«les lucioles sont (…) la métaphore d’images survivantes, résistantes.» – La pensée de Georges Didi-Huberman

v_9782707320988« Les lucioles n’ont disparu qu’à la vue de ceux qui ne sont plus à la bonne place pour les voir émettre leurs signaux lumineux.» Didi-Huberman

«les lucioles sont (…) la métaphore d’images survivantes, résistantes.» M. Baudry

 

 

 

 

« Georges Didi-Huberman consacre une ferme réflexion au phénomène lumineux le plus petit et le plus évanescent qui soit, le plus mouvant et le plus disparaissant, le plus insaisissable et le plus survivant pourtant : les lucciola, ces vers luisants, ces lucioles, dont la danse semble devoir être plus particulièrement saisie par la langue italienne, depuis Dante, au chant XXVI de l’Enfer (p. 9), jusqu’à Pasolini (…).

(…) Pourquoi donc cet attachement à cet insecte minuscule et éclairant, certes au cœur de certains questionnements entomologistes ou chimistes contemporains (p. 42 sq.), et présent, mais cela semble d’abord anecdotique, au début et à la fin de la vie de création de Pasolini ? Comment ce « minuscule exemple des lucioles » (52), ce « petit cas de figure que représente la disparition des lucioles » (54) pourrait-il devenir le paradigme d’un impératif à penser autrement le contemporain ?

(…) Pour comprendre le paradigme des lucioles, il faut d’abord accepter le postulat de Didi-Huberman : c’est parce que cet exemple est le plus minuscule qui soit, et apparemment le plus fragile, qu’il peut devenir exemplaire. Car l’exemplarité recherchée ici n’est pas celle du fait dominant, aveuglant dans sa domination, mais celle au contraire du minoritaire, du presque invisible.

(…) En 1941, Pasolini évoque sa rencontre, dans les environs de Rome, alors qu’il est en compagnie d’un groupe d’amis, avec les lucioles : où le désir s’exprime dans la joie, dans la danse, où l’infime (le geste oublié, l’homme du peuple, le mot argotique) devient le lieu d’une résistance, d’une autonomie de la pensée à laquelle l’œuvre de Pasolini sera sensible jusqu’au bout : « l’improbable et minuscule splendeur des lucioles, aux yeux de Pasolini […] ne métaphorise rien d’autre que l’humanité par excellence, l’humanité réduite à sa plus simple puissance de nous faire signe dans la nuit » » M. Baudry

Source : Marie Baudry, « Lucioles malgré tout. Comment « organiser le pessimisme » ? », Acta fabula, vol. 11, n° 1, Essais critiques, Janvier 2010, URL : http://www.fabula.org/acta/document5425.php, page consultée le 26 janvier 2016.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 06/05/2016

    […] «les lucioles sont la métaphore d’images survivantes, résistantes.» – La pensée de Georges … [2] Libre avec toi [3] Joël de Rosnay, Surfer la vie: comment sur-vivre dans la société fluide, […]

  2. 04/07/2016

    […] cette année dans la Villa réflexif, nos chers Espaces réflexifs, entourée de lucioles, celles de Didi-Huberman et celles qui réactualisent sa pensée par l’action contextualisée, dans les institutions, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *