Ceci est l’histoire d’un homme…

Je pose enfin mon sac à dos à la villa-réflexive. La porte est grande ouverte. Sur le perron en bois, la pierre blanche qui recouvre la clé n’a sans doute jamais était soulevée.
L’intérieur est lumineux. Les particules flottantes dans la clarté semblent être des lucioles[1] chargées des émotions et paroles des locataires précédents.

Pattie[2] est déjà là, bien installée avec son incroyable énergie et sa soif de liberté à partager. Son accent québécois m’a conforté à transformer la villa en cabane blottie au cœur d’une grande forêt de Gaspésie. Je m’y sens déjà bien. Un espace de respiration qui me permettra de partager ici mes questionnements sur les points d’équilibres qui me paraissent « naturels » à atteindre / à défendre, pour soi, pour le monde qui nous entoure ; de mettre en lumière les petites résistances, quotidiennes et ordinaires, personnelles et professionnelles, en s’indignant, en proposant, en créant, parfois en s’abîmant. En fin de compte, résister pour « parvenir à trouver les moyens de surfer la vie en équilibre, dans un équilibre permanent, dynamique, qui se reconstitue sans cesse.»[3]. Résister pour être libre.

Il y a 5 ans tout juste, j’ouvrais pour la première fois un blog, mon journal de bord ; espace où j’allais consigner mes regards photographiques croisés. Une nécessité. Un processus de résilience dans un état d’urgence, grâce en partie, à la fois dans mes errances solitaires, appareil photographique en main, que dans les croisements que je peux y faire ensuite dans mon logbook. Je commençais donc, ce 6 mai 2011[4], par une photo de plage marée montante avec, les pieds dans l’eau,  un portique nu, sans ses cordes à grimper, lisses ou à nœuds, sans ses anneaux pour acrobate, et avec pour légende la phrase qui débute le film La jetée de Chris Marker : « Ceci est l’histoire d’un homme marqué par un souvenir d’enfance. »
Ce logbook fut le départ d’une démarche introspective qui d’ailleurs ne se donnera pas forcément à voir dans mes regards croisés mais qui sera plus un support, un outil d’aide à la compréhension, pour avancer plus sereinement et continuer à marcher.

Ce carnet réflexif du joli mois de mai, ne sera pas pour moi un carnet de recherche (je ne suis ni chercheur ni enseignant) mais j’essaierai d’y partager simplement à la façon d’un journal intime où l’on couche ses résistances quotidiennes, mon militantisme quant à l’utilisation des logiciels libres dans mon université, mes frottements à des cadres qui oppressent plus qu’ils ne sécurisent, mes murmures au creux de mon oreille pour apprivoiser mes colères et frustrations.
Cette écriture participe déjà à ma propre résistance à ne pas vouloir trop m’exposer mais j’espère y arriver un peu, grâce aussi aux partages de Pattie et à son énergie communicative.

Crédit : Yann Sallou – jacinthes sauvages, CC

[1] «les lucioles sont la métaphore d’images survivantes, résistantes.» – La pensée de Georges Didi-Huberman
[2] Libre avec toi
[3] Joël de Rosnay, Surfer la vie: comment sur-vivre dans la société fluide, 2012, ed. Les liens qui libèrent

et aussi sur winds : http://winds.fr/2013/11/surfer-la-vie/
[4] http://winds.fr/2011/05/la-jetee/


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 08/05/2016

    […] Mon colocataire Klermor est débarqué il y a quelques jours.  Il a mis du soleil dans la place. Du réconfort aussi. Il a fait de cet endroit un safe space. Il a apaisé les tensions qui m’habitent ces jours-ci. C’est que je suis de retour aux études. Il serait plus juste de parler de « petite école ». Après une thèse de doctorat rédigée à moitié depuis mon salon, la formation professionnelle ressemble un peu à un camp d’entrainement. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *