Libre avec toi

Durant le mois de mai, j’essaierai de faire de l’oxymore « militante épanouie » un pléonasme; je célèbrerai mes résistances quotidiennes.

Je dis toujours que je suis une intello émotive et il me semble qu’il y a une tension entre ces deux mots, comme deux charges qui se repoussent, une résistance qui me casse en deux.

Oui, je suis divisée entre les idées qui make sense et les émotions qui don’t make any sense. Une chance qu’il y a le militantisme. Avec lui, la colère donne naissance à des idées et ces idées sont des moteurs pour l’action contre les injustices qui sont les seules à don’t make any sense dans ce cas-là.

C’est qu’elles ne sont pas en moi, ces injustices!

Je peux les repousser hors de moi, les pointer du doigt. Je deviens la résistance au lieu de la subir : l’intello et l’émotive, main dans la main, contre les injustices, contre les violences qui les divisent.

Moi, résistance. Moi, entière.

Je ne suis donc complète que dans l’adversité : quelle horreur! J’aimerais tant n’être ni d’un bord, ni de l’autre, ni à gauche, ni à droite : être libre. On dit que c’est ce qu’il faut pour être épanouie, pour « faire ouvrir » sa petite personne.

Libre; déf. improvisée : sans résistance. Il ne faudrait pas confondre ça avec l’indifférence.

« Tu penses trop. Tu care trop. Let it go, Pattie », dixit l’indifférence qui se prend pour de la bienveillance.

« En tout cas, moi, j’ai choisi le bonheur ! », dixit les passifs agressifs qui dissimulent leurs insécurités derrière des citations de croissance personnelle sur Facebook. Des citations qui disent qu’on a toujours le choix. Des citations qui culpabilisent celles qui soi-disant victimisent, c’est-à-dire celles qui observent, qui réfléchissent, qui agissent.

Il est grand temps de réviser cette définition improvisée de la liberté pour y accueillir la notion d’adversité. À force de vouloir évacuer la résistance, à force de vouloir n’être ni d’un bord, ni de l’autre, ni à gauche, ni à droite, on se retrouve nulle part. On disparaît dans l’ombre du plus fort. Là où les idées make sense et où les émotions don’t make any sense. Là où les autres n’y sont pas.

Je veux être libre, mais libre avec toi. C’est pour cela que je résiste.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 08/05/2016

    […] suis entrée à la Villa réflexive en trombe. J’ai relu mon premier texte et l’ai trouvé un peu trop agressif. J’ai été tentée de le changer. Puis je me suis dit […]

  2. 11/05/2016

    […] la métaphore d’images survivantes, résistantes.» – La pensée de Georges Didi-Huberman [2] Libre avec toi [3] Joël de Rosnay, Surfer la vie: comment sur-vivre dans la société fluide, 2012, ed. Les liens […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *