Matière – corps

Résistance à la matière, la plus intime qui soit: le corps (disons donc, éprouver son propre corps comme matière, partie de soi, mais aussi d’un tout – Résistance à la matière//un éprouvé

(Par exemple, sentir son corps être, tenir…ou sentir au contraire quelque chose s’effondrer, se défaire, se délier, se dé-faire et résister à cette sensation terrible, d’effondrement interne//sentir son corps être, tenir, comme une nouveauté, presque incongrue//sentir un regard bienveillant sur soi qui fait le corps tient)

Corps (et danse aussi, c’est-à-dire que tout d’un coup, le corps devient capable de se mouvoir, de s’é-mouvoir, et de se mouvoir encore)

Corps//appuis (et je prends corps, d’un coup, mon corps résiste aussi aux matières environnantes, à ce qui jadis le détruisait, ou menaçait de –

le détruire//et je prends corps, dit-elle, mon corps-matière existe et

tient)

Corps//appuis, prendre appui serait ici résister, éprouver cette résistance d’une matière autre et prendre corps

Ressentir le corps interne, indescriptible, non plus

comme

vide (vidé de sa substance, vide, comme symboliquement inexistant, ou effacé, ou pire, devant être effacé)

Mais comme corps

corps de désir (désirer/être désiré(e)

aussi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *