Résistances, résiliences de femmes ordinaires

 

« On a facilement une bonne raison d’être malheureux, mais on a aussi la possibilité de construire. », écrit Colombe Schneck dans cette magnifique enquête qu’est La Réparation (Grasset, 2012). Cette phrase m’est restée comme un mantra nécessaire, qui me porte chaque journée où je parviens à ne pas l’oublier. Et construire, c’est aussi ce dont il sera question ce mois-ci : construire malgré les ravages, construire à travers le syndrome post-traumatique, construire un radeau de fortune au milieu des flots et du courant qui nous entraînent vers l’abysse.

"La société nous apprend à ne pas nous faire violer plutôt qu'à ne PAS violer"

« La société nous apprend à ne pas nous faire violer plutôt qu’à ne PAS violer »

Ce mois-ci, en effet, je souhaite habiter la villa réflexive de mes errances et interrogations autour des résistances que l’on peut mettre en place. En tant que femmes cis victimes de viols, de violences conjugales en général, touchées par le syndrome post-traumatique, dans une société qui ne reconnaît pas toujours, pas vraiment, ces crimes à leur juste titre : le choix est seulement aux résistances. Résistances au pluriel : parce qu’il y a plusieurs résistances à adopter pour faire son petit chemin.

Les résistances face à soi seront évoquées, sans doute longuement, pour ce qu’elles sont les plus prégnantes. Ces petites résistances, des petits cailloux dans une mare, sont importantes car elles contribuent à façonner le quotidien. Rapidement, je m’arrêterai ensuite sur l’idée de résistance face aux institutions (policière, judiciaire), dans tout ce qu’elles constituent de viscéralement insupportable. La première manière de résister face à une de ces institutions dans ce type de cas réside dans ce dilemme cornélien de les solliciter, ou pas, selon les histoires personnelles. Choisir un chemin ou un autre et souvent, en filigrane, cette idée incroyable (au sens premier : difficile à croire) que justice ne sera pas rendue car personne ne saura nous entendre. Dans mon propre chemin, au milieu de tout cela, deux outils m’ont été d’une aide parfois salutaire : la musique populaire et la littérature, notamment la littérature jeunesse. La seconde partie du mois sera ainsi plus légère, en tout cas plus rythmée.

À petits pas, ce mois ne sera pas très joyeux, peut-être, mais je vous invite au voyage, celui que l’on peut réaliser en soi-même quand tout semble s’effondrer, sur ce pont entre la colline de l’état de choc et la montagne de la colère, ce pont des Résistances.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11/12/2016

    […] Résistances, résiliences de femmes ordinaires […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *