Présentation “Lucioles” : n° 1 d’une revue pour habiter plus librement et fraternellement les espaces institutionnels et culturels communs

NB : Republication du texte initialement publié sur le blog Indisciplines !, le 5 décembre 2015

Source : Le Marec, Joëlle (5 décembre 2015) ““Lucioles” : n° 1 d’une revue pour habiter plus librement et fraternellement les espaces institutionnels et culturels communs”. Indiscipline ! [Blog]. Consulté le 1er janvier 2016  http://indiscipline.fr/lucioles-n1-dune-revue-pour-habiter-plus-librement-et-fraternellement-les-institutions/

“Lucioles” : n° 1 d’une revue pour habiter plus librement et fraternellement les espaces institutionnels et culturels communs

« Lucioles » est une revue gra­tuite, des­tiné à rendre plus habi­tables et plus fra­ter­nels, pour celles et ceux qui y vivent au quo­ti­dien, les uni­ver­si­tés et les éta­blis­se­ments de recherche et d’enseignement supérieur.

Elle était en ges­ta­tion depuis des années, mais les contrac­tions se sont accé­lé­rées juste après les atten­tats de jan­vier, après le mas­sacre des membres de la rédac­tion de Char­lie Hebdo par des jeunes gens qui avaient grandi dans l’environnement cultu­rel, édu­ca­tif et poli­tique que nous ima­gi­nions — à tort — être celui qui doit pré­ser­ver de la haine et de la désespérance.

A quelques uns nous nous sommes alors réunis avec l’envie impé­rieuse de nous débar­ras­ser des faux pro­blèmes qui nous encombrent, nous dis­traient et nous éteignent ; avec l’envie impé­rieuse de mettre la même éner­gie à vou­loir un monde plus fra­ter­nel, que celle que déploient les enne­mis de la vie à nous faire tous aller dans un mur. Cette éner­gie de mort a irra­dié les atten­tats de novembre, à Paris et à Bey­routh et ailleurs dans le monde.

Le constat de l’absence stu­pé­fiante de prise en compte de tout ce qui s’était exprimé dans la rue et dans des espaces quo­ti­diens, immé­dia­te­ment après les atten­tats nous inquiète et nous conforte dans notre envie d’habiter plus plei­ne­ment, plus libre­ment et plus fra­ter­nel­le­ment, nos espaces communs.
Puisqu’il y a si peu à attendre des per­son­nels poli­tiques, des élus, et de nombre de mana­gers obsé­dés par des modèles faux et dan­ge­reux de ce qu’est la vie sociale (peur et méfiance de prin­cipe, idéo­lo­gies de la com­pé­ti­tion, de l’excellence, de l’argent, des hié­rar­chies, des réformes, etc.), il faut que nous nous occu­pions d’organiser les condi­tions d’une soli­da­rité, d’une liberté, d’une fra­ter­nité, immé­dia­te­ment là où nous sommes, dans les lieux et les moments qui nous appar­tiennent encore, même s’ils sont colo­ni­sés jour après jour par le qua­drillage insensé de la ges­tion bureau­cra­tique et auto­ri­taire des acti­vi­tés et des rela­tions humaines.

C’est pour­quoi nous, enseignants-chercheurs, doc­to­rants, gra­phiste, ingé­nieurs, sala­riés titu­laires ou per­son­nels pré­caires de l’université, acteurs cultu­rels et créa­teurs liés au monde de la recherche déci­dons de nous expri­mer : qu’est ce qui au jour le jour, nous éloigne les uns des autres ? Qu’est ce qui nous aliène ? Com­ment nous dire les choses direc­te­ment ? Com­ment récu­pé­rer nos capa­ci­tés à nous cri­ti­quer, à nous com­prendre ? Com­ment agir ensemble, sans le filtre de pro­cé­dures qui nous éloignent tou­jours plus des pos­si­bi­li­tés de créer quo­ti­dien­ne­ment, nos formes de tra­vail, nos manières de régler des pro­blèmes ensemble ? Com­ment récu­pé­rer des marges de liberté dans nos manières d’habiter des ins­ti­tu­tions des­ti­nées à for­mer des jeunes gens à être des per­son­na­li­tés auto­nomes, des­ti­nées à pro­duire un savoir à dis­cu­ter et par­ta­ger entre tous, des­ti­nées à expé­ri­men­ter des manières de réflé­chir, de tra­vailler ensemble, de vivre ensembles ?

Ce pre­mier numéro com­porte des textes qui expriment ce qui est vécu au quo­ti­dien dans une uni­ver­sité par des cher­cheurs et des per­son­nels admi­nis­tra­tifs, jeunes et moins jeunes. Nous inter­pe­lons, nous inter­ro­geons, nous por­tons des témoi­gnages. Nous sou­hai­tons enga­ger des dia­logues avec ceux qui sont nos inter­lo­cu­teurs quo­ti­diens, dont nous ne connais­sons pas for­cé­ment les contraintes et les pro­jets, notam­ment les per­son­nels admi­nis­tra­tifs et tech­niques. Notre ambi­tion à ce stade est de les rejoindre, sur la base d’une cri­tique et d’une ouver­ture mutuelle sérieuse (et non sur la base d’illusions ou de mani­fes­ta­tions de bonne volonté de façade et sans portée).

Nous appe­lons nos lec­teurs à nous contac­ter par collectif.lucioles@gmail.fr pour dis­cu­ter, pour écrire ou pour s’exprimer sous d’autres formes, pour répondre, pour inter­pe­ler à leur tour, s’ils acceptent le pro­jet qui est le sui­vant : habi­ter notre ins­ti­tu­tion ensemble, plus libre­ment et plus fra­ter­nel­le­ment. Le col­lec­tif a décidé, pour le moment, de ne pas affi­cher la liste de ses membres pour rendre plus éga­li­taires et plus col­lec­ti­ve­ment assu­mées les prises de parole sin­gu­lières. Mais chaque membre peut reven­di­quer ce qu’il a écrit en son nom propre comme il veut et où il veut.

Télé­char­gez le pre­mier numéro en PDF : LUCIOLES

La revue est impri­mée, elle est dis­tri­buée de main en main par ses auteurs, pour dis­cu­ter et échanger.
Les auteurs du numéro 1 sont : Igor Babou, Clau­dio Broit­man, Cata­lina Sab­bagh, Judith Dehail, Mélo­die Faury, Ludo­vic Garat­tini, Sarah Kitar, Joëlle Le Marec, Nina Rocipon


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11/12/2016

    […] Présentation “Lucioles” : n° 1 d’une revue pour habiter plus librement et fraternellement le… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *