Éducation populaire et résistance : définition et château de sable

J’ai longtemps tourné en rond avant d’écrire ce premier billet. Raconter l’éducation populaire me semble bien ambitieux pour pouvoir être juste.

Et je me suis souvenue pourquoi j’avais souhaité entrer dans la villa : car éducation populaire et résistance sont des mots que j’associe naturellement. Car dans ma pratique professionnelle et mon engagement militant, résister est quotidien.

Alors je me suis dit que le plus simple, pour commencer, est de raconter.

 

Je travaille dans une structure de proximité, dans un quartier prioritaire. Je travaille dans le domaine socio-éducatif : en complémentarité de l’école, dans le domaine de l’animation, et très en lien avec le domaine social.

Ce métier est à la jonction de plusieurs secteurs, et il a été complexe au départ de faire comprendre mon positionnement aux différents professionnels.

Je n’étais pas assez éducatrice pour les enseignants, plus éducatrice qu’animatrice pour les animateurs, pas assez dans le social pour les agents du social.

Une résistance des pairs face à l’aspect pluri-disciplinaire de mon métier.

 

Je travaille auprès des enfants. Ils viennent après l’école dans notre structure.

Certains arrivent parfois en détresse : ils décrochent à l’école, c’est si dur. Ils cachent leur travail pour ne pas se sentir en échec. Chaque soir, nous essayons mon équipe et moi de les relever, de panser leurs plaies.

Mon objectif est qu’ils se sentent compétents. Car ils le sont tous.

Qu’ils apprennent ou affirment leur expression, aiguisent leur argumentaire. Apprennent à dire « non », et soient conscients de la notion de consentement. Qu’ils puissent gérer leurs projets, leurs sorties. Que cette structure de proximité soit la leur et qu’ils l’investissent.

 

C’est un petit espace dans le quartier. « Un petit endroit », comme je le dis souvent : ni l’école, ni la maison, ni le centre de loisirs.

Un espace à eux.

 

Je suis consciente que ce positionnement, en faveur de l’épanouissement des enfants, de la valorisation de chacun va à contre-courant de la norme.

Que chaque soir, petites fourmis, on tente de proposer des bases autres que celle que la société pose lourdement : on désarme les plus forts, on ne sur-valorise pas le plus compétent scolairement.

On fait taire les grands bavards pour pouvoir entendre les enfants à la voix plus faible.

On déstabilise ainsi les enfants qui entrent dans les cases, on les sort de leur zone de confort. On valorise la bienveillance et le travail de groupe. Pas la concurrence, l’écrasement du copain, ou les bonnes notes.

 

L’éducation populaire, c’est peut-être ça pour moi : croire en chaque personne et en sa compétence. En sa capacité de transmettre et de mener. Et mon rôle est d’accompagner dans ce parcours.

 

Résister est quotidien : c’est comme fortifier chaque jour une forteresse en sable.

On consolide chaque jour les fondations, on lutte pour la faire grandir.

On recommence beaucoup, on répète les mêmes gestes. On persiste.

Quotidiennement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *