Deixis (Part II)

« Ecrire, c’est résister ? Et si oui, à quoi ? »

Autre question, corrélée à la première : Ecrire est-il un acte ?

Un acte

de parole,

découlant, ai-je envie d’ajouter

d’un pacte…

avec soi-même ?

Oui. Avec l’altérité qui nous habite, nous hante parfois…nous ente, aussi

in the world

Pacte d’amour avec de l’autre en soi pour

commencer

à écrire (mettre en mots, aligner ou non les mots sur la page)

Mais si c’est un acte, est-ce alors

un geste ? Ou bien l’équivalent d’un geste ?

(je pense ici à un mouvement dansé, par exemple, ou bien à un geste quotidien, mais également à un geste en tant qu’il est adressé à une autre personne et qu’il

signifie

(Car cette notion de « résistances » résonne de diverses manières (résister par exemple à toute forme de destruction, personnelle ou collective, sens historiques et politiques du terme, mais il peut s’agir aussi de résistance psychique, empêchant d’aller de l’avant, de résoudre un conflit…et aussi éprouver la résistance d’une matière, de l’air, du sol, prendre appui?)

 

– Tirer un fil

 

Résistance (commencer par) à dire,

à

pouvoir dire quelque chose

de ce qui nous

préoccupe

en

silence (et il y a de ces silences assourdissants, comme il en existe avant que les mots ne coulent sur le papier, ou l’écran. Silences emplis de mots dont le son n’est que sourd, ou assourdi par l’écrit, et qui se déploient à travers les lignes, les pensées, entre les lignes et finalement dans tout

l’espace

de la

page.

Résistances à dire, donc, mais à dire quoi ? Ce qui fait mal ? Ce qui est difficile à penser ?

Ce qui est difficile aussi

à

partager

(partager les mots, nous le faisons tout le temps, oui, en partageant un langage commun, mais comment, de quelle manière, nous partageons le langage commun en tant qu’il nous est « singulier » est sans doute une autre question…là où se noue l’intime du langage, là où

s’ouvrent

de nouveaux

espaces (et dessins, et destins)

à partager

Deixis Part 1

 

(Pour) Ainsi

Dire, ici et maintenant, (Deixis Part 2)

(DeixisPart 1 a été écrit et créé il y a longtemps, plusieurs années)

 

Dire, ici et maintenant comme reprendre le fil de ce qui

à un moment

(dans un moment

très

critique)

s’est

presque totalement perdu, effacé, a disparu, a été englouti, rayé, barré, gommé

 

(plus rien)

 

champ libre, mais

 

vide, vide, vide, court-circuité (blank)

 

Dire, ici et maintenant, ce qui vient. Advient. C’est dire quoi ? C’est faire quoi ?

C’est un acte ? (Et :  faire un geste, exactement dans le même temps que dire ce qui vient). Ecrire et amplifier le geste (pourquoi pas?)

  • Ne rien censurer ou bien le moins possible
  • Résister à ce qui empêche, inhibe

la parole,

Dé-poser les mots sur la page tout en accomplissant le geste

Mouvement (de la pensée, et du corps dans le même temps)

Respirer, reprendre, éventuellement recommencer en intercalant ce qui vient

 

– Ecrire comme retrouver le fil


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Votre texte me fait penser à des mots posés ici, sur le jeu des mots qui permet de retrouver de la marge de manoeuvre – face aux mots figés, aux mots qui écrasent la pensée : http://delphsei.canalblog.com/archives/2008/01/30/7750632.html , en pensant aux textes de Leslie Kaplan (citant Kafka : « Ecrire, c’est sauter en dehors de la rangée des assassins » extrait retranscrit là : http://delphsei.canalblog.com/archives/2008/01/30/7760564.html)

    • louisebrun dit :

      Merci beaucoup de cette remarque qui me convient tout à fait…j’ai pas mal proposé à la réflexion les textes de Kaplan et cette phrase de Kafka m’accompagne, pour ainsi dire..!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *