j’essaie de faire de l’oxymore « militante épanouie » un pléonasme.

Je suis entrée à la Villa réflexive en trombe. J’ai relu mon premier texte et l’ai trouvé un peu trop agressif. J’ai été tentée de le changer. Puis je me suis dit qu’il ne fallait surtout pas, que ce mois de résidence virtuelle était un processus, que la Villa réflexive était un espace de transformation. Il me faut partager les maladresses, les élans de colère, les impulsivités. Il me faut les accueillir.

Mon colocataire Klermor est débarqué il y a quelques jours.  Il a mis du soleil dans la place. Du réconfort aussi. Il a fait de cet endroit un safe space. Il a apaisé les tensions qui m’habitent ces jours-ci. C’est que je suis de retour aux études. Il serait plus juste de parler de « petite école ». Après une thèse de doctorat rédigée à moitié depuis mon salon, la formation professionnelle ressemble un peu à un camp d’entrainement.

Je porte un uniforme.

Je motive mes absences.

J’arrive à une heure précise le matin.

Je quitte à l’heure prescrite.

Je m’organise selon l’horaire qui est affiché au mur.

Je suis une petite soldate.

On ne m’en dit jamais plus que ce que je dois savoir pour intégrer le marché du travail. Quand je pose des questions pour approfondir, pour essayer de toucher un peu le fond, on me répond que « ce n’est pas nécessaire ». Comme si, en sachant trop de choses, j’allais couler au fond sous le poids du savoir. Comme si, en gardant tout superficiel, on me sauvait d’une noyade, alors que

c’est la surface qui est en train de m’asphyxier.

J’évolue depuis trois mois dans cette lourde structure. Dans ce genre de structure, il y a les profs qui la représentent, qui la reproduisent, qui l’encouragent. Il y a les autres profs qui prétendent, depuis leur position de pouvoir, que je ne suis pas subordonnée. C’est pour faire tomber les résistances. Mais ça ne marche pas. Ça m’angoisse encore plus.

Rien de pire que quelqu’un qui tient le gros bout du bâton en prétendant qu’il s’agit d’un simple bonbon. Rien de pire que l’inconscience d’un privilège.

Il y a aussi les profs indomptables qui font sauter la structure. Mais à bien y penser, « indomptable » n’est pas vraiment une catégorie. Chez n’importe qui, à un moment où un autre, l’indomptable « bursts ». Ça s’exprime avec des maladresses, des lapsus, des rougissements de visage, des éclats de rire et des malaises. Quand la structure éclate, les résistances fondent et on peut enfin voir la « chair du monde ». Ce sont des petits moments de grâce. J’aimerais pouvoir les étirer dans le temps le plus possible.

On dit que résister, c’est de ne pas céder à la volonté de quelqu’un d’autre. Cette année, je cède tout, mais c’est ma propre volonté. « I needed to surrender », comme disait ma cousine avant d’entrer dans une secte Rama Krishna. Tout ça pour avoir un travail saisonnier, pour pouvoir écrire le reste de l’année. Écrire pour mieux résister. Résister pour être libre. Libérée de ce genre de structure patriarcale que l’on croit indispensable à mon apprentissage parce que:

« quand vous allez travailler pour une entreprise, va falloir que vous portiez un uniforme, que vous vous soumettiez au besoin des clients, que vous enduriez des patrons exigeants.»

Comme si l’éducation n’avait rien à voir là-dedans. Comme si l’institution scolaire n’avait pas le pouvoir de transformer les manières de faire.

Alors, je résiste.

Il y a les résistances que je désamorce rapidement et les autres que j’accumule, que j’empile dans mon estomac. « Un jour, j’écrirai un livre avec celles-là » , que je me dis pour me rassurer. Je résiste jusqu’à l’inconfort, mais je ne change pas pour autant la marche du monde. C’est pourquoi j’hésite parfois à me dire militante : je ne défends pas vraiment de causes, je manifeste assez peu, je ne crie pas souvent mon indignation sur les réseaux sociaux, je suis mal à l’aise avec les modes de vie radicaux.

C’est que la militante me rappelle parfois cette petite soldate de l’école professionnelle. Elle conteste, mais elle reste une petite soldate : quelqu’une dont le rôle est d’aller au front, de combattre quelque chose jour à après jour. Elle se crée ses propres ordres, mais ses actions découlent tout de même d’une forme de commandement, de rigidité. La petite soldate est une grande créatrice de disciplines de vie. Et dans celles-ci, les imperfections ne sont pas accueillies. Alors, elle se sent terriblement inadéquate. L’inadéquation devient sa drive dans la vie.

C’est pourquoi je préfère de loin l’expression « intimement engagée ». On aurait tort de croire que j’essaie par là de me désolidariser. Je résiste intimement aux petites injustices quotidiennes pour accueillir l’inconfort, pour rester émotive, pour garder le mouvement,

pour être toujours plus vive !

Ça me fait sentir tout près des gens. J’appelle ça être vivante. Je me dis que c’est déjà pas mal dans un monde avachi et distant.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. MC dit :

    Un a un s’amalgame les boulons rétifs délaissant l’indépendance. Vaille que vaille l’union sociale progresse dans les mentalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *