Appel à contributions : en 2016 le carnet « Espaces réflexifs » parlera des résistances

***

Vous avez décidé : en 2016, le carnet Espaces réflexifs, qui entamera sa cinquième année d’existence, sera placé sous le signe des « résistances », thème qui arrive en tête, devant les « vulnérabilités » et « désordre et harmonie ». Conformément au fonctionnement du carnet, surnommé « la villa réflexive » car il ressemble à celui d’une grande maison accueillant chaque mois des locataires différents, la location (symbolique, bien sûr !) est ouverte : chacun.e d’entre vous peut contacter l’une des propriétaires, Mélodie Faury ou Marie-Anne Paveau pour réserver un mois, au cours duquel il ou elle rédigera des billets à sa guise, et sous la forme qui lui conviendra. Quelques noms se profilent pour le moment, à vous d’allonger la liste ! Ci-dessous le rappel des suggestions faites pour présenter le thème, ouvertes à modification, changement, innovation…

Résistances

La mise au pluriel a le même objectif : il y a de grandes et de petites résistances, des résistances historiques et privées, des résistances qui exhibent leur nom et d’autres qui n’en montrent rien. Et la notion de résistance est sémantiquement très riche : la résistance peut être vue comme un état, qu’elle soit une sorte de vertu, comme celle d’un câble ou d’un individu devant l’adversité, ou une forme de défaut proche de l’obstruction comme en psychanalyse par exemple ; mais elle est également une dynamique, une action, spontanée ou organisée, comme celle d’un groupe ou d’un mouvement devant un système oppressif, une invasion, une restriction de liberté.

5585228928_eea4b88c1e_b

Semur-en-Auxois, 2010, photo M.-A. Paveau, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *